A-Pussy-Riot-protest-perf-010.jpg

Punk is not dead ? Au choix, on peut estimer que le punk est mort en 1979, ou en 1994, lorsque des poignets cloutés sont apparus comme accessoires pour les jeunes modeuses, ou ces toutes dernières années, récupéré recyclé par la publicité, ou avec habileté par certaines marques, telle la culte Fred Perry, qui fête ses 60 ans.

Les Pussy Riot, melting-pot culturel punk

Mais ces derniers mois, le punk est ressuscité, accolé à un groupe de jeunes femmes Russes de caractère, qui se sont baptisées les Pussy Riot. Le nom aide : il fait référence en lui-même à un melting-pot culturel, entre argot sexy, féminisme et références musicales, renvoyant au groupe punk Riot grrrl et sa leader Susie Bright. Et à une forme d'appropriation par les femmes de leur pouvoir sexuel (entre autres). Même Madonna a imprimé le nom Pussy Riot sur sa peau nue, comme forme d'affichage de sa propre rébellion - qu'elle sait parfaitement exploiter, dans son sens inné du marketing ;).

Le groupe ds Pussy Riot, donc, fut lancé en septembre 2011, émanation d'un collectif artistique d'hommes, Voïna, avec à sa tête le mari de l'une d'entre elles. Elles sont devenues en quelques semaines plus qu'un groupe de jeunes punkettes, mais une cause célèbre pour les artistes et activistes en Occident, un contre-pouvoir non négligeable dans une Russie en train de devenir une "démocrature". Elles se veulent féministes: "Nous voulons être le fouet féministe qui réveille la Russie", expliquait l'une d'entre elles cet été à The Observer Et la lame de fond est en train de monter.

Activisme féministe 2.0

Logique, les médias sociaux relaient à leur tour le phénomène. Comme nombre de révolutions, ils ont contribué à médiatiser bien au-delà de la Russie les Pussy Riot, comme avec cette vidéo de leur fameux happening sous forme de prière punk, "Punk prayer", qui compte plus d'1 million de vues sur YouTube. Tout comme d'autres vidéos de happenings circulent... Car elles ont imposé une nouvelle forme d'activisme en mode 2.0, "girls band" à guitare" avec cagoules, collants flashy, et des happenings mis en ligne aussitôt sur Youtube, avec une certaine dérision, qui n'est pas sans rappeler celle du collectif La Barbe en France.

Un lointain écho, aussi, aux Femen, ces féministes ukrainiennes aux seins nus qui se sont illustrées en coupant à la tronçonneuse une crois orthodoxe. Une nouvelle forme d'illustration d'un revigorant renouveau du féminisme un peu partout dans le Monde, dopé par les media sociaux, de l'Europe aux Révolution arabes, en passant par la France, comme je l'abordais dans cette enquête. Et désormais, peut-être, la Russie. __ "Punk prayer"__

Le 17 août dernier, trois de leurs membres, Maria Alyokhina Yekaterina Samutsevich et Nadezhda Tolokonnikova étaient condamnées à 2 ans de camp pour avoir mené un happening de protestation contre Vladimir Poutine, en février dernier, dans la cathédrale orthodoxe de Moscou, devenue un des points de ralliement pour les activistes. Une condamnation à deux ans de camp de travail (!) qui a indigné dans le monde entier, les images du "procès" circulant dans les médias à cette occasion ayant révélé trois jeunes femmes graciles, âgées de 22 à 29 ans, qui sont photographe, poète et philosophe dans la "vraie vie".

Le révélateur de la mécanique implacable d'un pouvoir russe absurde, cruel, effrayant et machiste à souhait. Un simple titre de musique est devenu bien plus, brisant (un peu plus) aux yeux du monde le mythe d'une Russie moderne et démocratique. Elles sont devenues les renégates du moment pour le pouvoir russe. Car leur musique permet de cristalliser plusieurs points de critiques : corruption du pouvoir, inégalité économique et social, évidemment les droits de la femme...

Et maintenant ? Lors de leur arrestation, le Palais de Tokyo à Paris monte une expo collective, Madonna et Björk leur dédicacent des titres. Le collectif Osez le féminisme! organisait à Partis le jour du verdict une manifestation avec femmes sont venues encagoulées. Et bonne nouvelle, les artistes français réagissent enfin à leur tour: Gilles Médioni signalait ce matin sur son blog ce titre que vient de publier Jeanne Cherhal:pour les Pussy Riot. Faites tourner...