lundi 8 novembre 2021

Le dernier James Bond sur petit écran à partir de demain aux Etats-Unis - seulement 31 jours après sa sortie

21d347e58a539d1f454207db669c23903b2e8b59d479c937bc8b097973426e7f.jpeg, nov. 2021

Une nouvelle brèche est ouverte, dans un monde du cinéma où la hiérarchie des réseaux de diffusion des films est de plus en plus bouleversée. Le dernier James Bond, No time to die (Mourir peut attendre), réalisé par Cary Joji Fukunaga (Beasts of No Nation) pourra être visionné à la télévision aux Etats-Unis à partir de... demain, mardi 9 novembre, soit seulement un mois après sa sortie en salles dans le monde.

Il sera disponible «à la location» pour 20 dollars (soit 17,30 euros) via les principales vitrines PVOD comme Amazon, Apple TV (iTunes), Google Play Movies, Xfinity et Vudu, ont annoncé hier soir plusieurs médias spécialisés américains, comme Deadline.

C'est là la consécration de la PVOD (Premium Video on Demand) - applicable uniquement aux Etats-Unis - qui permet de découvrir dans son salon des films sortis au cinéma trois semaines plus tôt. A partir du 9 novembre, les téléspectateurs américains pourront le louer chez eux, a confirmé MGM. Il n'a pas commenté les projets de marchés internationaux. Les studios MGM ont fait un choix radical - en quelque sorte risquer d'écourter la vie en salles de leur dernier blockbuster - alors que les studios disposent déjà, pour les Etats-Unis, d'une chronologie adaptée à leurs plateformes de streaming vidéo (SVoD), 45 jours après la sortie en salles.

Après cette sortie en PVOD, No Time to Die sera-t-il mis en ligne en SVoD sur Amazon Prime Video, qui a racheté MGM pour 8,45 milliards de dollars ?

Blockbuster de l'année

Alors évidemment, c'était pour le moins inattendu. Cela représente une fenêtre de diffusion inhabituellement courte de seulement 31 jours, pour l'un des plus grands films de l'année, sur lequel les exploitants misaient beaucoup pour faire revenir les gens en salles. Parce que c'est un film à grand spectacle, qui se prête à la diffusion sur (très) grand écran; parce que James Bond est une des marques de cinéma les plus connues au monde; avec ici sa 25ème déclinaison au cinéma; et parce que c'est le cinquième et dernier opus où l'acteur Daniel Craig incarne l'agent 007.

D'autant que en un mois, Mourir peut attendre a rapporté pour l'instant plus de 610 millions de dollars au box-office mondial, dont 136 millions de dollars aux Etats-Unis et 49 millions rien qu'en Chine à l'issue de son deuxième week-end d'exploitation. 610 millions, c'est tout de même, pour l'heure, bien moins que le 1,1 milliard de dollars rapporté par Spectre en 2012. La performance serait donc moindre qu'attendu par les studios MGM.

Il est vrai que le film a connu un parcours chaotique, le fragilisant d'emblée: sa production s'est terminée en octobre 2019, sa sortie a été retardée à plusieurs reprises par la pandémie de Covid-19, avant sa sortie mondiale ce 8 octobre.

Mais avec ce nouveau précédent, MGM consacre un des rêves des studios de cinéma - beaucoup moins pour les exploitants de salles.

On n'en est plus à cela près: après tout, le mois dernier, HBO a de son côté sorti son blockbuster de l'année, le film de SF Dune, à la fois en salles et sur sa plateforme de streaming HBO Max.

mercredi 27 octobre 2021

Quand les professionnels du cinéma s'inquiètent du projet de Festival Netflix... en salles

pouvoir-du-chien2021082403.jpg, oct. 2021

Pour ma chronik du moment, je ne pouvais pas passer à côté de ce qui risque d'être bien plus qu'une petite polémique picrocholine.

Cette semaine, on apprenait que Netflix lui-même a prévu d'organiser, courant décembre, une poignée de projections événementielles autour de certains de ses longs-métrages. Dans des salles de cinéma. Ce sont même des salles art et essai, des réseaux MK2, Utopia ou encore Lumière de Thierry Frémaux à Lyon, qu'il a approchées, selon la revue spécialisée Le Film Français, qui a révélé l'info.

Ce sont donc des films produits et/ou commandés par Netflix - qui avaient vocation à être diffusés uniquement sur la plateforme - qui y seront projetés. La plupart de ceux programmés seront déjà disponibles sur la plateforme, seuls quelques-uns d'entre eux feront l'objet d'avant-premières, étant véritablement inédits.

