L'affaire a un côté délicieusement people et un peu risible : est-on propriétaire de son prénom ? Plutôt absurde, n'est-ce pas...

La question fait pourtant débat à Hollywood, dont l'une des enfants gâtées stars, Angelina Jolie, interdit à une société française, Hors La Monde Corp., créée par Symine Salimpour, de baptiser son parfum Shiloh. Précisément le prénom porté par le fils d'Angelina Jolie et Brad Pitt. Ses avocats ont donc lancé des démarches pour retarder le processus, alors que la société française, qui doit lancer son parfum à New York ces prochaines semaines, avait postulé en juin dernier pour baptiser son parfum Shiloh, comme le relate Ouriel Ouhayon, dans ce billet "L'incroyable affaire Shiloh", sur le blog de Loïc Le Meur.

Un prénom inventé par les parents, qui ne figurait pas dans le calendrier et n'était pas utilisé, est-il leur propriété exclusive ? Peuvent-ils le protéger comme une marque classique, comme cela se fait en propriété intellectuelle et industrielle ?

Hallucinant, absurde... hollywoodien en somme. Il est peu probable que la justice tranche en faveur de la star, ou alors cela créerait un précédent pour le moins malsain. Même si l'on peut penser que la créatrice du parfum a décidé d'adopter à ce tour ce prénom connu pour assurer sa propre pub ;)

Tiens, justement, pour ma part, j'ai déjà vu plusieurs boutiques portant mon prénom, ainsi qu'un boulevard parisien, ou encore une marque prestigieuse de sous-vêtements... Je vais en parler à mon avocat ;-)