Mire_0_Noir_et_blanc.gif

Cinq émissions hebdomadaires rien qu'en télévision, au moins trois en radio... En cette rentrée, on a pu voir une multiplication assez ncroyable des émissions dédiées aux médias, sans parler des rubriques médias récurrentes, et des émissions consacrées à la vie numérique, aux nouveaux médias et aux technologies. L'univers des médias, un nouvel entertainment pour le grand public ?

A première vue, rien de nouveau. Depuis plusieurs années, il y a des émissions consacrées aux médias dans les grilles de programmes en télés et radios, qui disparaissent ou sont remplacées au fil des saisons, sur des chaînes de diverses audiences. Il y a eu, sur France 5, la mythique "Arrêt sur images", qui continue d'être diffusée sur le Net. Canal+ a eu pendant plusieurs années consécutives son émission médias le samedi midi, ou encore "Pop com" dimanche après-midi. Paris Première aussi, avec "Pif paf", animée par Philippe Vandel. Mais en cette rentrée, vous n'y échapperez pas.

Rien qu'en télévision, Jean-Marc Morandini inaugure "Vous êtes en direct" sur NRJ 12, émission certes plus large que sa quotidienne, "Morandini !", elle totalement consacrée aux médias, qu'il tenait sur Direct8. Cyril Hanouna a quitté France 4, embarquant "Touche pas à mon poste" sur Direct8, avec une nouvelle formule attendue pour octobre. La chaîne d'info i>télé a lancé le 2 septembre "L'hebdo des médias", le dimanche à 11h45, animée par Matthias Gurtler, rédacteur en chef de Gala. Sur LCI, Julien Arnaud, qui assure l’interview politique quotidienne le matin, a entamé une nouvelle saison de "La Médiasphère", programmée le vendredi. Enfin, France 5 a entamé il y a 8 jours la cinquième saison de "Médias le mag", le dimanche à 12h35.

En radio, deux des principales radios ont maintenu leurs rendez-vous médias : RTL avec son émission "Les dessous de l'écran", le dimanche à 13 heures, et Europe 1 avec "Le grand direct des médias", animée tous les matins à 9 heures en semaine par Jean-Marc Morandini. Et depuis la rentrée, France Inter a confié à Sonia Devillers, ex-journaliste médias au Figaro, une émission hebdomadaire, "Le grand bain", diffusée tous les samedis à 16 heures.

Les médias et la culture numérique omniprésents dans notre quotidien

En élargissant le spectre, on constate que les médias et nouveaux médias sont devenus une thématique récurrente, nombre d'émissions ont une rubrique dédiée. Logique : cela reflète le fait que les médias, la culture numérique et les technologies sont devenus omniprésents dans notre quotidien. Dans la matinale du samedi, sur France Inter, Alexandra Hakoun a, depuis la rentrée une petite case, "Parlez-moi médias". Dans le nouveau talk-show programmé les samedi et dimanche midi sur Canal+, "Le supplément", animé par Maïtena Biraben, l'actu médias et numérique a aussi largement sa place. La semaine dernière, un sujet (très fouillé) portait sur les déconnectés volontaires, et l'animatrice recevait Julian Brugier, journaliste qui présente occasionnellement le JT sur France 2.

Les émissions consacrées à la culture numérique et aux technologies se sont elles aussi multipliées: France Culture a reconduit deux émissions hebdomadaires, l'excellente "Place de la toile", consacrée chaque samedi après-midi aux écrans et "aux différents aspects de la révolution numérique", animée par Xavier de la Porte, et "Soft Power",programmée chaque dimanche à 19h, consacrée "aux industries créatives et aux médias". Le Mouv' a reconduit son rendez-vous hebdomadaire (me semble-t-il) consacrée à la culture numérique et aux technos, dans son 7 à 9 du lundi matin. Et j'en oublie sûrement...

Certes, la presse écrite continue de traiter le sujet. Le Figaro, Les Echos, Libération, L'Express, Le Nouvel Obs, Challenges... ont depuis plusieurs années des pages consacrées à l'actu médias / high-tech (avec une rubrique Indiscrets récurrente dans les hebdos). A cela s'ajoute une série de publications (souvent des newsletters payantes) spécialisées: bien sûr l'hebdo Stratégies (mon employeur), CB News, désormais mensuel, et plusieurs newsletters spécialisées (La Correspondance de la presse, Satellifax, Tarif Media, etc). Pourtant, il faut noter la disparition du mensuel spécialisé Médias, dirigé par Robert Ménard et sa compagne Emmanuelle Duverger, qui a cessé sa parution en juin dernier.

