Miscellanees.net - blog prolixe pub, marketing & conso, high tech, innovations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 15 juin 2010

La couv' de la semaine: Rue 89 / Le mensuel: du web au papier...

Rue89couv

Parcours surprenant pour Rue89, le site d'infos généraliste en ligne qui a choisi un second support : un titre de presse papier, Rue 89 - Le mensuel donc, qui sera disponible en kiosques à partir de demain.

J'ai eu la chance de pouvoir le feuilleter en avant-première, donc ça mérite un nouvel exercice de feuilletage virtuel, que j'ai déjà eu l'occasion d'exercer ici.

La démarche d'abord: étrange, ces pure players du web qui choisissent d'investir les kiosques à journaux. J'ai eu l'occasion d'en parler sur 20minutes.fr il y a quelques semaines, et encore dans cet article.

En résumé, cela leur permet de partir à la conquête d'un nouveau lectorat qui ne connaissait pas forcément leur site, de gagner en visibilité, et de diversifier leurs revenus, notamment en attirant les annonceurs. De fait, ce premier numéro de Rue89 papier compte 9 pages de pub: pas mal pour un magazine d'une centaine de pages...

Format mini

Ce mensuel sera donc vendu 3,90 €, et si Rue89 a mis les moyens pour ce premier numéro (diffusé à 85 000 exemplaires en kiosques), il lui faudra assurer une vente moyenne de 20 000 exemplaires par numéro pour atteindre le seuil de rentabilité.

Première surprise lorsqu'on l'a entre les mains: le format. Certes, c'est un mensuel, mais ici, pas de grand format en papier glacé , plutôt un mag au format mini: le Glamour de l'info géné, pour résumer un peu vulgairement. En tous cas, je trouve assez osé qu'ils aient opté pour ce format mini, plutôt en presse féminine, mais pas dans les presse d'infos "sérieuse". Un format qu'a certes adopté aussi Le Monde pour son nouveau mensuel, me faisait remarquer une collègue. Reste à voir si le lecteur accrochera, d'autant que le prix au numéro est relativement élevé...

La maquette, ensuite. Étonnamment, le sommaire reste très fidèle à celui de Rue89 en V.O. sur le web. Ils ont conservé les codes-couleurs, et les intitulés de rubriques ou de rendez-vous récurrents. Le sommaire est basique: "la rencontre", "la politique", "la société", "le monde", ainsi que les déclinaisons de Rue89 déjà présentes sur le Web (qui se sont presque imposées comme des marques), "Eco89", "Planète89", et "Rue69", émanation d'un des blogs érotiques féminins les plus réussis à mon sens.

Transposition du web au papier

Rue89 a fait le pari de proposer environ "70% de contenus issus du web, que nous avons réadaptés, et 30% de contenus originaux "produits pour le papier", m'expliquait Pierre Haski, directeur de la rédaction et co-fondateur de Rue89. Gonflé: le lecteur acceptera-t-il de payer pour des articles qu'ils trouve déjà en grande partie (gratuitement) sur le site web de Rue89 ?

En fait, plus qu'une déclinaison de la "marque" Rue89 en magazine, il s'agit presque d'une transposition du web vers le papier. Ce qui est loin d'être illogique: il s'agit donc pour eux de conquérir de nouveaux lecteurs, qui ne connaissent pas forcément leur site.

Rue892

Le lecteur est loin d'y être perdant: cela permet à Rue89 de valoriser ses articles (qu'ils aient déjà été publiés sur le web ou pas), grâce à une maquette, des illustr, des photos... J'aime bien, par exemple, des effets de maquette assez osés comme celui ci-dessus. Surtout, il s'agit de rentabiliser leurs écrits, en les déclinant sur un second support: "les producteurs de contenus doivent rentabiliser leurs articles sur plusieurs canaux", m'expliquait l'expert des médias (mais pas que...) Jean-Clément Texier.

photo-2.jpg

Dans les pages, la maquette est assez classique, en même vivante, très mag, avec la part belle donnée aux photos. Surprenant, ce choix éditorial - très culture web en somme - de publier une sélection de commentaires d'internautes à la suite d'articles repris du web.

En le feuilletant, on a donc des news, des interviews au long court, enquêtes (bon sujet - fact checking sur les 3 premières années de mandat de Nicolas Sarkozy), un (timide) portfolio, des chroniques culture vers la fin, et enfin, les bonnes feuilles d'un essai d'un philosophe sur le foot.

And next ? Reste à voir si Rue89 version papier trouvera sa place en kiosques, alors que pour Bakchich - qui a certes une ligne éditoriale très différente - l'essai semble difficile à transformer...

dimanche 4 octobre 2009

La couv' de la semaine : Bakchich

Bakchich C. C.

J'aurais déjà dû chroniquer cette sortie dimanche dernier, alors que le premier numéro venait de sortir en kiosques. Séance de rattrapage ce soir donc, avec un feuilletage en direct du numéro 2... Le journal d'infos en ligne Bakchich.info vient donc de sortir sa déclinaison... papier, à la grande surprise de beaucoup (le phénomène d'un site web d'infos qui lance *ensuite* une déclinaison papier est assez rare pour mériter d'être souligné). De fait, Bakchich a ainsi adopté une démarche inverse à celle de la plupart des médias : sa version papier est destinée à lui donner plus de visibilité, et finalement, à donner envie aux lecteurs de découvrir... le site.