Le projet n'est pas encore bouclé qu'il provoque déjà une levée de boucliers chez les syndicats professionnels, notamment du côté des distributeurs et associations de cinéastes, comme l'a relevé BoxOffice Pro.

Dès lundi, le puissant distributeur Le Pacte dénonçait dans un communiqué l'initiative, portée "par des salles de cinéma d’art et essai emblématiques courant décembre".

Mardi, le syndicat des distributeurs indépendants (SDI) et les distributeurs indépendants réunis européens (DIRE) fustigeaient l'initiative dans un communiqué commun, y voyant «une campagne marketing de grande échelle, une bande-annonce promotionnelle géante pour inciter des spectateurs de cinéma à s'abonner à un service payant». Les cinéastes de l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (ACID), pour leur part, rappelaient que «Les films de cinéma n’existent que s’ils sont vus dans des salles de cinéma» - vous noterez la définition de ce qu'est un film pour eux, on y reviendra. Ils faisaient référence à l’action symbolique menée le 14 mars dernier par 22 cinémas, qui avaient alors ouvert leurs portes au public pour contester la fermeture prolongée des lieux culturels.

La Fédération nationale des éditeurs de films (FNEF) a ensuite réagi ce mercredi, ainsi que la Fédération nationale des cinémas (FNC), cette dernière estimant que ce projet de “Festival Netflix” «sèmerait clairement la confusion en termes de perception de la chronologie des médias entre les films de cinémas et les productions Netflix pour les spectateurs et les médias».

L'Association Française des cinémas art et essai (AFCAE), dénonce elle aussi ce mercredi la «forte dimension symbolique et politique» de ce 'festival' organisé par Netflix, qui vise à «faire la promotion d’une plate-forme».

Pas faux. Si ce n'est que durant la crise sanitaire, certains producteurs et distributeurs des deux syndicats n'avaient pas hésité à vendre directement des films aux plateformes de streaming - dont Netflix, comme le souligne Le Figaro.

En clair, Netflix démarche actuellement des exploitants de salles de cinéma art et essai pour organiser ce festival, en leur proposant une programmation alléchante, rapporte Libération - des productions Netflix, parfois déjà passées par les grands festivals, telles les premières réalisations des actrices Rebecca Hall et Maggie Gyllenhaal (Clair-Obscur et The Lost Daughter) ; The Hand of God de Paolo Sorrentino, primé à Venise ; la dernière satire d’Adam McKay (avec Leonardo DiCaprio) Don’t Look Up ; ou encore le très attendu le Pouvoir du chien de Jane Campion, prévu sur la plateforme le 1er décembre.

Du Netflix dans les salles de cinéma, ce serait bien une première. Dans l'Hexagone, tout juste avait-on vu Netflix organiser quelques projections événementielles privées pour certaines productions exceptionnelles - comme The Irishman de Martin Scorsese projeté (une fois) à la Cinémathèque de Paris.

Mais ce projet de 'festival Netflix', s'il aboutit, permettrait à la firme de Los Gatos de creuser une brèche, une fois de plus, et de jouer le paradoxe, alors que son fondateur Reed Hastings a toujours dit que les productions Netflix avaient vocation à être réservées exclusivement à ses abonnés.

La question est toujours la même: un film doit-il sortir en salles pour être un *vrai* film, comme l'évoque l'ACID? Et donc, un long métrage diffusé uniquement sur une plateforme de streaming est-il toujours un film?

C'est déjà la question en creux dans le conflit entre Netflix et les organisateurs du festival de Cannes, qui, cette année encore, ont refusé des productions Netflix en compétition officielle (dont les films des Jane Campion et Paolo Sorrentino) tant qu'elles ne sortent pas en salles *dans des conditions normales*.

En outre, ces films de Netflix viendraient de facto concurrencer les films des circuits traditionnels, pour lesquels les entrées reprennent (très) lentement.