0.jpg

Quand L'Express lance sa web-émission médias

Mais plusieurs journaux cherchent une extension audiovisuelle (sur le Web) de leurs rubriques médias. Le Figaro a lancé, il y a quelques années, une déclinaison "audiovisuelle", avec "Le buzz média", une quotidienne sous forme d'interview vidéo diffusée sur son site, dont certains extraits sont repris dans les pages saumon du quotidien. L'Express a lui aussi monté, en début d'année, Immédias, une web-émission médias animée par Renaud Revel (chef du service médias, qui tient un blog éponyme), diffusée toutes les semaines sur son site.

Attirer les CSP+ et la ménagère de moins de 50 ans

Pourquoi un tel engouement des chaînes de télé et radio - et potentiellement des téléspectateurs et auditeurs - autour de l'univers des médias ? Et pourquoi se déporte-t-il à ce point dans les médias audiovisuels ? Tous ces programmes qui dévoilent les coulisses de la télévision et de de la presse écrite ont pour avantage de brasser plusieurs thèmes: séries du moment, économie des médias, évolution des pratiques journalistiques, voire people (entre animateurs et acteurs de série), et paillettes des soirées...

Et en cette rentrée 2012, l’actualité a rarement été aussi intense : rachat de Direct8 par Canal+, qui en fait une nouvelle chaîne, marché publicitaire en crise, difficultés pour la presse écrite, multiplication des chaînes TNT, incertitudes chez France Télévisions... Cette effervescence se reflète dans les émissions elles-mêmes : certaines sont arrêtées, de nouvelles s’installent et des têtes d’affiche changent de chaîne.

L'occasion de viser aussi bien les CSP+ que la fameuse ménagère de moins de 50 ans. Les CSP+, à l'évidence, soit les cadres, professions libérales et patrons, qui regardent peu la télé et écoutent peu la radio en semaine, mais un peu plus le weekend... Voilà pourquoi presque toutes ces émissions médias sont programmées le weekend. Du coup, les chaînes qui en font un outil d’information, de lobbying, une vitrine, et d'entertainment.

Car d'un côté, les chaînes ont bien compris la possibilité d'attirer ces fameuses CSP+ en parlant de l'économie des médias (coût des émissions, situation économique des journaux, etc). Grâce à ces émissions-vitrines, elles attirent du même coup l’attention des annonceurs et des agences médias susceptibles d’acheter des spots publicitaires. Il ne faut rien négliger... D'un autre côté, en révélant "la face cachée des médias que vous regardez", elles flattent le très grand public (la fameuse ménagère...), en tirant sur le côté people et paillette: avec des images de soirées de lancements, des sujets sur la vie privée d'animateurs télé...

Ainsi, certes, les nouvelles émissions médias des chaînes d'info continue (tout de même, deux d'entre elles en ont, à l’exception notable de BFM - pour l'instant ?), visent ces fameuses CSP+, avec des sujets plutôt orientés business, entre coût des programmes, parts de marché et présentateurs stars. Tout comme, dans une certaine mesure, "Médias le mag", animée par Thomas Hugues: ici, on est cependant plus dans le décryptage, avec parmi les nouveaux chroniqueurs le sociologue Jean-Louis Missika et Anthony Bellanger, ex-Courrier international, et l'analyse pédago et volontiers impertinente des techniques de com' des médias et des entreprises - un bon point en particulier pour la nouvelle rubrique "Coup de com'", qui a passé au crible cette semaine les dessous de la soirée de lancement de Direct8 (avec les fameux "éléments de langage" appris au préalable que les animateurs-stars répétaient devant les caméras ;).

il-faut-sauver-jean-marc-morandini_M92256.jpg

D'autres visent un public plus popu. Ce sera probablement le cas de l'émission de Cyril Hanouna sur Direct8, qui s'était imposé sur France4 avec le ton très LOL / bande de potes de son émission précédente. Jean-Marc Morandini (dont on lira le compte-rendu sardonique chez Samuel Gontier, de Télérama) ne dit pas autre chose, lorsqu'il parle au "Buzz" du Figaro [de sa nouvelle émission |http://www.lefigaro.fr/medias/2012/08/28/20004-20120828ARTFIG00544-jean-marc-morandini-invite-du-buzz-media-orange-le-figaro.php] :

NRJ12 a cette image de chaîne des 15-25 ans, or elle n'est pas que cela. Mon objectif, c'est d'aller chercher la famille, cette fameuse ménagère, les 25-45 ans, sans faire fuir les jeunes. (...) L'audience des ménagères, c'est ce qui intéresse vraiment NRJ12, de même que TF1 et M6. Or avec 2,9% de part de marché sur les ménagères, nous avons gagné plus d'un point sur les premières émissions sur cette case, par rapport au programme précédent.