Bakchich C. C.

J'aurais déjà dû chroniquer cette sortie dimanche dernier, alors que le premier numéro venait de sortir en kiosques. Séance de rattrapage ce soir donc, avec un feuilletage en direct du numéro 2... Le journal d'infos en ligne Bakchich.info vient donc de sortir sa déclinaison... papier, à la grande surprise de beaucoup (le phénomène d'un site web d'infos qui lance *ensuite* une déclinaison papier est assez rare pour mériter d'être souligné). De fait, Bakchich a ainsi adopté une démarche inverse à celle de la plupart des médias : sa version papier est destinée à lui donner plus de visibilité, et finalement, à donner envie aux lecteurs de découvrir... le site.

L'hebdomadaire papier Bakchich, donc, est vendu tous les mercredis, et vise clairement à se positionner face au ''Canard Enchaîné'' (qui sort en kiosques le même jour), se présentant comme "Votre nouveau journal satirique", et promettant "Informations, enquêtes et mauvais esprit". Mmm, appétissant.. La campagne d'affichage publicitaire est du même acabit, avec des caricatures de personnages politiques.

Nuit_Blanche_09_015.jpg C. C.

Le canard, en format tabloïd de 20 pages, se lit agréablement, entre longs papiers, enquêtes, confidentiels... Les papiers sont illustrés par des caricatures. On trouve aussi un reportage BD (format encore peu répandu dans la presse écrite - un des exemples les plus réussis de reportages BD se trouve à mon sens dans l'excellente revue XXI, dont je parlais là).

On sent la patte de Nicolas Beau, ancien du Canard enchaîné qui a rejoint l'équipe des fondateurs, dans la titraille résolument impertinente : "apéro" pour les indiscrets, "filouteries" pour les enquêtes de fond et scoop (avec par exemple un excellent papier, "Cosa notra, le vrai parrain de Berlusconi" - pour le moins, c'est clair), des pages plutôt attendues sur la conso (bonne enquête sur le bizness de l'eau), les médias et les people, la culture...

Le journal a choisi de présenter "les meilleures infos du Net" dans une rubrique "Bab el Web", via... un partenariat avec Vendredi.info, qui lui fournit 4 pages d'articles qu'il a sélectionnés. C'est là que le bât blesse, à mon sens, ou du moins que la logique du truc est difficile à suivre : pourquoi Bakchich, qui est lui-même initialement un média en ligne, ne propose pas sa propre sélection maison de contenus web (blogs, sites) ? Un échange de contenus qui apporte, certes, une nouvelle visibilité à Vendredi (dont la parution a été suspendue en juin, mais pourrait être relancée en novembre - voire l'entretien avec Jacques Rosselin chez Piratages). Et où Vendredi.info fournit des infos sous des formats et des angles variés (papier de fond, "gazouillis de la semaine" récoltés sur Twitter...). Étonnamment, un blogueur y trouve le statut de chroniqueur, avec une rubrique intitulée "Dans l'oeil de Guy Birenbaum".

Premier bilan : pas mal du tout, donc. Je ne sais pas si ce nouveau canard attirera le grand public ou s'il attirera seulement les technophiles, journalistes, blogueurs... qui connaissaient déjà le site Bakchich.info (et évitera ainsi l'écueil qu'a connu Vendredi). Et s'il peut vraiment se positionner comme concurrent au Canard enchaîné, qui est déjà une "marque" très installé. Mais ce dernier ne dispose certes d'aucun relais sur Internet. A suivre...