popstory-coverhd-307052.jpg

Il y a cette couv', dans laquelle on sent déjà un plaisir gourmand à jouer des codes du roman de gare. Avec ce magnifique coeur rose bordé de fleurs et d'angelots potelés, une photo de nos deux protagonistes, et ce titre nullement naïf, "Et Brigitte créa Macron - La vraie histoire". Et ces mots-clés, hashtags, qui donnent à voir les autres sujets, comme "#Agnès Saal pardonnée".

Pop story est un étrange nouvel objet journalistique, apparu en kiosques le 28 avril dernier. Un magazine bimestriel d’actualité (encore un...) de 160 pages, vendu en kiosques 5 euros. Première originalité, so nformat mini, carré d'environ 15 centimètres. Ce format comme son papier bon marché évoque le livre de poche, et ces fameux romans de gare... Il y a ensuite son titre, "Les romans de l'actualité". On est bien dans la presse magazine, où la tendance est plus que jamais à raconter des histoires, expliquer, narrer, être pédago, instruire en donnant du plaisir de lecture au lecteur. Ma le mag du Monde, Le Point, Challenges (mon illustre employeur donc :) sont dans cette tendance de raconter l'actu. Une tendance d'autant plus forte pour retenir un lecteur devenu plus volatil, alors qu'il trouve l'actu immédiate, l'écume, traitée sur les sites d'information en ligne.

"Romans de l'actualité" et slow journalism

Pop Story, donc, veut tenter cet entre-deux, entremêler un journalisme exigeant avec les "traditions de la littérature populaire", pour raconter le "micro roman du réel". Dirigé par Jean-Luc Barberi, ancien journaliste à l’Expansion, le titre propose des sujets longs, très longs. Jusqu’à 28 pages, ce qui rappelle nettement les mooks, lancés dans le sillage de la revue XXI. Cela évoque aussi cette tendance plus récente du slow journalism, dont j'avais parlé dans ce billet, où on prend le temps, la place, parfois en dizaines de milliers de signes, de raconter.

Mais Pop story se positionne davantage comme un roman d’actualité - ou plutôt une série de nouvelles - pour enquêter sur les personnes qui font la Une de l’actualité. En même temps, en faisant fi du rubricage classique, les articles reprennent les codes des romans grand public: roman noir, thriller, love story, roman-photo, saga, BD…). Il baigne aussi dans la culture pop par ses visuels: la couv' douceâtre, des couleurs du rock, des mangas...

Une revue foisonnante. Je me suis plongée dans plusieurs des longs récits, qui se dévorent comme des nouvelles. Les différentes enquêtes parodient joyeusement les genres 'romanesques' dont elles se revendiquent. Ce premier numéro s'entame de façon explosive sur un long récit, rubrique "Love story", sur l'histoire du couple Brigitte Trogneux - Emmanuel Macron. Ce long papier, illustré par des Polaroid légendés, copie avec allégresse le genre du roman à l'eau de rose (cela fait parfois presque peur...) mais plonge avec profondeur dans les arcanes de cette petite bourgeoisie amiénoise dont le locataire de Bercy et son épouse sont issus. ll démontre hélas trop légèrement (mais est-ce le sujet de l'article ? ) la montée au pouvoir du locataire de Bercy.

FullSizeRender.jpg

Suit un récit qui se revendique du journalisme gonzo. Le sujet: lorsque Stromae a donné un concert à Brazzaville, avant de disparaître brutalement pendant 3 mois. Le gonzo, on y est bien: "je" de rigueur, le journalist raconte en toute subjectivité ce qu'il voit, ce qu'il entend, et l'évolution de son enquête sur place. Son récit, accompagné de petties gouaches colorées, nous fait sentir ce Congo où il croise banquiers véreux, filles légères et barbouzes.

Amusant, ce Questionnaire de Proust (qu'affectionne la presse mag) très visuel, avec carrés de couleurs flashy, avec Renaud apuçon. Classqiue: ses éros de fiction, principal défaut, occupation favorite...

FullSizeRender_1.jpg

Marquant et puissant aussi, cette longue story façon roman noir sur Agnès Saal "la toxicomane", où l'auteure, Sylvie Bommel, dissèque et plonge avec finesse dans l'univers de l'ex-patronne de l'INA, haut fonctionnaire bourreau de travail, en quête de reconnaissance (comme nous tous, n'est-ce pas)... Un univers Sombre, avec parfois des dialogues au style direct, qui emprunte donc aux "gialli". Avec même les illustrations, des dessins noirs et jaunes. Elle ne prend pas parti, mais esquisse des explications sur ces obsessions de "son" personnage, qu'elle défend presque au fil des pages. Et lamine la haute fonction publique...

Pop Story (seulement 2 pubs dans ce premier numéro) compte de nouveau sur le crowdfunding, via Kisskissbankbank, puis les abonnements pour financer ses prochains numéros. A la clé pour ses lecteurs-mécènes: abonnements, tirés-à-part des illustrations du journal, etc. A vous de lire...