serie-mcdonald.jpg

"McDo : Maxi Best of = 1 saison de série TV offerte". Trivial, mais efficace. Depuis quelques jours, le géant du burger low cost propose un plus-produit à priori inattendu, une série télé offerte pour un de ses menus-stars, comme le Maxi Best Of. Un rien provoc', Mac Donald's souligne, dans un de ses spots publicitaires aux faux airs de court-métrage, "Un épisode c'est bien, une saison intégrale c'est quand même mieux".

Jusqu'au 9 mars 2018, tout menu Maxi Best Of, Signature by McDonald's, ou une boîte à partager permet en effet de bénéficier d'une saison intégrale d'une série TV, téléchargeable ou en streaming, grâce à un code de téléchargement Rakuten joint au menu, compatible avec PC, Mac, Android, iOS, certains téléviseurs connectés, et les consoles de jeux vidéos Xbox 360 et One.

Au menu, une cinquantaine de séries TV sont éligibles, telles Preacher, How I Met Your Mother, Empire, Breaking Bad, Better Call Saul... MacDo n'a pas oublié son coeur de cible, les enfants, avec aussi une multitude de séries calibrées pour les moins de 12 ans, comme Le Petit Prince, Boule & Bill, Yakari, Babar.

Big Mac + une série, ue pizza + un match sur Bein Sport

Déjà il y a dix ans, le même McDo proposait des DVD offerts avec ses menus. Les technologies évoluent, le mode de fidélisation par plus-produit complémentaire reste le même. Dans la même veine, me signalait-on sur Twitter, Domino’s Pizza propose quant à lui une pizza... et un accès à la chaîne de sport Bein Sport pour visionner un match de foot pour 20 euros. Votre dîner bon marché avec en plus-produit un contenu télé, une série ou un mach de foot au choix, vive la vente couplée !

Mais au fond, derrière la ruse marketing, cette association n'est guère surprenante - le leader de la restauration low cost épouse ainsi un comportement de consumérisme culturel consacré par Netflix et son système d'abonnement pour visionner des séries en tout-illimité, le binge watching. Je l'abordais il y a bientôt trois ans - déjà ! - dans ce billet, lors de son arrivée explosive en France en septembre 2015, Netflix a servi de révélateur à cette nouvelle forme de boulimie audiovisuelle, où chacun découvrait sa capacité à ingurgiter d'affilée des épisodes de séries, sans attendre la rythme de diffusion hebdomadaire dicté jusque là par les (vieilles) chaînes de télévision. Il est vrai que les pirates du téléchargement illégal, puis du streaming (remember Popcorn Time) avait déjà cré ce type d'addiction (auquel j'ai déjà succombé, je vous rassure ;) chez les internautes - téléspectateurs.

Depuis 2015, insensiblement, on a assisté à une certaine netflixisation de la culture (affreux néologisme j'en conviens), où l'accès à des contenus ou services par abonnement, de manière illimité, s'est banalisé. Avec Spotify bien sûr, iTunes, la catch-up TV, mais aussi le "Netflix du jeu vidéo", Playstation Now, lancé par Sony en octobre dernier, XBox Game Pass, la presse avec son kiosque virtuel sur abonnement ePresse...

Ce comportement irrigue tous les pans de notre économie, au point que notre quotidien est désormais rythmé par ce mode de consommation par abonnement. Abonnez-vous pour votre TGVMax, votre voiture (cela viendra pour la Polestar de Volvo, attendue en 2019), votre PC dématérialisé (ce que propose la start-up Shadow)... A croire que Netflix a ringardisé la propriété. Ou celle-ci deviendra un luxe.