Miscellanees.net - blog prolixe pub, marketing & conso, high tech, innovations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 30 décembre 2010

La Poste, son obligation de service public, sa novlangue...

courrierposte.JPG

(teasing: promis, le billet suivant sera plus funky :)

Un petit désagrément administratif sans importance, mais quelque peu ubuesque, assez révélateur. J'ai reçu cet étrange courrier cette semaine, m'annonçant dans un style administratif inimitable que :

1/ ils n'avaient pas pu envoyer un courrier que j'avais posté une dizaine de jours avant car

2/ celui-ci avait été malencontreusement bousillé déchiré (en novlangue cela donne "Correspondance détériorée accidentellement dans le Service Postal par notre matériel d'oblitération")

3/ Et de fait, ils m'ont gentiment retourné ledit courrier déchiré, avec une petite lettre d'excuses ("Nous vous présentons nos excuses pour cet incident", etc etc)

4/ Avec aucun semblant de solution ou de réparation, même pas un timbre joint. Juste une demi-solution, une invitation à joindre le "service consommateurs" au 36 31. Lequel service s'est avéré (bien sûr) injoignable, tout comme le numéro du centre de tri de Bercy indiqué en en-tête de courrier. CQFD.

Bilan: j'y ai perdu un simple timbre certes... Et du temps. En plus, il s'agissait d'un chèque, dont le destinataire est heureusement compréhensif :) Mais quels auraient été mes recours s'il s'agissait d'un règlement de facture urgente, de loyer, ou d'impôts ? La Poste n'a-t-elle pas une sorte d'"obligation de service public" à honorer - en l'occurrence que les courriers qui lui sont confiés arrivent à bon port ?

La question mérite d'être posée d'autant que, d'ici quelques jours, La Poste va connaître une petite révolution, avec l'ouverture à la concurrence du service courrier (pour les courriers de moins de 50 g). Une conversion imminente qui semble s'effectuer dans la douleur pour La Poste, pour la gestion de ses équipes, comme le raconte cet article très documenté publié par Médiapart.

vendredi 22 mai 2009

La Poste innove : marketing olfactif avec des timbres au chocolat

timbreschoco

C'est une des meilleurs innovations du moment en marketing, à mon sens (c'est pourquoi je préfère mettre l'accent sur la démarche innovante plutôt que l'aspect purement market) : à partir du 25 mai , la Poste commercialisera des timbres... à l’odeur de cacao. Cette série de timbres inédite célèbre les 400 ans de l’arrivée à Bayonne du chocolat. Et marque en même temps un joli coup de pub pour les Journées du chocolat de Bayonne, qu ont lancé cette sorte de produit co-brandé avec La Poste.

Le carnet de 10 timbres aura la forme d’une tablette de chocolat , chaque timbre sera doté d'un dessin différent, comme des fèves ou une tasse de chocolat chaud.

L'innovation ? Comme le précise La Poste dans son communiqué, grâce à des microcapsules parfumées et incorporées à l’encre, les timbres dégagent un parfum délicieux qui perdure... pendant 2 ans. Trois mois de recherche ont été nécessaires pour mettre au point ce processus de fabrication, breveté je suppose. Je serai curieuse de voir si cette odeur tiendra le coup lors du circuit de transport du courrier.

Je pense que c'est une des premières initiatives grand public de marketing olfactif, où on sollicite un des sens les plus aigus (et littéralement les plus sensuels) du consommateur : son odorat... Déjà plusieurs agences s'essaient à cette forme de marketing avant-gardiste, comme Scentys ou Exhalia.

Plus de 2,5 millions d’exemplaires seront mis en vente au prix de 5,60€ le carnet de 10 timbres dans les bureaux de poste et sur internet. Ces timbres, créés par Pierre-André Cousin (aucun lien...) sont disponibles aujourd'hui (23 mai) en avant-première à Bayonne (à la Maison des associations) et à Paris (Exposition du club philatélique de l’Elysée au Pavillon Gabriel). Dès demain, dans tous les bureaux de postes. Je vais tester évidemment, et vous ferai un petit retour. A vos marques...

dimanche 14 décembre 2008

La Poste et les produits dérivés de Bievenue chez les ch'tis

Alors que je faisais la queue dans le bureau de poste de mon quartier avant-hier (le jour même, le facteur n'avait pas eu le courage d'aller porter un courrier recommandé jusque chez moi... :), à ma grande surprise, voilà ce que j'ai découvert :

- un nombre de guichets fortement réduit, le bureau de Poste étant désormais occupé en partie par des divers produits vendus par la Poste : ses propres produits dérivés, forcément (enveloppes pré-timbrées et autres cartes de voeux), mais aussi une pléiade de produits sans rapport avec la marque La Poste : je me demande quels types de partenariats elle a pu nouer pour l'occasion ?

- on y trouve ainsi des coffrets-cadeaux Smartbox (de la marque Weekendesk). Il s'agit de ces packages en vogue, par lesquels on peut offrir des tout-en-un, allant du weekend de luxe à l'après-midi aventures, en passant par l'après-midi en spa.

La Poste 2

- ou encore, en bonne place, des DVD de Bienvenue chez les ch'tis. Alors certes, Bienvenue chez les ch'tis met en scène un gentil facteur... Mais cette sorte de partenariat de distribution entre la société qui gère les produits dérivés du film et La Poste me laisse un peu perplexe. Opération maligne, certes, mais est-ce vraiment le rôle de La Poste de vendre des produits sans rapport avec don domaine d'activité (et au passage, réduire le nombre de guichets) ? Clairement, La Poste se prépare à sa privatisation annoncée en diversifiant ses activités.

La Poste

màj le 15 décembre : justement, j'ai discuté hier soir avec une responsable de Smartbox : elle m'expliquait que ce partenariat avec La Poste est tout récent, et permet à Smartbox de profiter d'un réseau de distribution complémentaire de cette manière. Ils étaient jusqu'à présent distribués dans les Virgin et autres grands magasins implantés dans les grandes villes, La Poste leur permet d'être distribués partout en France, jusque dans les petites villes. Enfin, à la veille des fêtes, ces coffrets-cadeaux proposés à la vente aux clients faisant la queue à La Poste est bien sûr destiné à favoriser les achats d'impulsion...