Miscellanees.net - blog prolixe pub, marketing & conso, high tech, innovations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 17 octobre 2011

Presse papier de luxe; Steve Jobs (bientôt) le bioptic; Apple par Ray Bradbury; Wikipedia.it c'est fini, RIP Göksin

Sélection non exhaustive de liens glanés sur la Toile, sur Twitterland, en nouveaux media, pratiques journalistiques, innovations...

  • Les quotidiens muteront vers Internet et ne garderont une version papier "que certains jours", voire une fois par semaine, pour s'adapter à des lecteurs hyperconnectés qui n'ont "plus le temps de lire un quotidien tous les jours", estime Jean-Marie Charon (JDD), en réaction à l'arrêt de la diffusion papier de France-Soir.
  • En étrange écho, cette annonce aux US, où Condé Nast s'associe à HP pour proposer aux lecteurs d'imprimer leurs magazines sur leur imprimante.
  • Le guide de participation des journalistes AFP aux réseaux sociaux : un précédent qui pose question, réponse "à une demande des journalistes" d'après la directrice adjointe de l'information.
  • Un hommage à Göksin Sipahioglu, fondateur de l'agence photo Sipa, s'est éteint mercredi 5 octobre. Son agence, incarnation du photojournalisme à l'ancienne, était en difficultés depuis un certain temps, dans un secteur en mutation, comme l'a reflété l'édition de Visa pour l'image de cette année.
  • Dans cette interview à L'Expansion, Jean-Louis Gassée, ancien dirigeant d'Apple de 1981 à 1990, raconte que "Steve Jobs" avait demandé à Ray Bradbury d'écrire un poème pour Apple. Je m'en souviens encore. Il se terminait par "Hey, les trouillards, de quoi avez-vous peur ?" . RIP Steve Jobs, mais outre sa biographie autorisée et la vague de fast books attendus, Hollywood devrait sortir son bioptic: Sony a acquis les droits de sa future biographie pour en tirer un film.
  • La loi italienne s'apprête à tuer toute critique exprimée en ligne: l'exemple de Wikipedia.it.
  • Mme vs Mlle. Comment le "Mademoiselle" est devenu ringard aux Etats-Unis et au Québec, décrypte Slate.fr. A contrario, Grazia a réalisé un sondage révélateur, où beaucoup des sondées considèrent le débat sur le Mlle/Mme secondaire.
  • Minority Report & Precrime ? Homeland Security testing FAST, designed to flag criminal intent before a crime happens (Wired).

mardi 21 décembre 2010

Porno+Kinect; identités; HTML5; Wikileaks chez Mediapart; Twitter sous licence CC; Foursquare; Freebox, rétro techno 2010...

Et hop, l'habituelle petite sélection rapide de liens hebdos en technologies, sciences, marketing, conso, médias, people etc.

  • Wikileaks suite - Pour la première fois, le Guardian Tech publie les accusations contre Julian Assange... tandis que Mediapart héberge à son tour un miroir de Wikileaks
  • Un outil pour mettre ses gazouillis Twitter sous licence Creative Commons
  • Delicious, incarnation du Web 2.0 de 2006 (j'en parlais d'ailleurs dans mon bouquin Tout sur le Web 2.0), racheté par Yahoo, serait à vendre
  • Freebox Revolution: j'en ai fait une analyse rapide là il y a quelques jours, la réplique de autres opérateurs ne s'est pas fait attendre, notamment chez SFR: cf ce papier (où l'on remarque que Berretta rompt le "off" initialement posé par la dir'com' de SFR...) et ce joli scoop chez Freenews

mercredi 17 décembre 2008

Quant les entreprises réecrivent leur page Wikipedia

Le sujet était déjà connu, mais il méritait qu'un journaliste se penche (de très près) dessus pour passer quelques exemples au crible... On le sait, une des caractéristiques de l'encyclopédie collaborative Wikipedia est que c'est un wiki, donc dont le contenu est librement modifiable par tout internaute. Ce qui fait, depuis ses débuts, la force - et la fragilité - de cette encyclopédie, devenue en quelques années une références pour tous, internautes, étudiants... A tel point que les entreprises la guettent elles aussi de très près, puisque c'est un indicateur en soi de leur web-réputation.

Or, Benjamin Ferran a publié cette excellente petite enquête sur Lexpansion.com, où à partir de l'exemple de TF1, qui réécrit régulièrement sa page Wikipedia, il s'est intéressé à quelques autres grosses boîtes qui réécrivent ainsi leur propre historique en ligne... En faisant un savoureux comparatif "avant - après" dans un tableau, où il monte certaines informations qui ont été modifiées, ajoutées, ou carrément zappées par les intéressées.

"Depuis ses débuts, et dans un souci de transparence, Wikipedia permet théoriquement de repérer de tels comportements : l'adresse IP à l'origine de chaque action est en effet conservée en mémoire. Mais les recherches pour identifier les auteurs des corrections ont longtemps été fastidieuses", rappelle l'article. Mais un pas supplémentaire a été franchi l'année dernière avec le lancement du WikiScanner, dont je parle dans mon livre, Tout sur le Web 2.0.

Cette application créée par Virgil Griffith, étudiant en informatique de l'Université d'Indiana, permet de découvrir toutes les modifications faites à des articles de Wikipedia à partir d'ordinateurs liés à n'importe quelle entreprise ou organisme publics. Aux US, il a entre autres permis de révéler que des dirigeants de la CIA, aux États-Unis, ont contribué à modifier plus de 2000 définitions depuis 2002. Et que certaines entreprises, comme Wal-Mart, Diebold et Exxon Mobile, ont modifié avantageusement les définitions les concernant.

J'avais déjà eu connaissance de particuliers (par exmeple, un auteur et blogueur ayant une petite notoriété) qui avaient écrit eux-mêmes leur (auto)biographie sur Wikipedia ;)

jeudi 7 juin 2007

Wikimanche, le Wikipedia de la Manche

Bonne initiative du département de la Manche, qui vient de lancer, sur le modèle de Wikipedia, son encyclopédie collaborative en ligne, Wikimanche, qui compte déjà plus de 300 articles en ligne. Ce qui permet à la Manche de renforcer sa visibilité sur la Toile informatique et de communiquer sur son patrimoine. Lancée par le Conseil général et Manche Numérique (syndicat mixte regroupant le Conseil Général et la totalité des 602 communes de la Manche), épaulés par les médias départementaux, Wikimanche est modéré à priori par des journalistes locaux. Un outil innovant, très Web 2.0, dont s'inspireront d'autres collectivités territoriales ?