Miscellanees.net - blog prolixe pub, marketing & conso, high tech, innovations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Identité numérique

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 3 juillet 2009

Déclaration des Droits Fondamentaux Numériques, (encore) la régulation d'Internet vue par les politiques

banniere-telecharge-vf.jpg

Il fallait y penser. Preuve peut-être que le numérique s'ancre vraiment dans nos vies (oui je sais c'est banal... ;), mais surtout, que certains estiment que la vie numérique a besoin d'un cadre formel, près de trois siècles après la Déclaration de droits de l'homme et du citoyen, et 51 ans après la Déclaration universelle des droits de l'homme, une Déclaration des droits numériques vient d'être présentée par Hervé Morin, président du Parti du Nouveau Centre et ministre de la Défense.

Preuve que la protection des données personnelles et des libertés individuelles a besoin d'être formalisée, réaffirmée. Mais aussi que le sujet numérique est soudain devenu un sujet porteur pour les politiques.

Cette déclaration des "Droits fondamentaux numériques", dévoilée le 23 juin, comporte 8 articles, et a été mise en ligne pour inviter les internautes à en débattre.

En préambule, cette déclaration précise que "la révolution numérique ouvre des opportunités sans précédent au service de la libre communication des pensées et des opinions, du progrès, de la connaissance, de la diversité culturelle et linguistique, du développement économique et social, de la réduction des inégalités et de l'épanouissement personnel et professionnel". De fait, "le développement mondial et accéléré d'Internet implique ainsi l'adoption de garde-fous et la reconnaissance de nouveaux droits et libertés ".

Les huit articles, (forcément...) inspirés de la Déclaration de 1789, balaient les sujets qui font de plus en plus débat, à l'heure de la surexposition des internautes sur les moteurs de recherche, blogs et réseaux sociaux.

Y sont ainsi abordées la question du "libre accès au réseau Internet, neutre et ouvert" (article 1), le droit au respect pour chacun "de sa vie privée numérique et au secret de ses échanges numériques (art.2), la "dignité numérique", "droit fondamental", la "propriété numérique", chacun étant "propriétaire des informations numériques le concernant" (art. 4), dans la lignée de la loi Informatique et libertés de 1978, et dans la même veine, la "transparence numérique" ("Toute personne a le droit d'être informée de l'existence des informations numériques la concernant", art.5).

Autre point, le "droit à l'anonymat numérique gratuit" (art.6) ainsi que le "droit à l'oubli", chacun ayant " le droit de retrait des informations dont il est propriétaire ou le concernant (art.7). Des propositions déjà défendues par l'avocat Alain Bensoussan ou Jacques Attali, qui estime, dans "Une brève histoire de l'avenir", que le droit à l'anonymat numérique et au au secret sera bientôt un luxe... qu'il faudra monnayer. Enfin, cette Déclaration se clôture sur le "droit à une identité numérique" pour chacun. Surprenant, alors que chacun possède déjà, de facto, une identité numérique qu'il façonne lui-même au gré de ses posts, billets, commentaires, articles, profils... publiés sur la Toile, dans des forums, blogs et autres réseaux sociaux.

Bon, très bien, cela résume bien les problèmes sociologico/éthiques que connaissent Internet et ses pratiques actuellement. Et après ? On ne sait pas trop ce que ce texte va devenir. Un appel à commentaires a été lancé sur le site, tout comme via le fil Twitter dédié. Chaque article est commenté. La note de l'article premier (Le réseau Internet) relève ainsi que "le droit à une libre utilisation du réseau s'oppose à toute forme de filtrage par les pouvoirs publics, sauf pour des motifs d'ordre public comme, par exemple, la lutte contre la pédophilie". Un tel filtrage est prévu par la loi Loppsi 2.

Le texte est rapide, un peu flou, on a l'impression qu'il reste au niveau de l'écume par moments. Ce qui me gêne précisément, et aussi le côté "être libre mais pas trop", avec de bien nobles propositions, limitées par cet ajout " sous réserve de ne pas porter atteinte à l’ordre public et aux droits d’autrui", comme le soulignent Manhack et Astrid Girardeau (Libé).

Il est vrai que la régulation du Net devuient une lapalissade politique, au gré des projets de loi apparus ces dernières années

A vous de voir, de lire, et de commenter...


Préambule La révolution numérique ouvre des opportunités sans précédent au service de la libre communication des pensées et des opinions, du progrès, de la connaissance, de la diversité culturelle et linguistique, du développement économique et social, de la réduction des inégalités et de l’épanouissement personnel et professionnel.

