Miscellanees.net - blog prolixe pub, marketing & conso, high tech, innovations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 4 janvier 2009

Colombani prépare le lancement de Slate en France

Slate

Et voilà. Une nouvelle équipe de journalistes s'apprête à lancer son projet de journal 100% web. Bakchich, Rue89, Mediapart, Arrêt sur images et e24.fr furent les gros projets de lancements de journaux web qui se sont concrétisés en 2008. Avec pour particularité que tous ces projets ont été lancés par des journalistes aguerris, issus de la presse papier. En ces premiers jours de 2009, c'est Jean-Marie Colombani, quelques mois après avoir quitté le Monde, qui se lance à son tour dans l'aventure.

Dans cet article des Echos daté du vendredi 2 janvier (en accès limité pour les non-abonnés... dommage que Les Echos ne choisisse pas d'ouvrir certains scoops comme celui-ci), mon confrère Emmanuel Paquette révèle que "JMC" s'apprête à lancer une déclinaison française du site d'information américain gratuit Slate, filiale du quotidien The Washington Post (qui l'a racheté en 2005), doit son succès à des analyses et des commentaires publiés par de grands spécialistes en politique, en économie et en culture.

Pour sa déclinaison française, le site mêlera la traduction de certains articles américains avec des analyses de spécialistes français. Entièrement financé par la publicité, le site vise quelques centaines de milliers d'euros de chiffre d'affaires pour sa première année d'activité.

Par ailleurs, Eric Leser, ancien correspondant du Monde à New York, Eric Le Boucher, par ailleurs directeur de la rédaction du mensuel Enjeux Les Echos et ancien du Monde, l'économiste Jacques Attali et Johan Hufnagel, ancien rédacteur en chef du site 20 minutes, seraient aussi partie prenante du projet, d'après l'article d'Emmanuel. Slate.fr, initialement prévu pour le 17 janvier, doit être lancé courant 2009, ses fondateurs français ayant quelques difficultés à boucler leur tour de table, précise aussi l'article.

A lire aussi cet intéressant article à ce sujet sur Eco89 (la déclinaison éco de Rue89, lancée il y a quelques semaines, comme j'en parlais dans cette note), où l'on apprend que Slate était initialement leur partenaire. On peut ne pas partager entirèement le point de vue de Pascal Riché, en tous cas cette phrase me semble très juste :

les nouveaux médias n'ont réinventé ni la poudre, ni l'information: ils se contentent, en tâtonnant souvent, de l'adapter aux nouveaux outils et aux nouveaux usages.

Juste, parce qu'elle s'applique tant aux initateurs de ces nouveaux projets de journaux web, qu'aux journalistes et dirigeants de titres de presse écrite qui tâtonnent, pour trouver de nouveaux services à proposer sur les déclinaisons web de leurs titres...

101 sources Vendredi

"101 sources Internet pour s'informer autrement". Source : Vendredi

lundi 17 novembre 2008

Eco89 et E24 vont-ils renouveller la presse économique en ligne ?

Je n'ai pas pris le temps de bloguer sur cela auparavant, pourtant ces 2 lancements quasi-simultanés risquent fort de donner un coup de fouet à la presse économique en ligne.

Rue89 a lancé début octobre Eco89.com. “Un site participatif consacré à l’économie telle que vous la vivez”, souligne le site. De fait, il se distingue notamment par de nouveaux modules participatifs, comme "Posez votre question", un système de questions-réponses qui permet aux internautes de demander des explications sur l’actu économique, avec un système de vote plébiscitaire pour les queistons les plus populaires, ou encore une rubrique “vie de bureau” qui accueille des témoignages de lecteurs (”que répondre à mon patron qui veut devenir mon ami Facebook ?”, “faut-il ranger son bureau ?”…). Egalement, le site intègre un système de blog-roll : sa grande force étant qu'il compte une kyrielle de partenaires de la presse économique ou de blogs éco - sociaux, tels que l'Institut national de la consommation, Alternatives économiques... Je pense que c'est là un modèle que la presse économique "classique" sera amenée à reprendre dans ses déclinaisons web : des partenariats avec des media en ligne plus pointus lui permettent d'offrir à ses lecteurs de contenus complémentaires aux siens, par des échanges de contenus, ce qui lui assure plus de crédibilité, et une palette de sujets couverts plus large. Eco89 comporte ainsi une dose d'actualité sur l'économie du développement durable avec le toujours excellent Terra Economica, traite de l'actu syndicale via Miroir social, de l'actu africaine avec des sites dédiés, de l'actu US avec Slate...

Forcément, leur modèle économique (le site est en accès totalement gratuit) est encore fragile : lors de la présentation à la presse début octobre, Pierre Haski et Laurent Mauriac annonçaient un équilibre attendu au mieux fin 2009+, alors que leur site a connu une nouvelle levée de fonds en juin, et qu'il tire en moyenne 40 000 euros par mois de ses recettes publicitaires. Mais clairement, la presse économique classique, qui capitalise sur sa marque pour son site web, a intérêt à miser elle aussi sur des partenariats de contenus et des modèles plus participatif, pour développer son audience web. Ce que commence à faire par exemple L'Expansion.com : une dose de participatif avec ses blogs et son forum Café de l'économie, et une dose de partenariats, avec ZDNet Et Neteco.com.

Pour sa part, E24.fr, nouvelle émanation du groupe ed presse à l'origine de 20 Minutes, mise sur l'efficacité : elle a plus de moyens, avec 4 à 6 millions d'euros d'investissement initial, une équipe d'une quinzaine de journalistes, un site qui se veut plus rationnel et grand public, avec un rubricage plus classique : high-tech, finance, entreprises, bourse... Une marque qui a déjà été lancée en Suède en octobre 2005, et, depuis, aux Pays-Bas et en Norvège. Dans cet entretien avec Electronlibre, les concepteurs du site se places en concurrence "avec tous les sites qui traitent d’économie, notamment les déclinaisons en ligne des journaux économiques comme Les Echos, La Tribune, Challenges... ainsi que les autres pure players de l’économie, ceux qui n’ont pas de support papier, comme boursorama.com".