presidentielles.net.jpg

Presidentielles.net, premier site d'infos satirique consacré aux présidentielles, en 2001

La campagne électorale pour les élections présidentielles et législatives de 2012 pourrait se dérouler (encore plus) sur Internet, qui serait plus qu'un simple média d'information. J'ai eu l’occasion de me pencher sur le sujet ces derniers jours (j'y reviendrai). Même si évidemment, on n'en n'est qu'aux frémissements.

La première fois, c'était il y a pile dix ans: pour les municipales de 2001, et les présidentielles de 2002, où Internet a fait une incursion remarquée dans les campagnes électorales. Bien sûr, les premiers outils de com' politique sur le Net restaient aléatoires, comme j'en parlais alors dans la première enquête que j'y consacrais: sites officiels de candidats, avec forums de discussion, "chats" par SMS ou vidéos, premières opés de spams politiques, buzz via des sites parodiques, comme Gauche-Story.com, monté par Arnaud Dassier avec quelques autres jeunes loups libéraux...

En 2006, on a vu émerger les blogs de candidats, et des sites qui tentaient d'acquérir une dimension réseau social - comme la tentative de Segosphère. Entretemps, le débat sur la Constitution européenne, en 2005, avait grandement contribué à installer Internet comme contre-pouvoir face aux media traditionnels, comme l'a montré le succès du blog d'Etienne Chouard

x2_956f5e5.jpg

Photo @eni_kao

Mercredi, le RSLN organisait au siège du Microsoft un débat sur ce sujet, avec Valério Motta (patron du web du PS), Manuel Diaz (DG de l'agence Emakina, prestataire et stratège de l’UMP pour le web), et Frédéric Neau (Europe Ecologie), ainsi que Jonathan Bouchet Petersen (Libé et Libé.fr). Déjà à l'occasion des primaires, le PS a amorcé sa campagne de com' digitale : il s'est doté d'une direction des systèmes informatiques, et a étoffé ses équipes Web. Du côté des sites de campagne, l'UMP a ouvert discrètement sou nouveau site cette année. Valério Motta nous confiait hier que celui de François Hollande serait mis en ligne "début 2012", tandis que celui d'Europe Ecologie / Les Verts ouvrira "en version beta privée à la fin du mois".

Nouveaux outils

Qu'y aura-t-il de nouveau cette année ? Il y a bien eu des tentatives de réseaux sociaux maison par le passé: L'UMP avec la tentative avorté du Créateur des possibles - "recréer un réseau était une erreur", avouait Manuel Diaz, avait de lâcher prudemment "on essaie d'injecter de l'ADN digital en politique". En tous cas, une étude MSN / Ipsos publiée mercredi montre clairement que de nouvelles formes de militantisme, plus discrètes que de prendre sa carte à un parti, émergent sur la Toile. Un phénomène qui reste émergeant: 33% des sondés déclarent s'informer via Internet, mais seuls "6% des Français (19% des internautes) apprécient les commentaires des internautes sur les articles ou les forums, 13% (16% des internautes) apprécient les discussions sur les réseaux sociaux et 10% (12%) les discussions sur messageries instantanées". Outil d’expression citoyenne et politique (pour 71%, "Internet donne la parole aux gens comme moi"), il restera utilisé de manière limitée pour le militantisme.

Dans le cadre de la campagne Présidentielle, une majorité des internautes (51%) comptent s’informer sur les sites/blogs des candidats. En revanche, seuls 14% comptent discuter politique sur les forums/articles durant la campagne (et 9% sur Facebook ou Twitter), seuls 11% pensent publier des liens vers du contenu politique sur un réseau social, seuls 8% comptent donner leur e-mail à un parti politique pour participer activement à la campagne et 6% comptent faire la promotion d’un candidat sur le web.

Twitter_Hollande.jpg

En 2011/2012, de nouveaux outils vont s'imposer: les comptes Twitter de candidats forcément. Même si Twitter n'est pas devenu un réseau social grand public, il est lu par les journalistes.... Et permet aux politiques de créer une impression de proximité inédite. S'y ajouteront les blogs de candidats, les fanpages Facebook, voire des applis iPhone, et de manière plus hypothétique les comptes Tumblr, comme celui que vient d'ouvrir Barack Obama (même si j'y crois moins).

google_map.jpg

Surtout, on pourrait voir "des directs, des livestreams pendant des événements, pour co-constuire des événements avec des internautes", estime Valério Motta. Sur le modèle des live, format journalistique qui s'est imposé cette année sur le Web (dont je parlais dans ce billet), les partis "liveront" sûrement leurs événements-clés (-congrés, élctions..) sur leur site officiel. Une co-construction de contenus qui passera aussi par des fact-chekings avec les internautes. "Lors des régionales de 2010, on a passé en revue sur une Google Map avec les internautes les 40 chantiers de transports publics annoncés par Valérie Pécresse, pour montrer que plusieurs étaient déjà prévus", explique Valério Motta.