Miscellanees.net - blog prolixe pub, marketing & conso, high tech, innovations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 1 mai 2011

Ben Laden & Twitter; Netflix HBO du Web; Storify; Beastie Boys; Apple & datas; Filtrage dans les box...

Et hop une petite revue de liens au débotté (en français... et en anglais VO, eh oui, nouveauté de la semaine !), sélection de news, tweets et billets en médias, nouveaux médias et high-tech pour ces derniers jours...

  • Twitter was the very first (media ?) this morning to reveal the death of Ben Laden, before official sources - and Barack Obama... A story that Twitter Broke (Fast Company). Right from this monday morning, there was already an "Osama Bin Laden is Dead" Facebook page. 120,000 Likes and counting. And this paper, right from this morning, about the 'coulisses" of the death of Bin Laden (NYT).
  • L'Internet illimité c'est fini ? AT&T l'enterre aux US.. (Wired)
  • Portrait du futur HBO du Web ? J'en parle ici dans Stratégies (accès abonnés sorry) : non content d'avoir acquis les droits de Mad Men, Netflix se lancer à corps perdu dans la production de séries, d'après le Hollywood Reporter. A suivre !
  • Storify, opening this monday: Filtering the Social Web to Present News Items, according to the New York Time.
  • Du bon son - avant sa sortie le 4 mai, le nouvel album des Beastie Boys (so 90s... toute mon adolescence) en écoute intégrale chez les Inrocks.
  • Que se passera-t-il le jour où les ordinateurs seront plus intelligents que les humains ? (InternetActu.
  • Apple's Data Collection Practices - Europe is beginning its own investigations, according to the New York Times... But he's not alone, Android smartphones too are attempting to the privacy (Guardian).
  • Une de mes découvertes de Pâques - l'existence d'oeufs brandés. L'omniprésence des marques...
  • Nouvelle étape dans la sédition des blogueurs du Huffington Post: ils réclament leur part du gâteau (Les Inrocks). Notre enquête (accès abos) sur cette rébellion des blogueurs dans Stratégies.

dimanche 17 octobre 2010

Nielsen espionne sur les forums, The Social Network, reportages à la demande, Hadopi cherche attaché(e) de presse...

journaux

Week-end oblige, nouveau butinage de liens sur la Toile, sur Twitter et ailleurs, plusieurs choses qui ont fait l'actu médias / tech / pub / polémique, et qui ont retenu mon attention...

  • TF1 va toujours plus loin dans télé-réalité: on échappe à peine à "Secret story" (3 mois de diffusion infligés...), vous allez avoir droit à ça à partir du 29 octobre.
  • C'est le Wall Street Journal qui a levé le lièvre, Nielsen Co -institut connu pour sa recherche sur les médias), "grappille" les conversations médicales des internautes sur des forums de discussion tels que PatientsLikeMe.com... et revend les "données" aux labos big pharma. Flippant.
  • Ça ne vous aura pas échappé, The Social Network, la story de LA start-up de cette dernière décennie, Facebook revue par le brillant David Finsher, est sortie en salles cette semaine. Sur cette tragédie homerienne 2.0, portrait cruel du fondateur Mark Zuckerberg, allez dévorer ce passionnant papier de Wired, The inside story of the Facebook movie.

...Lequel Mark Zuckerberg a d'ailleurs précisé sa stratégie pour la Chine (où Facebook est censuré)... et commenté sa garde-robe, via Techcrunch http://tcrn.ch/bSUWXy by @jasonkincaid via @TechCrunch

  • Le papier d'Emmanuel Paquette, un brin cruel, n'a pas dû faire plaisir aux Rue89, Mediapart et autres Slate... Le papier a autant d'intérêt que les commentaires en-dessous.
  • La même semaine, le fondateur de Spot.US présentait pour la première fois à une poignée de journalistes français son concept de reportages à la demande, alors qu'il fait des petits en France (Glifpix ,et Jaimelinfo.fr): mon analyse chez Owni.
  • Mind the logo, Gap! Le #fail de Gap s'est confirmé cette semaine dans sa tentative de crowdsourcing marketé à donf, dont je parlais déjà il y a quelques jours dans ce papier.
  • Inaglobal, une sorte de média dédié à la culture numérique et aux médias, était lancé lors d'un joli raout lundi soir. Il sera alimenté par "400 contributeurs issus de 30 pays, et d'extraits des revues InaStats et Mediamorphoses", nous annonçait Matthieu Gallet, tout nouveau patron de l'Ina. Pour Frédéric Mitterrand, c'est sûr, ce sera "un Wired a la française". Wow, j'attends de voir...

