Miscellanees.net - blog prolixe pub, marketing & conso, high tech, innovations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 11 décembre 2012

Twitter / Instagram / Google: la guerre photo est déclarée

twitter.jpg

La photo, l'image, se place décidément à l'épicentre des médias sociaux. J'en parlais plus tôt dans l'année, le rachat d'Instagram par Facebook pour 1 milliard de dollars l'illustrait, tout comme le lancement par Facebook de sa propre app mobile photo. Car l'utilisation de la photo est devenue centrale dans les usages des mobinautes - apprentis photographes: encore un sondage CNIL/ TNS Sofres publié mercredi 12 décembre le montre: 58% des mobinautes sondés publient des photos sur Internet pour les partager avec d’autres, et même 86% des 18-24 ans.

Même les constructeurs IT l'ont compris, à voir la bataille acharnée que livrent Apple et Samsung, prêts à s'allier pour racheter les nombreux brevets photo de Kodak, en train de dépérir... Maintenant, la guerre se déplace entre médias sociaux, qui ont bien compris que les fonctionnalités photo + mobile deviennent centrales.

Filtres photo Twitter...

C'est officiel depuis ce lundi soir, Twitter se lance à son tour dans la course aux filtres photo : de facto, il a lancé les siens avec deux mises à jour gratuites de ses apps sur Android et iOS. Au menu, huit filtres (du délicieux vintage couleur sepia au classique noir et blanc), que lui fournit l'entreprise Aviary, laquelle avait déjà un partenariat avec Flickr. L'utilisateur a pour l'instant juste accès à des fonctions d'édition basiques (recadrage, contrastes, etc), à l'inverse d'Instagram. Par ailleurs, ces fonctions de filtres ne semblent applicables que sur les clichés pris directement via Twitter.

La rumeur courait, relayée par AllThingsD, d'autant qu'il y a quelques jours, un des co-fondateurs de Twitter, Jack Dorsey, publiait des clichés persos avec un filtre noir et blanc.

C'est en tous cas une nouvelle bataille dans la guerre des images que se livrent les médis sociaux. Il y avait déjà eu un indice il y a quelques jours : la rumeur courait que les photos provenant d' Instagram, publiées sur sur Twitter, y étaient coupées, voire floutées. Instagram ayant décidé de couper les ponts avec Twitter. Histoire de doper son audience

... Réseau social Instagram

Car Instagram est, désormais, à la fois outil de publication et d'édition de photos (avec ses fameux filtres), et réseau social. Au passage, il annonçait hier sur son blog de nouvelles fonctionnalités photo: nouvelle ergonomie de sa fonctionnalité de caméra, nouveau filtre, "Willow", enregistrement des photos dans iOS dans un dossier Instagram...

Fort de ses 120 millions d'utilisateurs, disponible sur Android et l’App Store, il est aussi accessible, depuis peu, sur le web. Les utilisateurs d'Instagram peuvent y créer un profil comme sur Facebook, avec une bannière, une biographie, des followers, etc. Comme Twitter. Oups.

Plus question, pour Instagram, de rediriger son audience vers Twitter. "Il y a quelques mois, nous avions accepté les cartes Twitter parce que notre présence sur le web était minime", expliquait la semaine dernière Kevin Systrom, cofondateur d'Instagram, lors des conférences LeWeb, organisées aux Docks d'Aubervilliers. Ces cartes Twitter permettent à des contenus(images, etc) d’être inclus dans les tweets, et de ne pas être redirigés vers d’autres sites ou applications. "Nous avons fait évoluer notre plateforme afin que les utilisateurs puissent directement réagir à des contenus Instagram via des ‘like’, des commentaires et des mots-clés. Désormais, la meilleure chose pour nous est de tout rediriger directement vers le site Instagram". Ça a le mérite d'être clair.

Son propriétaire, Facebook, espère ainsi concurrencer des plateformes à succès, telle la plateforme de microblogging Tumblr. Alsro que l'on voit émerger des communautés de fans de culture, qui partagent leurs photos d'événements culturels... sur Instagram. Il y a 15 jours, lors des Rencontres du wsebjournalisme à Metz, Nicolas Loublet, fondateur de Knowtex, nous racontait ainsi l'essor des "communautés créatives", constituées de "museogeeks", dont certains effectuent carrément des livetweets d’expositions. Ce qu'ont repéré certains musées, tel le Musée du Quai Branly, qui va jusqu'à organiser des événements pour ces Instagramers...