L'hebdomadaire papier Bakchich, donc, est vendu tous les mercredis, et vise clairement à se positionner face au ''Canard Enchaîné'' (qui sort en kiosques le même jour), se présentant comme "Votre nouveau journal satirique", et promettant "Informations, enquêtes et mauvais esprit". Mmm, appétissant.. La campagne d'affichage publicitaire est du même acabit, avec des caricatures de personnages politiques.

Nuit_Blanche_09_015.jpg C. C.

Le canard, en format tabloïd de 20 pages, se lit agréablement, entre longs papiers, enquêtes, confidentiels... Les papiers sont illustrés par des caricatures. On trouve aussi un reportage BD (format encore peu répandu dans la presse écrite - un des exemples les plus réussis de reportages BD se trouve à mon sens dans l'excellente revue XXI, dont je parlais là).

On sent la patte de Nicolas Beau, ancien du Canard enchaîné qui a rejoint l'équipe des fondateurs, dans la titraille résolument impertinente : "apéro" pour les indiscrets, "filouteries" pour les enquêtes de fond et scoop (avec par exemple un excellent papier, "Cosa notra, le vrai parrain de Berlusconi" - pour le moins, c'est clair), des pages plutôt attendues sur la conso (bonne enquête sur le bizness de l'eau), les médias et les people, la culture...

Le journal a choisi de présenter "les meilleures infos du Net" dans une rubrique "Bab el Web", via... un partenariat avec Vendredi.info, qui lui fournit 4 pages d'articles qu'il a sélectionnés. C'est là que le bât blesse, à mon sens, ou du moins que la logique du truc est difficile à suivre : pourquoi Bakchich, qui est lui-même initialement un média en ligne, ne propose pas sa propre sélection maison de contenus web (blogs, sites) ? Un échange de contenus qui apporte, certes, une nouvelle visibilité à Vendredi (dont la parution a été suspendue en juin, mais pourrait être relancée en novembre - voire l'entretien avec Jacques Rosselin chez Piratages). Et où Vendredi.info fournit des infos sous des formats et des angles variés (papier de fond, "gazouillis de la semaine" récoltés sur Twitter...). Étonnamment, un blogueur y trouve le statut de chroniqueur, avec une rubrique intitulée "Dans l'oeil de Guy Birenbaum".

Premier bilan : pas mal du tout, donc. Je ne sais pas si ce nouveau canard attirera le grand public ou s'il attirera seulement les technophiles, journalistes, blogueurs... qui connaissaient déjà le site Bakchich.info (et évitera ainsi l'écueil qu'a connu Vendredi). Et s'il peut vraiment se positionner comme concurrent au Canard enchaîné, qui est déjà une "marque" très installé. Mais ce dernier ne dispose certes d'aucun relais sur Internet. A suivre...

dimanche 15 juin 2008

Renault tente le marketing de la nostalgie pour lancer son 4x4 Koleos

Comment imposer à l'automobiliste habitué de la marque Renault le premier 4x4 réalisé par le constructeur français sans le choquer ? Car Renault franchit un sacré tournant en lançant, à son tour, son premier 4 x 4, la Koleos. Un virage pas forcément susceptible d'être compris par une cible classique de Renault - le consommateur quadra ou quinqua, qui s'est toujours acheté une Renault, depuis la 4L à la Laguna, en passant par la Scenic... La solution : rassurer le consommateur en montrant une continuité entre ce nouveau modèle et ces précédents.

Et la campagne de pub pour la Koleos illustre cela à merveille. On ressort l'histoire du losange, les modèles-phares de Renault des décennies précédentes (comme la 4 L, la Renault 5, l'Espace...) qui ont accompagné le client les décennies précédentes... on montre des ambiances et au final, on cherche à laisser une trace. Là encore, à l'ère du storytelling, Renault raconte une histoire au consommateur : l'histoire de la marque, et comment elle a accompagné le consommateur, comme le montre le spot TV. Avec cette chute : "On a fait pas mal de route ensemble. Mais ce n'est pas près de s'arrêter". Marketing de la nostalgie oblige, on le renvoie à son passé.

Vous avez peut-être aussi entendu la campagne de pub radio (entendue sur... Radio Nova, à ma grande surprise), ou un père raconte à son fils "là, nous étions dans tel voyage, nous avions la 4 L"... Bref, Renault, s'inscrit alors dans des histoires vécues. Rien de tel pour rassurer le consommateur.

C'est Stephen Norman, autrefois chez Fiat et recruté l'an dernier par Renault comme directeur marketing, qui a orchestré ce retour aux fondamentaux, avec des messages émouvants, amusants dépeignant une ambiance, un esprit plus qu'un produit.

Une pub "rassurante", donc, tournée en pleine nature... pour un véhicule pourtant ultra-polluant ;) , "un 4x4 qui consomme jusqu’à 10 litres au 100 et émet jusqu’à 237 g de CO2/km", comme le rappelle Greenpeace, dans ce papier publié sur Bakchich.info.


spot TV Renault Koleos