dimanche 19 septembre 2010

La CNIL s'écarte d'Hadopi; Le Parisien; Le Magazine Littéraire, La Recherche; ces chiffres mystérieux de l'iPad; Atlantico again; 3G pas assez "illimitée" pour l'UFC Que Choisir...

journaux

C'est la rentrée, j'en profite pour inaugurer une nouvelle rubrique - sans doute hebdomadaire - qui prend la forme d'une récolte prolixe de liens butinés sur le Net, qui ont fait l'actu médias / tech / pub / polémique sur la Toile... Beaucoup me sont remontés via cette sorte de fil de news instantanées que constitue Twitter, y a pas de raison que je ne partage pas cela avec vous... Ce n'est qu'un début: en cette rentrée, d'autres changements devraient bientôt intervenir sur ce blog.

Bien sûr, si j'avais omis d'autres éléments marquants, n'hésitez pas à me le signaler en commentaires.

Déjà, sur Hadopi, qui espère se doter d'un community manager (si, si...), cet aveu d'Alex Türk, lors d'une audition devant la Commission des affaires sociales à l'Assemblée nationale : “La position de la CNIL est de s’écarter au maximum d’Hadopi”.

Tous les journalistes ont tenté un jour de connaître chez Apple les chiffres de ventes de l'iPhone, puis de l'iPad sur le marché français. En vain. Voici pourquoi pourquoi personne ne connait les chiffres de ventes de l’iPad en France. D'ailleurs, l'iPad va avoir un nouveau marché de taille, étant commercialisé en Chine depuis le 17 septembre.

Du côté des médias, la préparation des présidentielles de 2012 est déjà en cours... Alors que les sociologues Pinçon-Charlot font trembler l’Elysée avec leur enquête sur l'oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy, les cartes sont en cours de redistribution dans la presse quotidienne. Après le précédent du Monde, Le Parisien - u des principaux quotidiens, et des mieux-portants - pourrait être racheté par Serge Dassault, comme l'ont relevé tour à tour ElectronLibre, Marianne2 et Les Echos. sur le point de racheter Le Parisien... A propos des Echos, perfide, Philippe Cohen glisse au passage qu'il serait à vendre d'ici 2012... Médias + politique pré-2012 toujours, le projet de site d'informations Atlantico, un site internet en faveur du capitalisme, se précise.

Cela a fait moins de bruit, mais les mensuels Le Magazine Littéraire et la Recherche sont eux aussi à vendre. Côté médias toujours, les derniers chiffres sont tombés: pour la période juillet 2009-juin 2010, si l'audience de la presse quotidienne est stable (-0,2 %), la presse magazine cesse de se dégrader (-3% tout de même), d'après Tarif Media. Cette même semaine, tremblement de terre à venir, on apprend qu' Apple va proposer des abonnements presse.

Enfin, SFR et Orange se sont fait taper sur les doigts par l'UFC Que Choisir, qui les assigne pour publicité trompeuse sur l'Internet mobile (faussement) "illimité". Justement, j'en parlais dans cet article pour Rue89 il y a quelques jours.

dimanche 25 avril 2010

La nouvelle mue de la "soucoupe" Owni, labo d'expérimentations journalistiques (et des modèles éco qui vont avec)

"Digital Journalism. Société, pouvoirs et cultures numériques". Le slogan est simple, avec une ouverture "sociétale" évidente, bien au-delà de la high tech. Cela faisait un certain temps que je voulais en parler, et justement, ils ont lancé ce vendredi la nouvelle version de leur site, (très agréable) choc esthétique, par lequel on comprend d'emblée que l'on ne se ballade pas sur un simple site d'infos.

Owni.fr est l'un des derniers-nés dans cette nouvelle génération de sites d'information apparus sur la Toile depuis 3 ans. Qui, fait notable, sont toujours là 3 ans après... Après Rue89, Bakchich.info, Mediapart, Arretsurimages.net (présentés alors comme relevant du "journalisme participatif... notion déjà démodée depuis), ''Slate'' France en 2009, Eco89 et E24.fr (dont je parlais ici) ainsi qu'ElectronLibre, Owni.info explore lui aussi, depuis un an, les voies du "journalisme digital". Comme d'autres, il tâtonne, expérimente des voies susceptibles d'être empruntées par le journalisme de demain.