Google n’est pas en reste dans cette bataille. Il a racheté en septembre la société Nik Software, à l'origine du service d'application photo pour mobile, Snapseed, disponible elle aussi sur l’App Store. Google l'a rendue, il y a peu, gratuite sur Android et sur l'Apple Store. Snapseed était jusque-là vendu pour 4,99$ sur l'App Store. Fort de Goole+, Google compte bien faire de Snapseed son propre Instagram en l'intégrant davantage à son réseau social. Avec notamment l'ouverture de son nouveau service sur Google+, Google+ Communities, qui comporte des thématiques verticales (photo, people, et bien sûr marques).

Màj 13/12 : Dernier-venu dans cette bataille, Flickr, filiale de Yahoo!, à son tour à l'assaut, avec son application pour iOS qui passe en version 2.0... et comporte, elle aussi des filtres photographiques (carrément 16), d'après ZDNet. Ces photos "améliorées" pourront être partagées sur Twitter, ou géolocalisées via Foursquare. A la clé aussi, un nouveau système de téléchargement de photos, de nouveaux modes d’affichage et la possibilité de rajouter des informations à propos de chaque photo (type d’objectif, réglages, éclairage, etc).

dimanche 11 décembre 2011

Le numérique, au centre de la campagne électorale ?

nicolas_sarkozy_google_paris.jpg

Lundi dernier, il inaugurait l'ouverture du site de données publiques Datagouv.fr. Mardi matin, il s'offrait l'inauguration du siège de Google, avec Sergey Brin en personne, et une poignée d'entrepreneurs médiatiques. Mercredi, à l'occasion de l'ouverture de la conférence LeWeb'11, grand-messe annuelle des start-ups (et des fonds d'investissement) fondée par Loïc Le Meur, il recevait à dîner à l'Elysée 300 entrepreneurs et blogueurs. Le tout en pleine "Semaine du numérique", montée par son conseiller Nicolas Princen, émaillée de plusieurs raouts et conférences autour des technologies - qui permettait d'emblée de mettre Sarkozy au cœur de cette actualité.

Il avait déjà inauguré son "tournant numérique" - du moins auprès des médias - en mai dernier, en organisant l'eG8 du Web aux Tuileries, en direct avec l'agence Publicis, quitte à zapper quelque peu les ministres habituellement en charge du sujet, comme nous le détaillions dans cette enquête. En préalable, il avait installé le 27 avril dernier un Conseil national du numérique (CNN), organe consultatif (déjà contesté sur la Toile) comptant... des entrepreneurs - ça tombe bien - comme le patron de Rentabiliweb Jean-Baptiste Descroix-Vernier, Giuseppe Di Martino (Dailymotion, Asic), Frank Esser (SFR, FFT), Gabrielle Gauthey (Alcatel-Lucent), un anti-sarkozyste (belle prise) Nicolas Voisin (Owni), et avec pour président Gilles Babinet (Eyeka, CaptainDash...).

Le numérique et l'innovation, sujet de campagne à truster

Nicolas Sarkozy est en campagne, à 5 mois des élections présidentielles. Pour lui comme pour François Hollande - et les autres candidats - le numérique et l'innovation pourraient bien en être un des sujets-clés. Il drague assidûment les acteurs du numérique, pas totalement en vain. "Jean-Baptiste Descroix-Vernier, Gilles Babinet, étaient tous retournés lors de son discours au nouveau siège de Google", me racontait un entrepreneur (libéral) la semaine dernière.

C'est peut-être en quelque sorte son discours d'Hourtin. Chez Google, son échange, près d'une heure de questions-réponses avec des entrepreneurs, blogueurs ou salariés de Google (sélectionnés au préalable), a été largement tweeté, relayée sur Facebook. Retour sur image garanti pour l'Elysée, avec ce book de photos "entrepreneuriales".

Internet, cette étrange chose, où il faut réfléchir à "comment mettre un minimum de règles en gardant la liberté du Web", il reconnaît s'"être trompé quand je parlais de régulation. J'ai pris le risque de crisper un univers qui est fondé sur le partage et la liberté". On est loin dans le discours de la "jungle sauvage où il serait permis de piller les oeuvres des créateurs", qu'il fustigeait en 2009, en pleine promo acharnée pour la loi Hadopi. Maintenant, c'est promis, il comprend les entrepreneurs du numérique: "Il a fallu que je m'y mette pour comprendre les valeurs derrière (...). Le Web n'est pas simplement une technologie, c'est aussi une façon d'être".

