Je suis tombée dessus par hasard en parcourant Mediashift, ce retour d'expérience pourrait nourrir la réflexion de nombre de rédactions françaises, alors que je m'intéresse de près aux problématiques des rédactions web / papier... Roland Legrand, responsable Internet et Nouveaux Médias chez Mediafin en Belgique (groupe de presse de deux quotidiens économiques, le flamand De Tijd et sa version francophone L'Echo), racontait en août dernier, dans ce billet, comment les sites Web de ces journaux sont venus rivaliser avec les versions papier.

En fait, déjà en 2006, Roland Legrand avait été chargé de diriger un "Central News Desk" commun aux rédactions web et papier, fournissant aux journalistes des contenus rédactionnels communs. Autre expérimentation innovante que De Tidj avait été un des premiers à mener, celle de proposer à ses lecteurs une version électronique, consultable sur un ePaper, l'iLiad développé par iRex technologie (spin-off de Philips) comme j'en parlais alors dans ce papier pour Les Echos. au passage, c'est cette même tablette qu'Orange a utilisée pour ses premiers ePapers l'année dernière.

de tijd

Courant août, donc, les sites Web des deux journaux de Mediafin ont rivalisé avec les éditions papier, en ayant presque le même nombre de lecteurs par jour - plus de 160 000 visiteurs uniques sur un seul jour. Autre constat dressé par Roland Legrand ,la nécessité de combler plusieurs fossés.

Notamment, " L'infrastructure physique: Notre salle de presse était divisée par des murs en briques, séparant le desk online du print desk. Nous sommes en train de démolir les murs, ce qui, nous l'espérons, encouragera les deux sections à interagir davantage ! L'infrastructure technologique: Actuellement, les mécanismes de publication pour le papier, Internet, le "wire" (fil de news) et les services mobiles sont séparés. Nous sommes à la recherche d'un système qui pourrait intégrer toutes ces plateformes. Par exemple, un système idéal pourrait automatiquement permettre à un journaliste papier d'écrire une version de son histoire qui serait adaptée à plusieurs formats de publication en ligne".

A partir de là, il en déduit que l'ouverture de blogs, la publications de scoops directement sur le Web, l'ouverture des articles aux commentaires, sont autant d'"innovations" qui auraient donné des "résultats encourageants". Pourtant, Legrand constate que encore trop peu de journalistes consentent à utiliser de nouveaux outils de réseautage social : bookmarking, lecteurs de flux... il y a encore des murs à abattre en ce qui concerne l'apprentissage. Même s'il n'est pas facile pour tous nos collègues d'acquérir rapidement de nouvelles compétences, ils sont de plus en plus conscients des nouvelles possibilités qu'offrent le management de communautés et l'interactivité. Des premières leçons qui pourraient profiter aux rédactions françaises ?