Fluide Glamour

Deux, cette fois-ci. Car tous les deux le méritent, et ils ont plusieurs points communs. Dont de relever d'une sorte de presse féminine "féministe": ici, ce n'est pas de cette presse mag qu'on achète pour consommer - pas de rubriques shopping ou beauté, plutôt des postures, des reportages, des angles, du second degré... De la presse (presque) intello donc, mais qui ne se prend pas au sérieux.

Fluide Glamour d'abord : c'est le dernier-né des féminins, après les lancements, ces derniers mois, des hebdos féminins Grazia, Envy et Be (bien pouffe-mags pour certains d'entre eux à mon goût, comme je l'avais écrit).

Fluide Glamour, "magazine-BD" féminin et coquin

Il s'agit d'un magazine semestriel, émanation de Fluide Glacial. Comme son aîné, il s'agit avant tout d'un recueil de BD. A la différence que ce sont ici de jeunes auteures, pour l'essentiel, qui y signent, dont Aurélia Aureta (auteure de la BD Fraise et chocolat, coquine et marrante, qu'un ex bien avisé m'a fait découvrir). Sur 86 pages, le mag comptera 2 (!) pages de pub.

J'ai eu l'occasion de parcourir les épreuves de ce premier numéro (voir l'article que j'y ai consacré sur 20Minutes.fr) : outre les BD, il comporte des rubriques très second degré, signées par dse blogueurs. Dont un shopping sexy, un "éroscope horotique", un sondage "êtes-vous sexuellement désinhibé", un jeu (coquin forcément) "les dames en rut", une irrésistible enquête sur "l'homme-pétasse"... En fait, ce mag tourne en dérision la presse féminine old school. Son premier numéro sera lancé vendredi prochain (22 avril), mais vous pouvez déjà consulter son blog. A vos kiosques...

Causette, "Plus féminine du cerveau que du capiton"

causette

C'est à l'occasion son premier anniversaire qu'il m'a semblé plus que justifié d'en parler. Là, on est clairement dans la presse féminine-féministe (mais sans posture moralisatrice). Ca faisait longtemps que je voulais parler de ce mag idépendant, qui paraît tous les deux mois. J'adore leur ton mordant, très seconde degré, un peu trash, comme le laisse entrevoir la couv'.

Dans ce magazine charpenté de près de 100 pages, sans pub lui aussi, l'élégance de la maquette, la qualité des photos et des caricatures sont remarquables, sur un papier épais.

Leur "élection de la Quiche d'or" annonce la couleur : pour leur birthday justement, ils ont créé une sorte d'anti-prix féministe, pour dénoncer les projets ou personnes les plus rétrogrades. J'aime beaucoup, d'ailleurs, ce focus sur les sachets poubelle Vuitton (véridique).

détail causette

Ensuite, interview de Maïwenn Le Besco, sujets politiques intéressants, dont un sur les paramètres qui conditionnent le choix électoral (car il y en a des spécifiques pour les femmes, comme le démontre bien le papier)...

Puis un reportage hallucinant sur les "viols correctifs" qui ont été menés contre des lesbiennes en Afrique du sud. Toujours avec des photos de qualité. J'ai bien aimé aussi le dossier consacré au pied (!), la très bonne enquête intitulée "Je suis amoureuse d'un étranger que l'Etat n'aime pas" (à propos de ces "mariages gris" inventés par notre très inventif Eric Besson), un sujet sur le street art face à la justice, et une nouvelle en clôture. 4,90 €, dans tous les bons kiosques.

En fait, malgré la crise de la presse, j'ai l'impression que la presse féminine se porte bien : peut-être parce que l'on a toutes besoin de photos glacés de temps en temps... Mais des mags alternatifs débarquent aussi, comme ceux-ci, et c'est vraiment tant mieux.