mwc-2013-580-75.jpg

Va-t-on téléphoner de moins en moins, et s'envoyer toujours plus de "data" depuis nos smartphones toujours plus perfectionnés ?... La frontière entre smartphones et tablettes est-elle en train de s'estomper ? La suprématie d'Android et d'iOS d'Apple pourrait-elle être remise en cause ?... Comme chaque année, le Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, une des grand-messes de l'industrie des "telcos", qui rassemblait la semaine dernière plus de 70 000 personnes, a permis de prendre le pouls du secteur. Un secteur plus que jamais mouvant, avec des opérateurs traditionnels en difficultés, et bien sûr la crise...

Il y a aussi quelques études récentes, comme l'étude annuelle de Médiamétrie, publiée mercredi dernier, révélateur des tendances de consommation des internautes/mobinautes. Exemples de tendances naissantes ou affirmées attendues pour cette année...

Le choc attendu de la 4G

La quatrième génération de téléphonie mobile, dont les opérateurs développent (très) progressivement les réseaux, c'est le prochain champ de bataille entre opérateurs mobiles. Qui entendent relancer la guerre des prix, dans un secteur dynamité depuis l'arrivée de Free Mobile et ses tarifs low cost. Désormais, ils vont arguer de l'innovation, du développement de l'infrastructure, de la qualité de leurs réseaux respectifs... Pour justifier de nouveaux forfaits, plus chers. Mais aussi du côté des constructeurs, qui commencent tout juste à dégainer une nouvelle génération d'appareils mobiles compatibles avec cette nouvelle norme. Le sujet était omniprésent cette année sur la Fira de Barcelone, comme j'en parle dans cette enquête publiée la semaine dernière.

La question étant surtout: comment accrocher le consommateur, le convaincre de changer de mobile, de forfait...?

Les "tigres" chinois en embuscade

C'est un des aspects induits par l'arrivée de la 4G. Certes, des constructeurs de mobiles alors (presque) méconnus étaient déjà à Barcelone l'année dernière: Huawei, ZTE, Panasonic, Fujistu... Mais certains sont en délicatesse (Panasonic n'a finalement pas lancé sa gamme de smartphones Eluga en Europe, comme je l'évoque ici). Quant aux Chinois ZTE et Huawei, leurs pavillons étaient cette année bien plus imposants que l'an dernier, situés à quelques pas de ceux de Sony, Samsung et autres Nokia... Surtout, ils ont dévoilé cette année une poignée de smarpthones et tablettes compatibles 4G, bijoux technologiques proposés à des prix très offensifs.

D'ailleurs, dans mon reportage, les dirigeants français de ces deux "tigres" chinois le disent clairement: la 4G est bien l'occasion pour eux de se lancer à l'assaut du marché français, où ils s'en tenaient, jusqu'à présent, à des appareils proposés sous marque blanche, ou quelques rares smartphones sous Android. Pour lancer son Ascent P2, Huawei va d'ailleurs s'offrir sa première campagne publicitaire mondiale, ce printemps, confiée à la puissante agence McCann, comme nous le révélons dans Stratégies. Il s'était déjà essayé à la campagne institutionnelle un peu chic l'automne dernier (ce cheval blanc ne vous rappelle rien?...). Même Lenovo, à Barcelone, n'avait certes pas de stand, mais a présenté à une poignée de journalistes des tablettes et smarpthones sous Android qui seront lancé en Europe dans le courant de l'année - quelques-uns devraient être compatibles 4G. Pour mémoire, ce constructeur chinois, devenu un des leaders mondiaux dans les PC, a innocemment manifesté son intérêt, il y a quelques semaines, pour racheter le Canadien Blackberry (ex-RIM), qui tente sa survie avec son Blackberry 10...

Autre fait, révélateur, dans cette guerre de com' menée sous le ciel bleu de Barcelone, plusieurs grands constructeurs traditionnels n'ont pas daigné y tenir une conférence de presse. Pas de conf' pour LG, Samsung, Blackberry... Mais Huawei (dès dimanche après-midi, veille de l'ouverture officielle du salon) et ZTE l'ont bien tenue, eux. Les constructeurs essaient désormais de faire la différence en organisant leurs propres événements hors de ce rendez-vous multi-marques qu'est le MWC me faisait remarquer Thomas Husson, de l'institut Forrester. Blackberry a dévoilé son dernier joujou à New York, le 30 janvier dernier, HTC a dévoilé ses derniers modèles quelques jours avant le MWC, Samsung a annoncé à Barcelone un événement... à New York, mi-mars, pour la sortie de son Galaxy S4.