Un autre pure player de la Toile, qui, lui, a pour particularité de mêler ses productions journalistiques, écrites/filmées par son équipe, à des billets de blogs repris ailleurs (dont les miens). D'ailleurs, il se réclame clairement du "journalisme de liens".

A l'origine de ce projet, Nicolas Voisin, blogueur, qui s'est notamment distingué avec le Politic'Show, une Web TV qui suivait les candidats à l'élection présidentielle.

Engagement, journalisme de liens

Ce site hybride, fort d’un réseau de multiples contributeurs (auteurs, professionnels, chercheurs, entrepreneurs,internautes actifs, journalistes... dont moi-même ;) est né en avril 2009 en France lors de la bataille contre la loi Hadopi, engagé pour les libertés numériques, et vise à faciliter un débat public constructif, critique et technophile.

A la Une en ce moment: une itw vidéo du groupe Hocus Pocus et sa vision d'Internet, une itw de Renée, 76 ans, amatrice éclairée d'Internet, un focus sur IlPost.it, premier pure player d'info de la péninsule italienne, un focus sur Prison Valley, le webdoc du moment, un outil malin pour débusquer les images photoshopées (pardon, retouchées)...

Hybride donc, il se veut à la fois "média, réseau social et plateforme de publication", et présente une sélection d'articles et billets (tous publiés sous licence Creative Commons, donc librement reproductibles sur la Toile) pour refléter ce qui fait débat sur l’évolution de la société numérique. Texto, "Owni est un media social collaboratif sur les cultures numériques et l'avenir de l'information en réseau. Un think thank à ciel ouvert auquel participent journalistes, blogueurs, entrepreneurs, étudiants et chercheurs. On y expérimente le digital journalism et on y pense le monde qui nous entoure sous un regard critique, constructif et technophile", explique son fondateur Nicolas Voisin.

En fait, plutôt qu'un média grand public, il faut y voir un laboratoire d'expérimentation pour initiés, qui reflète une multitude de points de vues émis par ses nombreux contributeurs. A vrai dire, sa ligne éditoriale (et même la maquette du site) rappelle furieusement ses lointains prédécesseurs du début des années 2000, comme (feus) Transfert, Newbiz, Futur(e)s, et les contemporains Technology Review et, bien sûr, the master ''Wired''.

Nouveau design épuré

La nouvelle version du site, en ligne depuis deux jours, renverse les codes esthétiques des sites webs d'infos. J'en avais eu un aperçu il y a une quinzaine de jours, en voyant les storyboards placardés aux murs des bureaux de l'équipe de journalistes et geeks passionnés d'Owni, Rue de Malte à Paris.

owni2.JPG

Pas d'accumulation de titres et de colonnes, comme ont tendance à le faire beaucoup de sites d'infos, ici, la mise est épurée, moderne. Les quelques dernières publications sont mises en avant dans des carrés, un grand rectangle flashy, vers le bas de la page, permet de valoriser quelques best-of, avec des magnifiques illustrations, entre lesquels on peut naviguer à l'horizontale. Un site qui repose sur le scrolling, donc. En bas de page sont affichés les derniers commentaires.

Pour naviguer entre les pages, pas d'onglets, juste de discrètes notifications en haut de page ("aujourd'hui", "-1", "-2", "-3", "l'hebdo", "le mensuel", "date"); Pour naviguer par rubriques, idem, le minimalisme est de mise: il y a l'actu ("On air"), les articles comportant les tags Acta (pour mémoire, Owni a été créé en réaction au projet Hadopi), "Journalisme" (ie avant tout les nouvelles pratiques journalistiques), "LOL" (ouais, il faut bien un peu de déconne), et Twitter.

owni3.JPG

Sur les pages des jours précédents, même chose, design très recherché avec des articles et billets mis en avant par un système de carrés, eu surimpression de photos ou dessins, et un header assez remarquable pour la page Le Mensuel. Une manière de distinguer cette page de l'actu immédiate plus mise en avant sur les pages quotidiennes, nourries par le flux des billets et articles des contributeurs.

Nouvel écosystème des médias

La question qui tue pour tous ces nouveaux médias, qui expérimentent de nouvelles manière de pratiquer le journalisme : où trouver l'argent ? La pub, discrète chez ses congénères, et carrément absente des pages de Owni.

