luddites-cover2-h500.jpg

A quand une révolution contre les machines ? Pourrait-on assister un jour à une manifestation, un boycott de thuriféraires du tout-techno ? Cela faisait un certain temps que je me posais la question, d'autant plus que certains sujets liés à la place de plus en plus importante que prennent les technologies dans notre quotidien, nos vies, émergent. La question de la déconnexion volontaire, qui pourrait devenir un luxe, est devenue une lapalissade.

Essayez juste de vous souvenir comment était votre quotidien avant l'apparition d'internet et des emails (donc avant 1997 - cela fait bientôt 20 ans !), et avant le smartphone, consacré, devenu un bien commun (70% de ses utilisateurs vont désormais tous les jours sur internet depuis leur mobile) depuis le lancement de l'iPhone, en novembre 2007. Qui a créé de nouvelles dépendances, de nouveaux comportements dans notre quotidien comme je le racontais ici.

clip_image001_thumb_5.gif

Il y a quelques années, le néologisme de bioluddisme a commencé à apparaître. Je l'ai lu pour la première fois en 2011 dans Google Démocratie (éditions Naïve), récit dystopique d'un monde du futur régi par quelques multinationales tech, signé par David Angevin et Laurent Alexandre. Il mettait en scène un nouveau combat, celui des "bioluddites" (ou bioconservateurs) opposés au tout-technologique: soit au développement technologique, aux technologies émergentes, et aux débuts de l'humain augmenté . "Nous serons tellement submergés par les technologies qu'il y aura forcément des clivages entre pro et antitechno", m"expliquait alors David Angevin, son co-auteur.

La ressortie cette semaine en éditions poche de cet essai passionnant de François Jarrige, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences (ed. La Découverte, à feuilleter ici), accompagné de cette interview foisonnante sur Rue89, était l'occasion rêvée de revenir sur le sujet. Rien de tel que l'histoire économique, parfois, pour éclairer le présent.

Luddites vs ingénieurs au XIXème siècle

Petit retour en arrière. En 1811, en pleine première Révolution industrielle, apparaissent les premières manifestations "luddites", du nom de Ned Ludd, chef légendaire des artisans du textile qui, en Angleterre, protestaient alors contre la mécanisation de leur métier en cassant les machines. Un terme déjà associé à une crainte irrationnelle des technologies. Les jennies, ces machines à filer mécanique remplaçant les rouets, sont accusées de prendre le pain des pauvres et les priver d’emplois. Comme le retrace François Jarrige, les technoprophètes de l'époque affirment alors que "le progrès des machines est un progrès vers la liberté, vers l’égalité, vers la concorde" (p. 129). Comme les créateurs de start-up dans les médias aujourd'hui ;) l’ingénieur et le technicien sont les stars de l'époque, les héros modernes, grâce aux outils de pédagogie industrialiste du progrès, comme l’association pour la promotion de l’industrie, les fêtes industrielles.

A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, plus encore durant les Trente Glorieuses, le processus de modernisation par le progrès devient un impératif. La société industrielle est alors source de promotion sociale, dont les nouveaux symboles de réussite sont l’automobile, l’hygiène ou l’électroménager,

François Jarrige évite donc le piège du cliché technophiles progressistes versus technophobes passéistes. Il distingue plutôt ceux qui considèrent les techniques comme des "outils neutres" et ceux qui y voient des outils de domination et de pouvoir: " L’opposition au changement technique ne consiste pas dans un refus de la technique, elle vise à s’opposer à l’ordre social et politique que celle-ci véhicule ; plus qu’un refus du changement elle est une proposition pour une trajectoire alternative" (p. 12).

Peter Thiel, un des magnats de la tech, gourou libertarien de la Valley, cofondateur de Paypal, l'aborde aussi dans son livre Zéro à un, comment construire le futur (JC Lattès): il rappelle que la possibilité d'une "intelligence artificielle forte, des ordinateurs qui éclipsent les humains dans tous les domaines importants, terrifie les luddites". Lesquels luddites "soutiennent que nous devrions nous abstenir de construire des ordinateurs susceptibles de se substituer un jour aux humains". Un entre-deux est possible à ses yeux: la machine "nous aidera à réaliser ce qui était auparavant inimaginable".

Anti-robots, électrosensibles...

les_robots_asimov.jpg

"Les robots", Isaac Asimov

Et donc, qui sont les techno-luddites d'aujourd'hui ? Difficile de repérer des mouvements structurés. "Il y a tout de même des mouvements sociaux qui s’opposent aux trajectoires du gigantisme technologique et au déferlement actuel. Je pense à Notre-Dame-des-Landes. On peut aussi penser au mouvement de la décroissance et de la simplicité volontaire, aux Amap, à une multitude d’expérimentations par en bas, à des initiatives comme l’Atelier paysan, qui tente de développer des machines agricoles non productivistes...", énumère François Jarrige dans Rue89. Il cite aussi le collectif Pièces et main d'oeuvre.

J'y ajouterais les mouvements créés par les particuliers "électrosensibles" aux ondes, qui dénoncent l'impact éventuel sur la santé des ondes émises par les téléphones mobiles et les réseaux Wifi. Ils sont notamment regroupés au sein de l'association Une terre pour les EHS (électrohypersensibilité), et de Robins des toits. Leur revendication: la création de "zones blanches", des portions de territoire non exposées.

Mais la méfiance envers les technologies se manifeste plutôt par des questionnements inédits. En termes de défense de la vie privée, du droit au secret, à l'intimité, la méfiance envers la vidéosurveillance et la biométrie (avec cette initiative de destruction de bornes biométriques dans un lycée à Gif-sur-Yvette), la question du rôle à attribuer aux robots...

Les robots pourraient-ils nous "piquer" notre travail (serons-nous un jour inutiles à cause des robots? interrogeait The Guardian cette semaine). Ou la reculade, cette semaine, de Google envers les robots: il aurait mis en vente sa filiale Boston Dynamics. Google, pourtant célébré pour ses choix audacieux sur les technologies du futur: Mais voilà: cette vidéo postée le 23 février sur YouTube, qui a fait le tour du monde (15 millions de vues !) montre la dernière créature de Boston Dynamics, Atlas, qui tombe, se relève, marche dans la neige... Les commentaires horrifiés sur ces robots qui "volent" leur travail aux humains auraient-ils effrayé Google, qui veut préserver son image de "gentil"? Rappelez-vous son mantra, "Don't be Evil"...

Dans la série télé Real Humans, des robots plus vrais que nature commencent à piquer leur boulot aux humains: aux contremaîtres en usines, aux serveurs... Dans les usines, ils séduisent les services RH avec "leur marge de 0% d'erreur". Au point que se développe un mouvement radical, anti-hubots, intitulé "Real Humans", un "label" que certains humains radicaux placardent à l'entrée de leur maison.