Ensuite, un festival de Netflix pourrait de nouveau brouiller le message sur la chronologie des médias, soit les fenêtres de diffusion des films sur les différents supports - alors que les professionnels du secteur discutent actuellement de celle-ci. Mais il faudra bien faire une place dans cette chronologie aux plateformes de streaming comme Netflix puisqu'elles ont désormais des obligations de financement du cinéma.

mardi 5 octobre 2021

Squid Game, un phénomène audiovisuel, un manifeste, une marque

Ce sera le sujet de ma chronik de cette semaine, parce que c'est encore un de ces phénomènes audiovisuels que Netflix a créés - bien malgré lui. C'es une série sud-coréenne, parfois sanglante, parfois gore, qui pourrait devenir le plus gros succès de la plateforme américaine

La série Squid Game est diffusée depuis le 17 septembre sur la plateforme de streaming, et les premiers chiffres et estimations donnent le tournis : n°1 dans 82 pays (§) dans le monde dont la France, d'après FlexPatrol, qui l'affiche dans son Top 10 mondial, plus de 16 milliards de vidéos avec le hashtag #squidgame vues sur TikTok...

Capture d’écran (45).png, oct. 2021

Le 27 septembre dernier, le co-président de Netflix, Ted Sarandos, l'a dit lui-même, lors d'une rencontre professionnelle, le Code Conference: Squid Game pourrait bien devenir le plus gros succès de la plateforme de streaming vidéo.

L'histoire: Seong Gi-hun (Lee Jung-jae), un quadra très modeste, chômeur, joueur invétéré, en passe de perdre le droit de garde partagée de sa fille, qui va accepter un étrange marché avec un recruteur croisé dans une gare, après avoir joué à quelques parties de ddakji : participer à un jeu grandeur nature. Il se retrouve dans un lieu isolé avec plus de 400 autres personnes. Une voix provenant d'un haut-parleur leur explique qu'ils devront se battre pour remporter une grosse somme d'argent (soit une cagnotte de 45,6 milliards de wons sud-coréens, environ 33 millions d'euros), en jouant à des jeux d'enfants - en version horrifique.

Si la série de neuf épisodes se déroule dans la Corée du Sud d'aujourd'hui, elle a une dimension dystopique - en mettant en scène une situation irréaliste - et férocement engagée, en mettant en scène des (très) pauvres Coréens tués par une poignée de ploutocrates anonymes;.Dans une tonalité parfois humoristique, avec des personnages attachants, d'une manière qui rappelle le phénomène Parasite - film sud-coréen au succès mondial, Palme d'or à Cannes en 2019 et Oscar du meilleur film en 2020.

Son réalisateur Bong Joon-ho est en outre de la même génération que le créateur de Squid Game, Hwang Dong-hyuck. On retrouve des points communs entre les deux : dénonciation de l'abîme entre riches et pauvres de la société sud-coréenne, en mettant en scène des individus au bord de la misère, et en l'appuyant par des scènes d'horreur sanglante (remember le final de Parasite, une réception chic avec barbecue qui dévie...) ; humour macabre ; idées originales dans la mise en scène ; des sujets qui touchent à la culture sud-coréenne (les jeux d'enfants typiques constituent le fil rouge à Squid Game)... Hwang Dong-hyuck puise dans la culture populaire sud-coréenne pour dresser, en creux, un portrait sombre de la société (de l'humanité ?).

Hwang Dong-hyuk dénonce aussi les rites de la télé-réalité, dans un ton qui rappelle Hunger Games et le film d'horreur Battle Royale de Kinji Fukasaku. Au fil des épisodes se distinguent une poignée de personnages, tous touchants, qui vont faire équipe pour tenter de (sur)vivre aux épreuves "jeux" successifs: autour de Seong Gihun, une jeune Nord-coréenne qui veut rapatrier sa famille, un vieil homme atteint d'un cancer du cerveau, un financier véreux poursuivi par les huissiers, un chef de gang...

Capture d’écran (44).png, oct. 2021

La série commence à devenir, dans la vraie vie et sur les réseaux, un phénomène: consacrée par les mèmes et scènes détournées, notamment sur Twitter, et avec des événements éphémères dans la vraie vie: samedi et dimanche derniers, une boutique éphémère Squid Game était ainsi ouverte dans le centre de Paris - j'ai peu y voir une très longue file de jeunes gens, prêts à attendre plusieurs heures pour y entrer...

