J'en parlais en octobre dans ce billet , plusieurs acteurs du Web 2.0, dont la FING et Orange Labs, avaient initié une étude sociologique inédite en ligne : Sociogeek, destinée à passer en crible les comportements des internautes (assez) avertis, utilisant notamment les réseaux sociaux.

Résultat, clairement, cette une enquête en ligne montre qu'ils savent parfaitement comment modeler - ou du moins contrôler - leur image numérique (ou web-réputation...), et maîtriser leur exposition d'eux-mêmes en ligne, selon des critères pas très éloignés de ceux de la vie réelle. Cette enquête sous forme de quizz a d'ailleurs bénéficié d'un succès inattendu, 11 000 internautes ayant accepté d'y répondre. Forcément, cela n'set pas très représentatif de la population français dans son ensemble : ce sont des gens déjà bien actifs sur le Web qui y ont répondu..

Comme dans la craie vie, les internautes dévoilent assez peu leur vie très personnelle, et des tabous perdurent : on ne montre pas en photo ses parents, la souffrance, la douleur, le sexe… Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ils ne laissent pas plus tomber toutes les barrières sur des réseaux sociaux. Au contraire, ils ont des vrais stratégies autour de leur image, par exemple pour se créer un capital social.

Autre constat intéressant, les réseaux sociaux les plus utilisés sur Internet sont Facebook (à 69%), suivi des blogs (36%) et de Copains d'avant (24%). Quant à l'utilisation qu'ils en font, 5 660 des sondés expliquent qu'il s'agit d'un bon moyen pour discuter avec des gens qu'ils fréquentent régulièrement dans la vie réelle. En seconde position, le réseau social est aussi utilisé pour garder contact avec des personnes que l'on ne revoit plus mais que l'on a connu auparavant. Enfin, seuls 4,31% des participants avouent qu'il s'agit d'un moyen de faire des rencontres amoureuses.