Depuis quelques années, des articles scientifiques sont proposés sur la Toile via des portails en open access ou via des archives libres. Une saine émulation qui repose sur le concept de libre diffusion du savoir, initiée en 2001 par les fondateurs du projet PLoS (Public library of science), qui a fait l'effet d'une petite bombe dans le milieu de l'édition scientifique, où les chercheurs doivent payer - cher - pour publier leurs travaux de recherches dans des revues telles que "Nature", aux tarifs d'abonnement prohibitifs.

J'aurai le plaisir d'animer, en partenariat avec l'Inist et le CNRS, très actifs en la matière (voir ce portail), un débat, lundi 17 mars, sur ce sujet, dans le cadre du Salon du Livre. Ça se passera Porte de Versailles, hall 1, au Bar des Sciences, avec pour invités : Frans Lettenström , Licensing Manager - Springer Salvatore Mele, open access section project manager - CERN Herbert Grüttemeier, responsable des relations extérieures - Inist-Cnrs Donc faites-moi signe si vous passez ! Page FaceBook accessible .

En fait, dans la lignée de PLoS, et plus récemment du consortium SCOAP 3, les initiatives sur la Toile pour proposer des articles scientifiques en accès libre se multiplient. Même Google s'y essaie, avec le lancement en 2004 de Google Scholar, moteur de recherche spécialisé pour l’information scientifique,spécialisé sur la recherche répertorie des documents scientifiques et universitaires (articles, mémoires, thèses, livres…), issus de laboratoires de recherches, d’écoles et universités. Google Scholar permet notamment d'accéder à plusieurs portails développés par l'Inist, comme BiblioVie, destiné aux chercheurs en sciences du vivant, au portail dédié aux sciences de l’information et de la communication BiblioSTIC, à BiblioSciences, portail d’information scientifique et technique multidisciplinaire, ainsi qu'au portail dédié aux sciences humaines Biblio-SHS. L'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale)s'y est ajouté, avec son portail BiblioInserm.