Capture d’écran (41).png, oct. 2021

Côté merchandising, dans sa boutique de produits dérivés en ligne Netflix.shop, ouverte en juin dernier, Netflix commence déjà à proposer des T-shirts et hoodies Squid Game. Qui devient donc une marque.

mardi 28 septembre 2021

'Dune' va être diffusé en salles de cinéma... et sur petits écrans aux US (et pourquoi cela fait polémique)

Dune a le potentiel pour devenir le plus grand film de l'année. En France et en Europe, comme attendu, c'est un succès public et critique quasi-unanime: 1,6 millions d'entrées en cumulé à ce jour, une diffusion sur 893 écrans, depuis sa sortie il y a bientôt deux semaines, 13,4 millions de dollars de chiffre d'affaires... Et il totalise déjà 75 millions de dollars au box-office mondial (les 24 pays où il est déjà sorti). Pas mal pour un film au budget de 165 millions de dollars.

Ce n'est pas totalement une surprise pour le film crépusculaire de Denis Villeneuve, nouvelle adaptation du romain-culte de science-fiction de Franck Herbert, un des blockbusters les plus attendus de l'année.

Et pourtant, ce film va sortir dans des conditions particulières aux Etats-Unis, où il sortira seulement le 22 octobre prochain. J'en parlais dans ma bafouille chronique hier soir dans 'Tech & co' sur BFM Business, il va sortir à la fois en salles *et* sur la plateforme de streaming de la Warner, HBO Max, le 22 octobre. Et cela fait déjà polémique, comme le montre une tribune que vient de publier le très influent Variety, la Bible du business à Hollywood.

Pourquoi ? Parce que, que ce soit un succès ou pas au box office, c'est le film «le plus grandiose depuis longtemps, avec les images et les sons qui remplissent l'écran et remplissent les sens», écrit Owen Gleiberman. Et c'est vrai que le film vous transporte sur la planète désertique d'Arrakis, pendant 2 heures et 35 minutes, vous y vivez, vous y êtes. Comme dans Blade Runner 2049, Denis Villeneuve prend son temps pour nous montrer ce désert sableux aux couleurs ocres - tourné en bonne partie dans les déserts de Jordanie et d'Abu Dhabi. Ce film est calibré pour être vu sur très grand écran - au cinéma, donc.

«Pourquoi ce film de pop-corn de science-fiction incroyablement épique, visuellement spectaculaire et unique en son genre sortirait-il le 22 octobre sur un téléviseur près de chez vous ?», s'insurge Owen Gleiberman.

'It's all business, folks

1588861885.jpg, déc. 2020

On connaît la réponse, et elle répond à une logique imparable (ou presque). It's all business, folks. En fait, la Warner Bros, énorme conglomérat détenu par l'opérateur télécom AT&T, possède également HBO Max, le service de streaming où Dune sera mis à la disposition (sans frais supplémentaires) des abonnés. Elle veut faire tout son possible pour mettre son nouveau service de streaming en orbite. Et comme les gens, pendant la majeure partie de l'année dernière, ne pouvaient pas aller au cinéma, il a été décidé, comme je l'expliquais alors dans ce billet, que chacun des films 2021 du studio serait disponible, le jour même de sa sortie en salles, sur HBO Max.

Mais pour Variety, cette stratégie est vouée à l'échec. Un, le film sera moins rentable en sortant à la fois en salles et en streaming vidéo, puisqu'il sera proposé gratuitement aux abonnés HBO Max. Deux, cette sortie 'hybride' réduira l’impact événementiel de la sortie du film, s'il sort aussi sur petits écrans. Rappelons qu'il a été vendu comme *le* nouveau Star Wars ou Le seigneur des anneaux de l'année. En l'occurrence, Le film spectaculaire, à voir au cinéma - c'est l'essence du cinéma depuis 100 ans, de Lawrence d'Arabie à Star Wars, vous allez voir un film à grand spectacle. Trois, toute l'industrie du cinéma table sur le succès de Dune en salles, qui est censé marquer le regain d'intérêt du grand public pour le cinéma - malgré le pass sanitaire et autres aléas. Tenet était supposé être le film qui marquerait le retour en salles, ça n'a pas été le cas.

Au passage, on notera que Disney, qui avait adopté la même stratégie fin 2020, vient de faire marche arrière : il a annoncé le 10 septembre que tous ses films dont la sortie est prévue d'ici la fin de l'année seront désormais *d'abord* diffusés dans les cinémas. Des blockbusters susceptibles de faire (re)venir les foules dans les familles en salles à l'approche des fêtes de fin d'année, tels le film d'animation Encanto, qui sortira sur grand écran le 24 novembre, The Last Duel de Ridley Scott, Eternals des studios Marvel, ou encore le West Side Story de Steven Spielberg. Aux Etats-Unis, ils seront réservés aux salles obscures pendant 45 jours consécutifs au moins avant d’être proposés sur la plateforme de streaming vidéo Disney+.