Smartphones, tablettes... et phablets mania

Handset-makers-like-ZTE-Huawei-scurry-to-join-Year-of-the-Phablet.jpg

La 4G va accélérer les nouveaux modes de consommation des contenus, et les nouveaux modes d'utilisation des appareils électroniques par le grand public. Toujours plus de mobilité, toujours plus de contenus que l'on partage et que l'on échange, que l'on produit... Ces usages ont été créés avec la 3G, qui nous a permis de lire nos emails, surfeur sur Internet, regarder des vidéos.. sur nos mobiles, nous transformant en "mobinautes". La 4G va accélérer cette tendance de consommation: elle devrait permettre de télécharger des contenus (vidéos notamment) cinq fois plus vite, et de les partager dix fois plus vite. Imaginez seulement la différence par rapport à aujourd'hui...

Thomas Husson me disait que cela devrait généraliser l'utilisation de "social games" (voire une nouvelle génération de MMORPG compatibles mobiles?), mais aussi de la combinaison réseaux sociaux + vidéos, avec, peut-être, une nouvelle génération d'Instagram version vidéo. Ce réseau mobile très haut débit va nous habituer à partager en un clin d'oeil des vidéos que nous avons tournées avec des mobiles intégrant des appareils photos toujours plus perfectionnés : les derniers smartphones présentés à Barcelone, par Samsung, LG et autres Huawei, comportent presque tous des appareils photos numériques de 12 megapixels, avec fonction vidéo, flashs intégrés etc.

Et ce alors que, en un an, on compte 24% de mobinautes supplémentaires (23,6 millions) et +138% d’utilisateurs principaux d’iPad (2,3 millions), soit un foyer sur sept, d'après la dernière étude de Médiamétrie, sur "l'année Internet 2012". Car en 2012, au gré d'une année bouillonnante en actualités politiques sportives, les Français ont été nettement plus nombreux à s'équiper et se brancher à Internet sur tous les écrans. Au passage, un internaute sur 4 a déjà commenté sur Internet un programme TV qu'il était en train de regarder.

Surtout, la 4G, ces nouvelles habitudes, devraient consacrer l'émergence d'une nouvelle génération de smartphones. Ils tiennent encore dans la main, mais sont presque des tablettes, avec des écrans de 5 pouces, voire 6 pouces : tel le Huawei Ascend Mate, doté d'un écran de 6,1 pouces. Ce sont les "phablets" (smartphone + tablette), nés dans le sillage de la "phablet" à succès de Samsung, la Galaxy Note (10 millions de modèles vendus en 2012), dévoilée il y a pile un an à Barcelone, comme j'en parlais alors dans cet article. Appareil deux en un ou nouveau segment marketing ? Une de ses particularités étant qu'elle permet aussi de téléphoner, et comporte un emplacement pour une carte SIM, contrairement à la plupart des tablettes tactiles.

Ce qui les rapproche de la nouvelle génération de tablettes, dotées d'écrans 7 pouces, ue l'on a vu émerger fin 2012, tels l'iPad Mini, ou la Google Nexus. Des tablettes davantage adaptées à des usages nomades...

OS "libres"

20130224_ZTE_Open_running_Firefox_OS_011_620x485.jpg

Une nouvelle génération d'écosystèmes mobiles "libres", lointains héritiers des logiciels libres? Cela commence à arriver dans la galaxie mobile. Et on imagine déjà les argumentaires marketing autour de ces alternatives "libres" aux OS propriétaires (ou pas loin), tels Android de Google, qui équipe toujours plus de mobiles (70,1% fin 2012 d'après l'institut IDC), et iOS d'Apple (21% des smartphones). A Barcelone, les premiers smartphones "tournant" sous Firefox OS ont fait sensation, tel celui dévoilé par ZTE, ZTE Open. Tout petit, simplisme, j'ai trouvé sa navigation fluide, avec la multitude d'apps dont il était déjà pourvu. Un type de modèle de smartphone conçu sur mesure "pour l'Amérique du Sud" et d'autres pays en voie de développement, précisait un des dirigeants de ZTE lors de la conférence de presse de présentation à Barcelone.

samsung-tizen.jpg

Autre OS "alternatif," très attendu cette année, Tizen. Une déjà longue histoire pour ce système d'exploitation mobile open-source. Initié par la Linux Foundation, développé par Intel, Tizen sera multiplateforme, conçu pour les smartphones, les tablettes, et les TV. En 2012, Samsung a déversé quelques 500 000 dollars (373 000 d'euros) à la Linux Foundation pour devenir un membre platinium - ce qui lui permet, au passage, de mieux gérer les orientations de Tizen. Depuis, il a été rejoint par d'autres consutructeurs, tel Huawei, et des opérateurs, comme NTT Docomo et Orange, comme annoncé à Barcelone. Autre annonce, dès cette année, Orange commercialisera des smartphones Samsung sous l'OS Tizen.

Moins de voix, plus de data

Mais au fait, le téléphone mobile sert-il encore vraiment à téléphoner? Dans les pays anglo-saxons, la consommation de "datas", allègrement au-delà d'1 giga-octet, devient de plus en plus centrales dans les nouvelles générations de forfaits proposés, surtout avec la 4G. Alors que la "voix", le fait de téléphoner, devient moins importante, comme je l'abordais déjà dans ce billet, il y a près d'un an.