110629_04z95_moto_bruit_4.jpg

Une victoire pour les antipub ? En tous cas, un coup dur pour les annonceurs. Après trois ans (!) de négociations avec les associations de consommateurs et structures représentant les annonceurs, le CSA vient de publier un avis loin d'être anodin, qui somme les chaînes de télévision de baisser durant les pubs TV. Ou plus exactement, d'aligner leur volume sur celui des programmes TV.

Cela ne vous aura pas échappé, à chaque intermède publicitaire, le volume de votre téléviseur augmente brutalement. Logique, la loi interdisait pourtant aux annonceurs (et aux diffuseurs...) que le volume sonore des pubs dépasse celui des programmes TV. Seulement voilà, les annonceurs avaient tôt fait de contourner cette obligation: "notamment depuis l'avènement du numérique et l'utilisation, par les publicitaires, de la technologie dite de la " compression ". Empruntée à l'industrie musicale, elle permet de gonfler l'intensité sonore sans pour autant augmenter le volume", apprend-t-on dans cet article du Monde.

Là, le CSA a donc décidé de mettre les choses au clair dans cet avis. Bon, pas d'affolement pour les annonceurs, ces mesures prendront effet trèèès progressivement. Les chaînes et annonceurs devront baisser le son à partir du 1er janvier 2012. Ce n'est qu'à partir de 2013 qu'ils seront soumis à cet impératif, que le "son publicitaire" ne dépasse plus celui des autres programmes. Mais mine de rien, d'ici là, les annonceurs devront adapter leurs pubs à cette nouvelle donne, et... réenregistrer les sons de leurs anciens spots.

Au passage, les chaînes sont aussi concernées - même si elles ont semblé se défausser du côté des annonceurs, par leur rôle de diffuseur, elles seront au moins responsables d'un point de vue technique. D'ailleurs, dès le 19 décembre, le son devra être homogène entre les chaînes. Du boulot en perspective pour celles-ci, qui vont devoir reprendre le calibrage sonore de tous les programmes,