IMG_2392.JPG

Il y a l'édito de Michel Denisot pour le premier numéro de Vanity Fair en VF. Où il proclame que "là où le temps s'accélère, Vanity Fair vous propose le temps de ralentir et d'aborder différemment la vision du monde qui nous entoure". (Certes, il faut avoir le temps: ledit édito se trouve page 43, après une floppée de pubs ;). C'est sûr, "il faut du temps et de la distance et c'est aujourd'hui un luxe dans la presse", Vanity Fair, un des lancements de mags les plus attendus cette année, serait-il la dernière incarnation en date du slow journalism ? Denisot nous promet dès l'édito des "histoires captivantes au long cours": et de fait, mis à part les nombreuses rubriques qui rappellent celles de GQ et autres mags branchés ("les minutes de l'info futile", les festivals estivaux...), on arrive ensuite à des sujets parfois d'une dizaine de pages (disons 5/6 une fois que l'on ôte les pages de photos): entretien avec le majordome de Liliane Bettancourt, atelier d'un faussaire allemand, interview-fleuve de Scarlett Johansson, magnifique retour sur les Bains-Douches par Eric Dahan (quand on le lit, on y est)... Le ton y est souvent détaché, chic, parfois désinvolte, un peu snob, avec l'écriture divine de certaines plumes.

C'est en tous cas un des rares exemples de magazines où il y a encore des papiers longs, même si l'on n'atteint guère la longueur (et la subtilité dans l'écriture) dont le New Yorker et The Economist sont coutumiers. Et si prendre le temps d'enquêter, devenait un luxe qui permettrait à la presse écrite de se distinguer, face à l'écume d'infos balancées presque en temps réel sur les médias en ligne, à l’information en temps réel, les articles courts et aux notifications push sur mobile ? C'est le slow journalism, concept autour duquel se greffent plusieurs nouveaux projets de médias.

snow_fall.jpg

Même un des meilleurs quotidiens actuels, le New York Times, s'est y essayé : le 20 décembre dernier, il publiait Snow Fall, un article titanesque, publié en 6 chapitres, et portant sur un sujet plutôt décalé : l’histoire d’un groupe de skieurs qui, l’hiver précédent, avaient été pris dans une gigantesque avalanche à Tunnel Creek, dans l’état de Washington. Au menu: des dizaines de milliers de signes, mais aussi des vidéos, sons, animations et infographies, grandes photos... Et au passage, le résultat de 6 mois de reportage, une équipe de 17 personnes mobilisée… Et plus de 3 millions de visiteurs-lecteurs de ce récit multimédia.

Cette idée de prendre le temps pour raconter, on l'a vue ressurgir dans la floppée de mooks (ou magbooks) lancés ces derniers mois, dans la lignée de la revue XXI : des revues bimensuelles ou trimestrielles, où le papier glacé et la maquette soignée s'y prêtaient d'autant plus. Mais on la retrouve dans plusieurs des projets journalistiques les plus intéressants du moment.

IMG_2393.JPG

Il y a notamment le nouveau mensuel Au fait, qui se revendique "média lent". Lancé le 25 avril dernier par Xavier Delacroix, journaliste passé parla BBC dans les années 80, et les RP, qui compte dans son comité éditorial des pointures telles que Bernard Poulet (ex-L’Expansion) et Patrick Blain (ancien du Parisien). Après avoir levé près de 400 000 euros, il a donc lancé son titre, décliné sur papier, tous les mois, et sur tablette. Un magazine sans pub (qui, à ce titre encore, se rapproche des mooks), vendu 7,90 euros le numéro (tout de même...); qui vise l'équilibre à 15 000 exemplaires.

Place ici, donc, au long : pour les articles, interviews, dossier au-delà des écumes de l'actualité. Avec pour particularité que Au fait n'en vient "aux faits", en profondeur ,que sur deux sujets par numéro - d'où sa couv' subdivisée en deux. Au menu ici, 47 pages sur le "système" HEC, "fournisseur officiel d'élites", et des articles qui n'hésitent pas à pointer ses faiblesses: le très faible nombre d’étudiants boursiers, la consanginuité des admis, le manque d'anticipation de l'école quand à la crise... Dans une seconde partie, longue interview de Zungmunt Bauman, sociologue non conformiste, qui donne sa vision de la société, de la religion ("l'expression des limites de l'être humain") à Facebook (où "les citoyens livrent volontairement toute leur intimité (...) Il a déjà collecté plus de secrets que n'avaient pu le faire tous les services d'espionnage et toutes les polices politiques de toute leur histoire"). Illustrations a minima, quelques rares photos: le concept est exigeant. Reste à voir si le lecteur accrochera...

Le Quatre Heures, slow info + grand reportage en ligne

le_4_h.jpg

Mais il y a aussi la revue Le Quatre heures, projet de fin d'études d'étudiants au CFJ de Paris. L'idée : Chaque mercredi, à 16 heures pile, il propose sur son site un reportage multimédia, qui, dans la lignée des webdocus, mêle texte, photo, vidéo et son, en plein écran. Sur la page d'accueil du site, les étudiants revendiquent d'ailleurs de vouloir "faire du Quatre Heures le premier média français de slow info qui réconcilie web et grand reportage". Ils annoncent que le site, en version beta, durera six semaines, avant une version définitive prévue pour 2014.

Il y a également ce superbe projet de media néerlandais, De correspondent, comme j'en parlais dans cette enquête, financé par une jolie opé de crowdfunding: lancé par le journaliste allemand Rob Wijnberg et le designer Harald Dunnink, fondateur de l'agence digitale Momkai, ce média totalement digital, décliné sur Internet, mobile et tablette sera proposé par abonnement, pour 60 euros par an, il n'inclut à priori pas de publicité dans son modèle. De fait, les 17 000 crowdfunders ont préfinancé cette publication en prenant chacun un abonnement.

Des projets de slow journalism qui sonnent comme des répliques à l'ère de l'immédiateté, de la "fast information" en quelque sorte, où une actu chasse l'autre, phénomène dopé par Twitter. A l'heure où bon nombres de médias rivalisent ainsi d'"exclus", et il n'est pas rare qu'une info partagée sur Twitter se voie rapidement tancée d'un #old.