Ecrans › Cinéma

Fil des billets

lundi 8 novembre 2021

Le dernier James Bond sur petit écran à partir de demain aux Etats-Unis - seulement 31 jours après sa sortie

21d347e58a539d1f454207db669c23903b2e8b59d479c937bc8b097973426e7f.jpeg, nov. 2021

Une nouvelle brèche est ouverte, dans un monde du cinéma où la hiérarchie des réseaux de diffusion des films est de plus en plus bouleversée. Le dernier James Bond, No time to die (Mourir peut attendre), réalisé par Cary Joji Fukunaga (Beasts of No Nation) pourra être visionné à la télévision aux Etats-Unis à partir de... demain, mardi 9 novembre, soit seulement un mois après sa sortie en salles dans le monde.

Il sera disponible «à la location» pour 20 dollars (soit 17,30 euros) via les principales vitrines PVOD comme Amazon, Apple TV (iTunes), Google Play Movies, Xfinity et Vudu, ont annoncé hier soir plusieurs médias spécialisés américains, comme Deadline.

C'est là la consécration de la PVOD (Premium Video on Demand) - applicable uniquement aux Etats-Unis - qui permet de découvrir dans son salon des films sortis au cinéma trois semaines plus tôt. A partir du 9 novembre, les téléspectateurs américains pourront le louer chez eux, a confirmé MGM. Il n'a pas commenté les projets de marchés internationaux. Les studios MGM ont fait un choix radical - en quelque sorte risquer d'écourter la vie en salles de leur dernier blockbuster - alors que les studios disposent déjà, pour les Etats-Unis, d'une chronologie adaptée à leurs plateformes de streaming vidéo (SVoD), 45 jours après la sortie en salles.

Après cette sortie en PVOD, No Time to Die sera-t-il mis en ligne en SVoD sur Amazon Prime Video, qui a racheté MGM pour 8,45 milliards de dollars ?

Blockbuster de l'année

Alors évidemment, c'était pour le moins inattendu. Cela représente une fenêtre de diffusion inhabituellement courte de seulement 31 jours, pour l'un des plus grands films de l'année, sur lequel les exploitants misaient beaucoup pour faire revenir les gens en salles. Parce que c'est un film à grand spectacle, qui se prête à la diffusion sur (très) grand écran; parce que James Bond est une des marques de cinéma les plus connues au monde; avec ici sa 25ème déclinaison au cinéma; et parce que c'est le cinquième et dernier opus où l'acteur Daniel Craig incarne l'agent 007.

D'autant que en un mois, Mourir peut attendre a rapporté pour l'instant plus de 610 millions de dollars au box-office mondial, dont 136 millions de dollars aux Etats-Unis et 49 millions rien qu'en Chine à l'issue de son deuxième week-end d'exploitation. 610 millions, c'est tout de même, pour l'heure, bien moins que le 1,1 milliard de dollars rapporté par Spectre en 2012. La performance serait donc moindre qu'attendu par les studios MGM.

Il est vrai que le film a connu un parcours chaotique, le fragilisant d'emblée: sa production s'est terminée en octobre 2019, sa sortie a été retardée à plusieurs reprises par la pandémie de Covid-19, avant sa sortie mondiale ce 8 octobre.

Mais avec ce nouveau précédent, MGM consacre un des rêves des studios de cinéma - beaucoup moins pour les exploitants de salles.

On n'en est plus à cela près: après tout, le mois dernier, HBO a de son côté sorti son blockbuster de l'année, le film de SF Dune, à la fois en salles et sur sa plateforme de streaming HBO Max.