disney_.jpg

C'est parti: Mickey débarque pleinement sur nos écrans. La date de lancement ne pouvait mieux tomber pour Disney, qui lance enfin son service de vidéo à la demande sur abonnement Disney+ en France ce mardi 7 avril, alors que les Français sont confinés chez eux depuis pile 3 semaines.

Avec, une fois encore, un petit goût d'exception française, son lancement, initialement prévu le 24 mars, comme dans les autres pays européens, avait été repoussé de deux semaines à la demande du gouvernement français, qui craignait un engorgement des réseaux - mais l'opérateur télécoms Orange a aussi pesé de tout son poids ;)

Disney+ est le premier concurrent poids lourd face à Netflix: il peut s'aligner avec des tarifs moindres, étant proposé pour 6,99 euros par mois, ou 69,99 euros par an. Autres atouts, la très forte notoriété de la marque Disney dans l'Hexagone, une marque quasi-patrimoniale depuis des décennies: entre nos soirées Disney Channel dans les années 80, les dessins animés classiques siglés, Disney, les parcs d'attraction Disneyland... Et en voyant Disney+ à l'écran, le téléspectateur pense Disney + Pixar + Lucas Films Alors que Netflix, comme je le racontais dans mon livre, a dû faire connaître sa marque lors de son arrivée en France en septembre 2014.

Résultat, il devrait rapidement engranger des millions d’abonnés, comme ailleurs. Lancé en novembre dernier aux Etats-Unis, au Canada, aux Pays-Bas, en Australie et en Nouvelle-Zélande, il y comptait déjà 28,6 millions d’abonnés début février.

Point de détail savoureux, le chiffre d’affaires généré en France ne sera pas encaissé dans l’Hexagone, mais... aux Pays-Bas, comme le révèle ''Capital''. De fait, les CGU (conditions générales d’abonnement indiquent que l’abonné français contracte avec une filiale immatriculée près d’Amsterdam, The Walt Disney Company Benelux BV. Ce qui n'empêchera pas Disney de devoir verser son obole pour financer l’audiovisuel français: soit une taxe de 5,15% de son chiffre d'affaires français auprès du Centre national du cinéma (CNC), et d'investir 25% de ses recettes hexagonales dans des productions européennes (dont environ 20% dans des productions françaises).

disney_.jpg

En tous cas, Disney+ débarque avec un catalogue gargantuesque: soit plus de 500 films et plus de 300 séries, dont tous les dessins animés mythiques (Aladdin, Les Aristochats, etc.), aux animations Pixar (Toy Story, Cars…), les Marvel (Avengers, Iron Man…) aux Star Wars, les 30 premières saisons des Simpson...

En parcourant la plateforme, on remarque que la firme de Burbank a pris soin de classifier ses contenus par marques: sous l'onglet Disney, les Originals (dont les séries originales The Clone Wars, The Mandalorian), des films d'animation (tels les classiques La reine des neiges, Le roi lion), les Favoris Disney Channel, des "films nostalgiques" (des catégories qui raviveront la nostalgie des parents quadras, au passage)... L'onglet Pixar donne accès aux pépites de dessins animés (Le monde de Nemo, Ratatouille) et sagas (Cars, Toy Story) du studio d'animation acquis par Disney en 2006 pour quelque 7,4 milliards de dollars. S'y ajoutent tout l'univers des super héros Marvel: longtemps "loué" à Netflix, Bob Iger, alors patron de Disney, avait déclaré la guerre à Netflix lorsque, en plein été 2017, il avait annoncé qu'il allait récupérer son catalogue Marvel... pour lancer sa propre offre de streaming vidéo. ainsi que l'univers Star Wars, et celui des documentaires National Geographic.

binge-watching-tv-session.jpg

Dans les usages, la Walt Disney Company entend ne pas se plier à la règle du binge watching créée par Netflix: comme Apple TV+, certaines de ses séries originales seront proposées uniquement à un rythme de diffusion au rythme d’un épisode par semaine. Soit chaque vendredi à 9h pour The Mandalorian, la première série live de l’univers Star Wars, aux premières critiques dithyrambiques, supervisée par Jon Favreau, réalisateur d’Iron Man et du Roi Lion. Une manière de créer l'événement par la rareté - et, paradoxe, la reprise des codes des grilles télé old school. Après tout, la très attendue saison 5 du Bureau des légendes est diffusée à dose homéopathique, depuis ce lundi soir sur Canal+.