Avec l'avènement des photos numériques, on le sait, les habitudes des consommateurs / amateurs de photo évoluent. Les albums photo commencent à laisser la place à de nouvelles pratiques, comme celles de mettre ses photos sur un cadre photo numérique, ou de les mettre à disposition de ses proches et ses amis sur des sites de partage de photos tels que Flickr et Picasa.

Mais d'autres services encore plus pointus commencent à se développer. Je pense notamment à Fotolog, à la fois site de partage et réseau social, racheté pour quelques 90 millions de dollars l'été dernier par Hi Media (voir ce test produit que j'en ai fait pour Les Echos).

Dans un autre genre, à suivre de très près à mon avis, la start-up Zoomorama, qui figure d'ailleurs parmi les 100 finalistes du palmarès Red Herring (publié en avril) des start-up européennes les plus prometteuses, et annonce une seconde levée de fonds pour cette année. Zoom impressionnant, images haute définition, insertion de vidéos de textes et de liens Internet donnent un sérieux coup de jeune au bon vieil album photo. Créé en 2005, Zoomorama invite les internautes à faire de leur album une œuvre originale associant des clichés haute résolution, des textes, des vidéos, des liens. Une navigation interactive qui permet de zoomer à volonté sur une zone et d'entrer littéralement dans l'image grâce à un affichage plein écran. Les utilisateurs peuvent insérer leurs photos personnelles, des images récupérées sur Flickr, ou des vidéos de YouTube et des liens internet. Ils ont la possibilité de soigner la mise en page en créant véritablement une maquette. A suivre d'autant plus près que des discussions sont en cours avec Paris-Match, dans la lignée de deux projets déjà réalisés (sur le radeau de la Méduse revisité par Gérard Rancinan, et un reportage sur les récifs coralliens)...

zoomorama