J'en parle dans Les Echos de ce lundi (article accessible ) , Les jeux de simulation pédagogiques suscitent un intérêt grandissant pour la formation des salariés. Former des médecins, des commerciaux, des ouvriers, en les plongeant dans une situation presque réelle..

En reportage à la Serious games sessions Europe lundi dernier à Lyon, j'étais frappée par la qualité de l'image, mais aussi des scénarios et des vertus pédagogiques des jeux de simulation virtuelle présentés.Cela reflète bien la professionnalisation de ce secteur en devenir, où les boîtes les plus innovantes sont d'ailleurs souvent des start-ups issues de l'univers du jeu vidéo, comme Daesign. Leur recette -: co-concevoir les jeux avec les sociétés clientes, pour aboutir à une formation sur mesure.

Parmi les plus bluffants :

holomessage « Makrini », conçu par la société britannique PIXELearning, est un jeu de rôles qui met en scène une entreprise imaginaire où l’avatar de l’internaute, un employé, doit améliorer les bénéfices commerciaux tout en créant une meilleure ambiance de travail. Avec pour message subliminal une meilleure intégration des minorités...

Audace Développé par la PME Audace, ce simulateur-métier permet aux ouvriers d’apprendre à conduire des engins lourds, par des simulations en 3 D de situations dangereuses

jeu prévention sécu Conçu par L'nstitut national de recherche et de sécurité (INRS) , avec un budget de 200 000 euros, ce serious game destiné aux intérimaires est un véritable jeu de rôle qui permet de suivre le déroulé d’une mission d’interim

Pulse_2007-11-18_12-18-55-19.jpg le jeu médical américain « Pulse », conçu par la société américaine Breakaway (la Navy et la Texas A&M University-Corpus Christi). Serious game le plus cher jamais réalisé, avec un budget de 8 millions de dollars, il reconstitue un hôpital entier en 3 D