Miscellanees.net - blog prolixe pub, marketing & conso, high tech, innovations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - publi-reportage

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 22 février 2009

De nouveaux formats publicitaires en presse écrite sous la contrainte des annonceurs ?

Par ce morose vendredi 13 février, la une des Echos avait de quoi provoquer un choc : une couv' tout en noir, qui titrait, en blanc, en gros caractères, "La France s'installe a son tour dans une récession sévère". Il ne s'agissait nullement, pour le quotidien auquel j'ai longtemps collaboré, de refléter la morosité économique, aveu ne mise en page faisant penser à un faire-part de deuil. Non, le quotidien économique répondait ainsi à la demande de l'un de ses annonceurs, pour une opération spéciale de com': en tournant la page, on trouvait 3 pages consacrées à la Citroën C5. Le tout doublé d'une campagne de bannières imposantes sur le site web du quotidien. Citroën voulait ainsi vanter le "système antipatinage intelligent de la C5", avec une photo de route noire s'enfonçant dans un ciel bas et sombre...

C'est à ma connaissance la première fois que Les Echos affiche une telle campagne de pub. Certes, ce format publicitaire n'est pas tout à fait inédit : Libé a déjà mis sa une aux couleurs d'un annonceur. Sans compter les journaux (notamment en presse gratuite) qui précèdent parfois leur couv' d'une page de pub...

Mais cela est symptomatique du contexte particulier pour les médias. Le recul de 5,3% du chiffre d'affaires de TF1, la chute de 19% de ses recettes brutes de publicité en janvier - et à la clé la chute de son action en Bourse - révélées ce jeudi 19 février, ont montré que les médias commencent à souffrir sérieusement des mauvaises rentrées publicitaires, conséquence de la crise .

Comme le souligne Le Monde dans ce papier, crise oblige, "les entreprises sont soucieuses de réduire leur budget publicitaire et d'ajuster leurs investissements sur leurs résultats commerciaux". Et la presse écrite n'y échappe pas. Du coup, les services pub des journaux sont à la recherche de toute campagne de pub.. Et il y a fort à parier qu'ils vont accepter des formats publicitaires parfois "exotiques". Ou des publi-reportages parfois à la limite de la caricature - comme celui pour Land Rover dans la page green business de La Tribune, qu'a relevé mon jeune confrère dans ce billet sur mon second blog, "La marque dans tous ses états"...

dimanche 20 mai 2007

Cannes & sponsoring : des nouvelles techniques de publi-reportage

Vous connaissez tous ces publi-reportages, ces "articles " publicitaires pour vanter un produit, dont la maquette est souvent similaire à celles des articles du journal qui les publie... Un procédé fréquent en presse féminine par exemple, mais aussi dans certains quotidiens, comme "Le Monde", qui publie de temps en temps des encarts de plusieurs pages à la gloire de certains pays - dont les pratiques démocratiques laissent parfois à désirer...

"Le Monde" justement, publie un article sur le sponsoring à Cannes, très instructif. Il y aborde le cas assez connu des "ambassadrices" de L'Oréal (des actrices et stars qui représentent la marque de cosmétiques), omniprésentes au Festival depuis 10 ans. Mais aussi une forme de partenariat publicitaire inédite : le "Journal du dimanche", "Paris Match" et "Marie-Claire" ont publié des suppléments consacrés à Cannes... sponsorisés par L'Oréal. Si ce n'est pas là une jolie forme de publi-reportage ;-) Avec à la clé des interviews d'actrices-égéries de L'Oréal. Plus grave, à mes yeux, ces suppléments sont signés directement par les journalistes des rédactions. Alors qu'il est d'usage que les publi-reportages ne soient pas signés. Au moins, ici, cela a le mérite d'être clair.

Business is business. Bien plus qu'un marché international du cinéma, Cannes est devenu une des plus importantes plateformes d'exposition pour les marques. La rituelle montée des marches se transforme en un défilé de marques de mode. Dans les magazines, les photos des stars seront accompagnées des noms des couturiers et des bijoutiers prêtant les parures pour l'occasion, souligne "Le Monde".

Autre exemple, d'ailleurs, j'avais aperçu dans le féminin "Elle"plusieurs pages de publicité pour les parures (inabordables...) Chopard : des actrices comme Virginie Ledoyen prennent la pause avec des bijoux, sur des photos en noir et blanc, très léchées, dont on a du mal à percevoir qu'il s'agit d'encarts publicitaires...