En 2006, le candidat aux élections présidentielles était fraîchement accueilli à la conférence LeWeb. cette année donc, il organisait mercredi 7 décembre un dîner post - Web'11: pour défendre son programme sur la compétitivité de la France dans les technologies ? Retour sur images garanti : trop content d'y être invités, nombre de privilégiés ont posté vidéos, twitpics ou photos via Facebook.

Reste à voir qui il comptera comme relais médiatiques pour son programme numérique - et qui mènera sa net-campagne, laquelle en est à peine à ses débuts, à gauche comme à droite. Parmi ses ministres, celui en charge de l'Economie numérique, Eric Besson, ne cache plus son ennui, et tweete à tout-va. A l'Elysée, seul Nicolas Princen est présenté comme conseiller numérique. A 27 ans, le normalien diplômé d'HEC, arrivé pour gérer la net-campagne de Sarkozy en 2006, fustigé sur le Net en 2008, décroche ce mois-ci la 33ème place dans la "powerlist" du très branché Technikart. Il y a certes des parlementaires pointus, comme Laure de la Raudière, Patrice Martin-Lalande ou Lionel Tardy (ce dernier n'avait pas hésité à exprimer ses réserves sur Hadopi), très bons connaisseurs des dossiers mais "qui n'auront pas forcément une vision d'ensemble pour un programme numérique", me confiait la même source.

L'agence en charge depuis quelques mois de la stratégie digitale de l'UMP, Emakina, dirigée par Manuel Diaz, demeure discrète pour l'instant. Mais l'entrepreneur de 32 ans, initialement aux côtés de son frère, fondateur de BlueKiwi, a croisé depuis ses 19 ans la fine fleur des start-ups et des grandes agences digitales. Un avantage non négligeable.

Quid à gauche ?

Au PS, les candidats ont bien présenté des semblants de programmes numériques avant les primaires, comme Martine Aubry. Mais depuis, François Hollande a changé plusieurs fois de positions sur Hadopi. Pourtant, il commence à bien s'entourer sur le sujet : Fleur Pellerin, 37 ans, énarque, conseillère à la Cour des Comptes, peu connue mais pointue, chargée de théoriser son programme numérique, a commencé à le dévoiler dans les médias (comme sur Electron Libre ), elle prend ses marques sur Twitter...

nuage_sur_les_pistes_de_reforme_0__2_.jpg Nuage de tags "sur les pistes de la réforme" - Eco89

Elle a lancé un appel à contributions sur la politique numérique du PS sur Eco89. "Hussarde de la diversité", présidente du très influent club XXIe siècle, elle avait été portraitisée par'' Libé'' dès 2009. Mais habile, elle apparaît de nouveau dans la presse grand public, comme ce papier dans Elle où elle humanise son image, en tant que "working mum".

En tous cas, preuve qu'elle ne laisse pas indifférent, elle commence à essuyer des attaques très directes sur Twitter, comme de la part d'Arnaud Dassier, entrepreneur, ex-responsable de la campagne Internet de Nicolas Sarkozy - et lui-même en campagne pour les législatives.

dassier_pellerin.jpg

Dans cette équipe, Vincent Feltesse, responsable de la campagne digitale du candidat, a fait venir à ses côtés Marie-Morgan Le Barzic, 36 ans, ex-déléguée générale de Silicon Sentier et directrice de La Cantine, spot parisien qui accompagne les acteurs du numérique. Elle y sera chargée des opérations. Autre nouvelle recrue, selon mes informations, Antonin Torikian, ex-responsable du programme étudiant Imagine Cup chez Microsoft. Et Challenges évoquait récemment le nom de Jean-Noël Tronc, nouveau patron de la Sacem (et auteur du discours d'Hourtin, je dressais son portrait en 2002), qui le conseillerait à titre personnel. François Hollande doit lancer son site officiel en janvier prochain.

D'autres candidats innovent davantage sur la Toile. Surtout les petits candidats, moins relayés par les médias, qui se doivent d'affirmer leur présence numérique. Jean-Luc Mélenchon surprend déjà: avec pour directeur de campagne web le prolixe Arnaud Champrenier-Trigano (ex-responsable de l'Une, chroniqueur web, fondateur du magazine TOC), il dispose d'un site web novateur, et dévoilera à la presse son appui iPhone ce jeudi 15 décembre. Mieux, son équipe a conçu une web-série hebdomadaire, En marche, lancée le 21 novembre. Sous influence Lost et autres séries US, tous les lundis, elle suit les pérégrinations du candidat, ralentis et flash-backs à l'appui. Le premier docu-soap de campagne. A suivre...