Il est vrai que, cet été, l'actrice Scarlett Johansson a poursuivi Disney en justice pour avoir sorti en même temps sur Disney+ et au cinéma Black Widow. Une rupture de contrat qui lui aurait coûté des millions de dollars.

mardi 3 août 2021

Scarlett Johansson vs Disney: comment Mickey compromet lourdement le cinéma en salles

b6410de835a63eeaaadc940698c03f9c.jpeg, août 2021

Scarlett Johansson voudrait-elle la peau de la firme aux grandes oreilles ? C'est bien une des stars les mieux payées d'Hollywood qui a annoncé la semaine dernière poursuivre Disney en justice, pour sa décision de sortir le film Black Widow sur sa plateforme de streaming Disney+ en même temps que dans les salles de cinéma. De fait, les abonnés - des Etats-Unis - à Disney+ peuvent visionner le blockbuster sur la plateforme moyennant un coût supplémentaire de 30 dollars, en plus des 8 dollars d'abonnement mensuels.

Rupture de contrat pour l'actrice

Selon l’actrice américaine, dans sa plainte déposée auprès de la Cour de Los Angeles, cette sortie simultanée constitue une rupture de son contrat avec Marvel et un manque à gagner de 50 millions de dollars. La somme qu'elle aurait gagné 50 millions de dollars si le film avait atteint le milliard de dollars de ventes. Car son contrat prévoyait un intéressement sur les seules ventes de tickets en salles - et non sur des connexions à un des principaux concurrents de Netflix. Son avocat n'a pas manqué de souligner que le patron de Disney, Bob Chapek, avait décroché des actions équivalent à 3,8 fois ses 2,8 millions de dollars annuels de salaire de base pour travailler sur de «nouvelles offres de programmes» pour la plateforme de streaming, relève Bloomberg.

Au passage, The Hollywood Reporter indique aujourd'hui que d’autres stars, telles Emma Stone et Emily Blunt, pourraient prendre la même décision que l’héroïne d'Avengers et poursuivre Disney. Car un autre blockbuster estival de la firme, Jungle Cruise, distribué sur le même mode, totalisait dernièrement 61,8 millions de dollars de chiffre d'affaires... Dont 30 millions sur la seule plateforme Disney+.

Le contrat daté de 2017, signé entre les studios Marvel et Pariwinkle Entertainment, prévoyait une sortie exclusivement en salles de Black Widow, pour 90 à 120 jours, selon la plainte. Un contrat «à l'ancienne» donc, qui avait été négocié bien avant le tsunami de la pandémie - avec celle-ci les confinements et la fermeture forcée de salles de cinéma partout dans le monde. Et le bouleversement qu'elle a introduit chez les principaux studios de cinéma, qui ont revu à l'arrache, fin 2020, le mode de distribution de leurs films. Comme je l'écrivais alors dans ce billet, la Warner et Disney notamment, ont alors décidé de sortir une bonne partie de leurs films simultanément sur plateformes et en salles - du moins sur le territoire américain.

Un brin désarçonné face à la prise de position de l'actrice, Disney a répliqué avec agressivité, jugeant «la plainte particulièrement triste et éprouvante parce qu'elle ignore l'impact mondial horrible et prolongé de la pandémie de Covid-19», dans un communiqué. Et précisant que l'actrice avait déjà gagné 20 millions de dollars du film. En fait, comme beaucoup de studios hollywoodiens, Disney privilégie de plus en plus le streaming comme source de revenus futurs.

Disney veut-il compromettre la sortie en salles ?

Avec cette affaire, on en voit un autre contrecoup de ce changement précipité de la chronologie des médias auquel s'essaient certains studios. Au risque, peut-être, de compromettre les salles de cinéma. Comme attendu, La veuve noire est un des succès de cet été. près le premier week-end d'exploitation de Black Widow, Disney avait publié un communiqué affirmant que le film avait récolté «plus de 60 millions de dollars» rien que sur Disney+. A ce jour, il a réalisé un chiffre d'affaires total de 167 millions de dollars aux Etats-Unis et au Canada, et 343,6 millions dans le monde, selon Box Office Mojo. A contrario, les experts du box-office considèrent que les chiffres décevants – selon les standards des films Marvel – sont en partie dus à la sortie simultanée du film en streaming. Le ver est peut-être déjà dans le fruit.

- page 1 de 39