La deuxième couv' de la semaine, c'est évidemment celle des Inrocks, qui sort sa nouvelle formule, en kiosques aujourd'hui. Un lancement en grande poupe, avec une teuf très parisienne hier soir, et une campagne d'affichage publicitaire volontiers provoc'.

162175524.jpg

Thanks @ enikao pour la photo

Il y avait eu pas mal de teasing pour cette nouvelle formule, qui marque un virage éditorial pour l'hebdo, avec plus d'actu et de politique qu'avant... Quitte à le rapprocher des autres hebdos d'actu ? Côté historique, au départ trimestriel, le magazine rock a testé la formule mensuelle de 1992 à 1995, puis est repassé en hebdo avec une nouvelle formule en 1995, élargie à l'ensemble de la culture. L'élargissement à la politique et l'actu était déjà net depuis le début des années 2000.

Ce matin, sur France Info, son nouveau patron, Mathieu Pigasse (le banquier de gauche de la banque Lazard, dandy qui s'habille en Dior... d'après son trèèès léger portrait dans le dernier Paris-Match promettait "30 pages de plus (50 pages de plus cette semaine, une nouvelle maquette plus moderne et plus aérée, plus de photos, plus d'actu politique, d'international, et de faits de sociétés avec un ton que nous espérons différent des autres, décalé, insoumis"". Des pages qui s'ajoutent à la culture, ce qui constitue l'ADN des Inrocks à l'en croire.

IMG_0622.JPG

Qu'est-ce que cela donne dans les faits ? Déjà, on remarque le changement net de la couv', en papier mat plus épais (et plus classe) qu'avant, le changement de logo. Peu de titres en Une (qui ne mentionne d'ailleurs pas la nouvelle formule). Pour un prix qui a été baissé 2,50 €au lieu de 3,30 € jusqu'à présent, ce qui fait des Inrocks "le moins cher des news", affirmait Matthieu Pigasse sur France info. Je me demande comment il vont tenir - et être rentables - sur ce prix tout en ayant augmenté la pagination... Et de fait, Les Inrocks ancienne formule comptait une centaine de pages en moyenne.

Visiblement, les ventes de pub ont suivi pour cette nouvelle formule, avec 30 pages de pub sur 146 pages en tout.

IMG_0623.JPG

Bon,donc le mag s'ouvre sur une double d'actu "7 jours chrono", avec des actus culture/politique repérées par la rédaction. Ensuite, preuve que la culture reste prédominante dans cette nouvelle formule, 4 pages d'hommage à feu Claude Chabrol. La fameuse "courbe de la hype" (ça va/ça vient") est reprise avec "la courbe", au design plus moderne, où l'on retrouve toujours les mots-clés, personnages et phénomènes du moment.

Politique / actu / culture

Propre à cette nouvelle formule, une grosse place (10 pages !) consacrée au président brésilien Lula. Et donc une incursion assez remarquée de la politique, dans 8 pages couleur crème, sous le nom de rubrique "tout nu". Qui s'ouvrent avec une nouvelle signature, Thomas Legrand, déjà chroniqueur politique sur France inter.

Le reportage au long cours sur "Grenoble entre deux feux", l'intéressante enquête sur les subventions pas forcément très licites du PS dans la région Paca tendent aussi à rapprocher Les Inrocks d'un hebdo d'actus généraliste.

Ce qui est contrebalancé par un papier sur le personal branding des journalistes via Twitter (déjà lu en bonne partie dans ''Libé'' récemment mais c'est pas grave), un focus sur le bioptic à venir en salles du groupe les Runaways, une enquête qui s'interroge sur l'avenir de TF1 (tiens, ce papier je l'aurais bien vu dans Télérama)... Nous voilà rassurés : l'ADN culturel-branché un peu provoc' des Inrocks est bien conservé.

D'ailleurs, les chroniques de sorties cinéma, musique, livres, théâtre, expos sont bien conservées, totu comme les rubriques médias et Net.

Bilan ? La maquette est plus pêchue, plus aérée, ce qui est manifeste sur les pages d'ouverture. J'aime bien les discrets codes couleurs et les onglets verticaux par rubriques. n magazine plus riche, c'est sûr, mais j'ai l'impression que l'hebdo culturel est dilué dans un hebdo d'actualités.