Pour autant, l’essor des technologies de l’information et de la communication appelle à affronter de nouveaux défis qui ignorent les frontières géographiques et juridiques.

Le développement mondial et accéléré de l’Internet implique ainsi l’adoption de garde-fous et la reconnaissance de nouveaux droits et libertés qui, conciliés avec ceux déjà existants, visent à permettre le plein exercice des droits fondamentaux définis par :

  • la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de1789 ;
  • la Déclaration universelle de 1948 ;
  • la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme ;
  • la Charte des droit fondamentaux de l’Union européenne.

Article 1er : Réseau Internet Toute personne a le droit d’accéder et d’utiliser librement le réseau Internet, neutre et ouvert, sous réserve de ne pas porter atteinte à l’ordre public et aux droits d’autrui.

Article 2 : Vie privée numérique Toute personne a droit au respect de sa vie privée numérique et au secret de ses échanges numériques. Les systèmes d’information personnels sont assimilés au domicile privé.

Article 3 : Dignité numérique La dignité numérique est un droit fondamental.

Article 4 : Propriété numérique Toute personne est propriétaire des informations numériques la concernant, dans le respect des droits et libertés d’autrui. L’usage de ces informations est défini par la personne concernée.

Article 5 : Transparence numérique Toute personne a le droit d’être informée de l’existence des informations numériques la concernant.

Article 6 : Anonymat numérique Le droit à l’anonymat numérique gratuit est reconnu à toute personne, sous réserve de ne pas porter atteinte à l’ordre public et aux droits et libertés d’autrui.

Article 7 : Droit à l’oubli Toute personne a le droit de retrait des informations dont elle est propriétaire ou la concernant, sous réserve de ne pas porter un préjudice grave aux personnes physiques ou morales détenant lesdites informations et de ne pas nuire au devoir d’information générale et de réalité historique.

Article 8 : Identité numérique Toute personne a droit à une identité numérique.

mardi 3 mars 2009

Le Figaro se dote d'un community manager

communaute.jpg

Eh oui, vous avez bien lu : Le Figaro, qui a une stratégie très ambitieuse de développement de sa communauté de lecteurs via son réseau social MonFigaro, dont je parlais , vient de recruter son community manager, Antoine Daccord. Son job : rattaché à Thomas Doduik, directeur des opérations du Figaro.fr, il va animer la plateforme "Mon Figaro", et en piloter les prochaines évolutions en termes de contenus, d'usages et de fonctionnalités techniques.

Ce nouveau métier est apparu il y a à peine un an en France : il désigne quelqu'un étant à la fois homme de réseaux (en ligne), communicant, blogueur averti, veilleur en ligne, webmaster (et j'en oublie...) ; bref, qui est chargé de porter la bonne parole d'une marque dans la blogosphère et les forums. Un de ces "nouveaux métiers de la communication à l'heure des médias sociaux", défini sur ce blog US en novembre 2007, et pour lequel PR2Peer avait défriché le terrain dans ce billet l'année dernière. Je l'évoquais moi-même dans cet article des Echos sur la gestion de réputation numérique d'une entreprise.

En fait, comme le relève cet intéressant article,

" Il s'agit d'un professionnel multi-facettes, à l'aise avec tout ce qui touche au support client, aux services business, à la documentation et au journalisme, capable à la fois de comprendre les besoins techniques des différents services internes (production, marketing) et ceux de la communauté externe (clients, curieux, internautes influents...) et de faire le lien entre ces deux univers. Cette fonction hybride, plutôt complexe, pourrait prendre une importance croissante dans les années à venir, au point de devenir un poste aussi indispensable au sein des entreprises qu'une solide équipe technique ou une direction marketing groupe. A une nuance près : la fonction demande un tel doigté que la personne qui l'assume est en permanence sur un siège éjectable."

Là, ce qu'il y a de nouveau, c'est que ce n'est pas une SSII, une start-up, un YouTube, un Monster ou un eBay qui revendique cette nouvelle recrue, mais un média classique, qui tente de s'approprier les aspects communautaires du Web. L'expérience est intéressante. Dans d'autres media, on voit des journalistes animer un blog, une plateforme de blogs externes, un fil Twitter pour leur canard (comme l'auteure modeste de ces lignes... Je vous renvoie par exemple vers ce fil Twitter que je viens de lancer pour L'Entreprise).

màj le 12 mars : L'Express.fr se dote à son tour d'un community manager, comme l'explique Eric Mettout . Un nouveau métier qui va se développer au sein des différents media ?