ebook

Gros plantage chez le monde de l'édition ou simple polémique ? Dans cette tribune publiée sur le site de L'Atelier (cellule de veille de la BNP Paribas, initialement fondée par le génial Jean-Michel Billaut - toujours bon à rappeler...), Frédéric Kaplan, connu notamment pour ses travaux sur l'intelligence artificielle, l'affirme: le format ePub ne tiendrait pas la route, à moyen terme, pour soutenir les livres numériques.

La norme ePub

Le format ePub, c'est la norme qui s'est imposée comme prédominante sur les premiers Readers (liseuses électroniques) apparus sur le marché: les modèles de Sony, d'Amazon (Kindle), du Français Bookeen... acceptent tous ce format. Tout comme les tablettes tactiles telles que l'iPad dans leur fonctionnalité livres électronique. L'avantage étant que les eBooks téléchargés sous le format ePub peuvent être lus sur la plupart des supports nomades, la mise en page des fichiers s’adaptant en principe aux caractéristiques particulières du support, ainsi qu'aux préférences du lecteur.

Or, le livre numérique est en train de se développer timidement, d'autant plus en cette rentrée littéraire, où les éditeurs (les gros, du moins, qui ont les moyens) s'efforcent de sortir leurs nouveautés en romans en éditions papier ET numérique, en même temps, comme j'en parle dans cet article pour Rue89. D'après la Fnac, près de 25% des titres de la rentrée littéraire seraient disponibles en format numérique (chiffres contestés par certains professionnels de l'édition).

L'ePub a bien des atouts: c'est un standard ouvert, qui existe depuis longtemps, et a été adopté par la plupart des constructeurs de liseuses ET de tablettes (une bonne alternative face à Amazon), qui plus est simple à déployer pour les éditeurs.

Livres sous ePub et livres-applications, des expériences différentes

Mais l’ePub produit des mises en pages très inférieures à celles des livres imprimés, d'après Frédéric Kaplan. Le gros problème étant que l'ePub ne prend pas en charge les expériences de lecture que permettent les tablettes tactiles (dotées, elles, d'écrans couleur): normal, il n'avait été pensé que pour les liseuses.

Et il n'est pas compatible avec les livres-applications, ces livres animés que l'on commence à voir émerger sur les iPad, produits par des start-ups telles que Moving Tales. Sa première réalisation, The Pedlar Lady of Gushing Cross, montre d'ailleurs tout le potentiel du numérique pour des ouvrages graphiques. Et elle cartonne, étant devenue meilleure vente dans la catégorie Livres numériques de l’App Store US et canadien.

C'est bluffant, une expérience pas loin de premiers livres dotés de réalité augmentée (voir le reportage vidéo que j'avais dédié à celui de Dokéo), peut-être une forme de lecture - purement divertissante et expérimentale - du futur... Mais qui n'a pas grand-chose à voir avec l'expérience d'une lecture de livre classique, qu'offre le format ePub. Le livre-application reste une forme de lecture innovante, mais restreinte, par essence. Fausse polémique, donc.