Dans sa liste annuelle des technologies-clés, l’institut Gartner distingue cette année la virtualisation, le cloud computing et les serveurs lames. Les critères du Gartner pour sa sélection sont de trois ordres. La technologie doit avoir un impact majeur sur le fonctionnement des systèmes d’information, impliquer un investissement financier important, et menacer d’obsolescence ceux qui n’en tiendraient pas compte.

A ses yeux, 2009 sera donc l'année :

- De la virtualisation

- Du cloud computing

- Des serveurs

- Des architectures orientées Web

- Du mashup et des applications composites

- Des communications unifiées

- Du décisionnel (business intelligence)

- et de l’informatique écologique, aussi qualifiée de green IT sur laquelle il faudra se pencher de très près cette année (même si la notion a une dimension essentiellement marketing pour l'instant...;).

Parmi les notions qui apparaissent cette année, on remarquera le « cloud computing », au deuxième rang, derrière la virtualisation. Les analystes du Gartner donnent la définition suivante de cette notion très surestimée de Cloud Computing : la fourniture de ressources en tant que "services", lesquelles sont fournies de façon très souple (évolutives,...) grâce à l’usage de technologies comme celles associées à Internet et, enfin, la prise en compte des clients extérieurs.

La virtualisation, pour sa part, est étroitement liée au cloud coumputing. Cette année, Gartner souligne l’impact de ce concept au-delà des seuls serveurs. C’est en matière de stockage que la virtualisation pourrait gagner le plus de terrain. La déduplication des données permet de réduire nettement le volume de stockage. La virtualisation commence d'ailleurs à investir les postes clients. C’est là que les gisements d’économie sont les plus importants. La virtualisation du poste client ne touchera que 40 % des entreprises éligibles en 2010.