Miscellanees.net - blog prolixe pub, marketing & conso, high tech, innovations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 25 août 2010

Les Sex Pistols, du groupe punk à la marque (de parfum)

Sex-Pistols-Scent.jpg

Photo: Etat Libre d'Orange

C'est au mieux amusant, vintage, au pire, pathétique. Plusieurs blogueurs ont relayé l'info ces derniers jours, comme ici, , ou encore la campagne d'affichage : les Sex Pistols viennent de lancer leur parfum, disponible en France à partir de septembre.

Eh oui, vous avez bien lu. Un des meilleurs groupes punk des années 70 lance un de ses premiers produits dérivés, du parfum... Dans un packaging qui rappelle celui d'une bouteille de lait et une bouteille d'alcool, orné du tissus écossais et de photos de la Reine d'Angleterre issus de leur cultissime album de 1977, God save the Queen, le groupe vend donc "son" jus, "The Spirit of Punk", aux fragrances de citron, de poivre noir et de cuir paraît-il. Pour cela, il a collaboré avec la marque française Libre d'Orange, d'après le blog Popcrunch. Le slogan est limite téléphoné: "Réveille le rebelle qui est en toi".

Contre-nature

Alors bien sûr on peut trouver l'initiative amusante, second degré... Et après tout, ce n'est pas la première fois qu'un groupe de musique accepte d'être décliné sur des produits dérivés pour fans, et de monter des opérations de co-branding avec des marques.

Ce type de récupération est d'ailleurs devenu monnaie courante dans l'univers de la mode, qui s'approprie ainsi les valeurs qu'incarne le rock (la liberté, le refus du conformisme). Certaines s'y sont prêtées avec plus ou moins d'habileté, telles Sandro, The Kooples, Zadig & Voltaire, ou, un cran largement au-dessus, Ben Sherman, qui lançait en début d'année une ligne (jusqu'aux boutons de manchettes !) en hommage aux Beatles. Mais l'ex-marque phare des punks avait l'historique qui la légitimait pour cela...

Là, cette initiative avalisée par Johnny Rotten, leader des Sex Pistols l'initiative a un petit arrière-goût amer, voire est contre-nature par rapport aux valeurs qu'incarnait le groupe dans les années 70 - la contre-culture, l'anarchie, la remise en cause de la royauté. Et réduit la rebel attitude du groupe keupon à une attitude très mercantile... Pire, les Sex Pistols deviennent une marque. Et se plient aux mêmes pratiques bassement marketing que des Céline Dion, Beyonce et autres Jennifer Lopez, qui ont toutes lancé leur ligne de parfum. Sid Vicious doit s'en retourner dans sa tombe...

dimanche 2 septembre 2007

Les Lascars sur le Net, de retour sur Canal +... et bientôt sur grand écran

lascars_film01.jpg

Le buzz est en train de monter furieusement autour de cet anti- Beverly Hills: Lascars, ce dessin animé hip-hop (une série de 30 dessins animés d'une minute), diffusé en 2000 sur Canal +, devenu culte chez les ados depuis. La série, crée par d'anciens graffeurs (Laurent et David Nicolas, et Christophe Cholleton), donne une vision assez décapante du quotidien des 15-25 ans en banlieue, en mettant en scène des anti-héros attachants.

Lascars est devenu un phénomène viral, qui circule sur Dailymotion et YouTube. Forcément, les opérateurs se sont emparés du phénomène : Orange le propose à ses abonnés haut débit en téléchargement,tout comme iTunes France...

Et ce n'est pas fini : une deuxième série de 30 épisodes sera diffusée dès demain (le 3 septembre) sur Canal +... Et un long-métrage sortira au cinéma en 2008 (avec parmi les coproducteurs... Studio 37, la nouvelle filiale cinéma d'Orange, ce qui confirme la stratégie de l'opérateur de vouloir se lancer dans la production de contenus). Beaucoup de très bons échos autour de ce futur long, qui a nécessité trois ans de travail aux auteurs - ils semblent avoir réussi e passage de la série télé au long-métrage, souvent un exercice assez casse-gueule délicat. Notamment grâce aux décors, qui intègrent des photos de tags ou des matières réelles pour reconstituer l'univers urbain de leur dessin animé, et le rendre plus réaliste. A suivre aussi, une BD.

Bref, Lascars, doté de son site officiel, devient en soi une marque, avec ses produits dérivés. Forcément, les labels de disques, annonceurs et marques de vêtements salivent d'avance aux juteuses perspectives de cobranding sur le phénomène Lascars... Pas sûr cependant que les auteurs succombent à la tentation du marketing à outrance...