Voilà, il fallait s'y attendre : dans sa stratégie de conquête tous azimuts (entre numérisation et indexation de contenus, que ce soient des articles, des livres, ou même des données ADN avec le projet 23andMe, comme j'en parlais ), Google a décidé d'étendre encore davantage son territoire au marché de la pub en ligne. Depuis quelques jours, des publicités sont apparues sur son portail Google News, sous forme de liens sponsorisés, qui s'affichent lorsqu'un internaute fait une recherche par mots-clés. Pour l'instant, l'expérience n'est menée qu'aux US.

Mais cela va être étendu à l'Europe et la France, inévitablement. Et il est à craindre que Google ne taille largement des croupières aux éditeurs de presse en ligne, alors que l'année s'annonce incertaine en termes de rentrées publicitaires pour les sites d'infos en ligne. Pour l'instant, cela se passe plutôt bien... du moins dans le groupe où je travaille. Mais déjà actuellement, dans une conjoncture publicitaire délicate pour la pub, les éditeurs tentent de réfléchir à de nouveaux formats publicitaires - au risque qu'ils soient plus intrusifs (je pense à ces pop-ups qui s'affichent sur toute la page avant que l'on puisse lire l'article, fréquentes sur les sites de news en ligne), ou plus ambigus (les fameux publi-reportages...). Alors que l'inconnue demeure sur les tarifs publicitaires actuels (en clair - les éditeurs de presse en ligne se voient-ils contraints de diminuer leurs tarifs ?), est-ce que Google ne risque pas de casser le marché ?

Alors que Google News est un agrégateur de contenus, et non un producteur de contenus, comme le rappelle Le Monde dans cet article...