Et voilà, depuis le 1er octobre, les entreprises peuvent apposer leur nom sur les cartes de paiement. Le co-branding ouvre de nouvelles perspectives aux marques, pour s’imposer dans le quotidien de leurs clients, en les fidélisant, et en leur vendant des crédits.

Bref, payer un achat d’électroménager avec une carte bancaire dotée du logo Nouvelles frontières, son billet SNCF avec une carte siglée Orange, ou encore son essence avec une carte Fiat n'a plus rien d':absurde. La fin d’une exception française donc, imposée par le Groupement des cartes bancaires, alors que les autres pays européens et les Etats-Unis sont déjà familiers depuis longtemps du co-marquage de leurs cartes de paiement.

Cette nouveauté est énorme pour les établissements financiers, mais aussi pour les marques non-bancaires, qui s’y préparaient fiévreusement depuis plusieurs mois. A la clé, pour les marques, l’opportunité d’être présentes dans le quotidien des Français, à la fois en étant dans leur portefeuille, et en leur proposant des services quotidiens, qui vont bien au-delà de leur activité de base. Des cartes bancaires dont le coût annuel sera moins cher qu’une cotisation classique moyenne. Egalement, « elles proposent au client un programme de fidélité payant et durable, et elles lui donnent du pouvoir d’achat.

De coup, certaines marques dans les secteurs les plus divers, se sont empressées de dégainer leurs offres, parfois inattendues, pour mettre en avant leur caractère innovant. Première en lice, Fiat a annoncé dès mi-août sa carte co-brandée avec l’établissement financier Sofinco. Depuis le 1er octobre, les acheteurs de la nouvelle Fiat 500 peuvent donc acquérir cette carte bancaire sur laquelle figure leur voiture préférée. Une carte de débit, mais aussi de crédit qui leur donne des avantages au sein du réseau Fiat (pour les accessoires par exemple), Preuve que Fiat veut élargir l'univers de sa marque les clients auront des remises, et des extensions de garanties (sur de l’électroménager notamment) sur des produits acquis auprès des marques partenaires (Darty, Total…) « apportées » par la Sofinco. Sur le créneau automobile, Renault a aussi annoncé pour fin 2007 sa carte Visa co-brandée avec RCI Banques.

Nouvelles Frontières joue sur le même registre : étendre l’univers de sa marque au quotidien des clients. Le voyagiste sort une carte co-brandée avec Franfinance (Société Générale). Une carte pour… se constituer un "compte épargne-vacances" à côté de con épargne-logement.. Plus surprenant, Nouvelles Fronrtières va même ouvrir une « galerie marchande » de 250 000 produits fédérés par FranFinance, où ses clients bénéficieront de réductions.

Les enseignes de la grande distribution ne sont pas en reste. D’autant qu’elles disposent déjà d’une base de clients avec leurs cartes privatives. En fait, plusieurs enseignes vont se co-brander avec elles-mêmes, en lançant des cartes avec leurs filiales bancaires. C’est le cas des Galeries Lafayette, qui vont lancer une carte co-brandées avec LaSer-Cofinoga, leur filiale détenue à parité avec la BNP Paribas. Auchan, pour sa part, va tester dans le Nord « Auchan Mastercard paypass », sa carte co-brandée avec sa filiale bancaire, le groupe Accord.

Autre annonce de taille, celle de deux cartes de paiement sans contact, lancées par l’opérateur Orange et la BNP Paribas, via une société commune créée pour l’occcasion. Enfin, des structures autres que des entreprises préparent déjà leurs cartes « affinitaires », qui apparaîtront forcément dans l’univers du sport, ou celui des ONG. A l’image de l’Unicef qui va ressortir sa carte co-brandée avec la Banque Postale, testée fin 2006. Elle prévoit un reversement d’argent à l’association par la banque sur chaque carte bancaire achetée.

Reste à voir si le consommateur accrochera à ces nombreuses offres de cartes bancaires co-marquées, sans avoir l’impression d’être transformé en homme-sandwich, comme le dénonce l’Association française des utilisateurs de banques (Afub)...

Carte Paypass