2885c900-319f-0134-0cb2-0a0b9a139ea7.jpe

Allumage de l'ordinateur (un MacBook évidemment, tout comme tous les personnages du film seront dotés d'iPhone), cliquettement rapide des touches du clavier, puis elle ouvre tour à tour Spotify, sa boîte Gmail, avant d'être interrompue par une notification Facebook, puis un appel sur FaceTime. Puis une notification sur son mobile venue de Nerve, le dernier jeu virtuel à la mode... Dès les premières secondes du film, nous sommes immergés dans le quotidien très numérique de Venus (Emma Watson), lycéenne new-yorkaise de 18 ans, dont la post-adolescence est rythmée par une vie numérique effrénée. A première vue, Nerve est un film qui cible les ados et la génération Y. Précisément en mettant en scène leur quotidien imprégné du Net et des réseaux sociaux. Et par une intrigue menée tambour battant, très (trop) vite, musique pop douceâtre (bande originale xx) , images saccadées et ultra-rapides, qui semblent souvent tout droit sorties d'un clip. Ou plutôt, d'un jeu vidéo, sur lequel le film semble calqué. Logique: déjà aux manettes de la saga-blockbuster Paranormal Activity, le duo de réalisateurs américains Ariel Schulman - Henry Joost sont des habitués des films à gros budgets pour ados, dont ils manient à la perfection les codes. Un petit carton: près de 300 000 entrées la première semaine, Nerve étant ainsi numéro 2 au box office français.

Mais ce film va plus loin, ce qui m'a donné envie d'écrire dessus (chronique garantie sans spoilers), après avoir (longuement) déserté ce blog, au gré d'une nouvelle étape professionnelle (pardonnez-moi, chères lectrices et chers lecteurs !). Sous un vernis de films pour ados un rien agaçant, Nerve s'avère être un thriller horrifique et une dystopie, qui met en scène de façon glaçante les futures dérives possibles de nos usages numériques, l'omniprésence des réseaux sociaux et du numérique dans nos vies. Ce qui rejoint mes obsessions que je nourris ici ;) Il prend parfois un tour de film d'horreur futuriste: au cinéma, tout à l'heure, une bande d'ados (la génération Y mise en scène dans Nerve) à côté de nous se gaussaient au début en engloutissant leur pop-corn, avant de pousser des cris effrayés par moments, totalement immergés dans le film.

Trick or Treat, Dystopie à l'heure des réseaux sociaux

nerve2.jpe

nerve-1460x950-1463066792.jpe

Le pitch, donc: dans un futur proche (en 2020), Vee (Venus), pas vraiment accro à la tourmente des réseaux sociaux, cède au champ des sirènes, par défi envers sa meilleure amie, en s'inscrivant à Nerve, mi-jeu en ligne, mi-réseau social clandestin. Le film est tiré d'un roman pour ados, Addict, de Jeanne Ryan. Métaphore de la "vraie vie", de la société, forme de Trick or Treat (Action ou vérité), il divise ses membres en deux catégories: les "players" (joueurs) acceptent de relever des défis, contre de l'argent, allant du french kiss à un inconnu dans un bar à une situation parfois mortelle (passer entre deux immeubles sur une échelle placée à l'horizontale en attitude). Les "viewers" (voyeurs) paient, et en échange, soumettent des défis aux joueurs, que ceux-ci doivent relever et filmer en direct. Pas de spoil ici ;) mais en très raccourci, Vee se voit vite intronisée comme joueuse, à un certain prix: son identité numérique est littéralement vampirisée par le jeu virtuel, qui, dès qu’elle a accepté d'être "player", aspire tous les éléments sur elle (photos de vacances, etc) qu'il aspire immédiatement sur son ordinateur et sur les réseaux sociaux, et toutes ses traces numériques qui ressortent via Google. Elle va devenir une star virtuelle du jeu, mais les voyeurs dictent les règles: ce sont eux qui lui imposent de former un couple avec son partenaire so sexy (James Franco), et d'aller essayer en 10 minutes La robe lamée verte dans ce magasin de luxe. C'est là que l'on voit la dimension dystopique du film.

"Nerve est une démocratie directe", ose un des personnages du film. Les voyeurs dictent les règles, et pourchassent le couple dans ses défis en le filmant avec les caméras de leur smartphone. On voit bien les références explicites et très actuelles du film: Twitter, et plus encore Snapchat, Periscope, ou Facebook Live, où le mobinaute a pris l'habitude de partager en direct des instants, et attend des réactions en direct (commentaires, cœurs sur Periscope). D'ailleurs, un autre film-phare de la rentrée met en scène cette jeune génération Y (film très différent, hein): l'explosif et vital Divines de Houda Benyamina, Caméra d'or au festival de Cannes cette année. Chez elle, les premières minutes du film ressemblent à des images tournées en direct depuis un smartphone sur Periscope.

Le film met en scène, dans une écriture nerveuse et rapide, ce speed lié aux réseaux sociaux. Vee et filmée en contrevue à l'envers de son écran d'ordinateur (comme s'il l'observait). A plusieurs reprises, on voit les notifications des ordres des "viewers" s'afficher sur son smartphone (iPhone évidemment, dont le film est une longue pub gratuite). Dans plusieurs scènes, les réalisateurs superposent à l'image des SMS, ou sur des vues de New York, la localisation en direct des joueurs secrets de Nerve (pour montrer son caractère invasif)...

Avec Nerve, où les personnages relèvent des défis parfois mortels, on pense aussi aux "faits divers" sordides que l'on a commencé à voir émerger ces derniers mois autour de ces réseaux sociaux mobiles: le cas terrifiant, en mai dernier, de cette jeune femme de 19 ans qui s'est suicidée en direct avec son Periscope allumé. Le film évoque aussi fortement le site de streaming de jeux vidéo en direct Twitch, "qui a popularisé la dichotomie entre le caster (le diffuseur, celui qui se montre), et les viewers (les spectateurs)", comme le relève mon confrère William Audureau dans cet article. Pour moi, il faut écho de façon encore plus brûlante à Pokemon Go, ce jeu virtuel sur mobile de chasse (certes pacifique, elle ;) à des bestioles virtuelles. Qui a conduit des joueurs à prendre des risques parfois mortels.

Les hackers (et les voyeuristes) stars de Hollywood

Mrrobot_2.jpg

Extrait de Mr Robot

Le film révèle aussi une certaine fascination d'Hollywood pour le monde numérique, les dystopies effrayantes, et ses acteurs: hackers de génie, voyeurs pervers, société ultra capitaliste. Les exemples de films et séries sont légion. Les hackers nouvelles stars, j'en ai parlé dans ce billet il y a pile un an. La (top) série Mr Robot, qui débarque sur France2 cet automne, met en scène un hacker paranoïaque. Un des épisodes de la série. Le réseau social ultra intrusif, c'est le sujet du livre The circle (chronique en 2013 dans ce billet, sorti en VF cette année), qui met en scène un Google bis, où "La vie privée, c'est du vol". Le sujet est très contemporain: Mark Zuckerberg affirmait en 2010, dans le Washington Post, "Si les gens partagent plus de choses, le monde sera plus ouvert et plus connecté. Et (...) c'est un monde meilleur". Vive la transparence, à bas le secret.

Nerve dénonce aussi les voyeuristes sadiques (eux qui lancent des défis mortels), protégés derrière leurs écrans par leur anonymat, et l'univers qu'annonce la télé-réalité. Tout comme dans la saga Hunger games, ou la très radicale série TV britannique Black Mirror (production: Channel 4), notamment l'épisode La chasse.