voilà, c'est fait... Le groupe Pearson a rendu officielle la vente des Echos au groupe LVMH, je l'ai appris hier soir, mais trop sonnée, je n'avais ni le temps, ni le coeur d'en rendre compte...

La vente est donc effective pour un montant de 240 millions d'euros. Comme beaucoup le craignaient, Pearson a finalement préféré l'offre de Bernard Arnault à celle de Marc Ladreit de Lacharrière notamment parce que le patron de LVMH s'engageait aussi à reprendre la dette des Echos. Elle a été rendue publique quelques heures après que le tribunal de grande instance de Paris ait débouté les élus du comité d'entreprise qui demandaient la poursuite de la procédure de consultation sur le projet de vente à LVMH, estimant que la direction n'avait remis aux élus que des réponses partielles à leurs questions et ne leur avait pas donné un délai suffisant pour les examiner.

Aujourd'hui, visiblement, la patron de Pearson a été accueilli sous les huées des journalistes du quotidien lors du comité d'entreprise qui se déroulait ce matin.

J'ai évoqué cet été la bataille de la rédaction dans ce billet , , et

Parmi les nombreux articles qui y sont consacrés depuis hier, cette dépêche AFP donne une idée de l'ambiance actuelle, et celle-ci résume les principaux enjeux de cette bataille avortée.