Les autres cherchent des nouvelles recettes de financement : Rue89 propose des prestations de formation, Mediapart a misé sur un modèle semi-payant (il faut s'abonner pour accéder aux contenus les plus approfondis, comme les enquêtes et reportages), tout comme Arretsurimages...

Les media old school, pour leurs sites, tâtonnent quant à lancer une dose de payant, comme Liberation.fr et LeFigaro.fr, qui se sont prudemment lancés sur le payant il y a quelques semaines L'Express.fr, qui avait annoncé fin 2009 lancer (un peu) de contenus payants

En fait, Owni repose sur la société 22mars, qui est la vraie cheville ouvrière du tout. Elle assure des prestations de conseil, créa & développement, ainsi que de formation, autour des media sociaux. Dans les détails, "l'entreprise 22 Mars, maison-mère d'Owni, a décidé d'ouvrir son capital à hauteur de 10 % à de généreux investisseurs pour lever 600.000 euros. L'opération valorise 22 Mars à 6 millions d'euros. Ce qui peut paraître un peu élevé...mais 22 Mars/Owni n'est pas une coquille vide. Avec cette levée de fonds, l'entreprise vise raisonnablement 1 million d'euros de chiffre d'affaires et une rentabilité de l'ordre de 20 à 30 % dès 2012. Ce qui semble jouable compte tenu du modèle et de l'économie de moyens (6 salariés à ce jour) du projet", comme le révèle Jean-Christophe Féraud, qui m'a devancée en consacrant un long et passionnant billet à cette nouvelle mue de la "soucoupe" Owni.

Ambitions européennes

Intéressant, Owni a des ambitions européennes. Comme l'annonce Nicolas Voisin dans ce billet, OWNI vise, à moyen terme, à faire une veille d'actu "numérique", avec bientôt "un réseau de vigies européennes", puis le lancement d'une version anglaise d’OWNI courant 2011, ainsi que le lancement international d’"OWNIeditors, l’association en cours de constitution des éditeurs d’OWNI", qui visera à obtenir des "subventions et partenariats d’ampleur transfrontalière".

vendredi 15 janvier 2010

Qui gèrera la campagne de pub pour Hadopi ?

L'anecdote, que m'a racontée hier un ami qui bosse dans la pub, est assez savoureuse : le budget communication autour d'Hadopi (ladite Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet) est probablement un des plus beaux budgets publicitaires de l'année... Et pourtant, personne n'en veut ! L'appel d'offre a pourtant fait le tour de la place, les plus grosses agences de pub l'ont consulté.

Seulement voilà : c'est devenu la patate chaude, la petite bombe que toutes les agences se refilent : "elles sont bien compris que, si elles acceptent ce budget, toutes les sociétés Internet ou travaillant dans les nouvelles technologies ne voudront plus leur confier leurs propres budgets ! Elles seront (presque) connotées 'anti-Internet' !", me faisait remarquer mon interlocuteur.

Il faut dire que c'est plutôt mal parti pour Hadopi. Le texte, clairement, a été un des plus contestés en 2009, étant présenté comme potentiellement liberticide (voir cet appel au boycott d'Hadopi, lancé par Numérama dès... juin 2008).

Ensuite, le gouvernement a multiplié les (très grosses) bourdes autour de ce brûlot. La semaine dernière, on découvrait avec surprise que le terme Hadopi était déjà "réservé", un particulier l'ayant déposé en tant que marque auprès de l'INPI... il y a 6 mois déjà. L'acronyme a été déposé le 19 mai dernier par un certain Renaud Veeckman, habitant Avignon (Vaucluse). Voilà qui est plutôt embêtant.

hadopi.JPG

Autre accroc, presque en même temps, on découvrait que le logo dûment créé par les pouvoirs publics, et annoncé en conférence de presse, utilisait une police de caractères... copiée sur une police créée exclusivement pour France Télécom. L'agence de communication Plan Créatif, auteure de ce logo, l'a d'ailleurs reconnu dans un communiqué : le visuel en circulation n'était "pas le bon". Lequel visuel ornait le dossier de presse officiel distribué par le ministère de la Culture vendredi dernier. Plan Créatif est en train de réparer son erreur, mais l'effet est déjà là, dont auprès du grand public...

fxlogohadopi Source : 01net

Il restera donc à voir quelle agence de com' se dévouera pour prendre en main le plan médias d'Hadopi, qui, en l'état actuel des choses, relève plutôt de la communication de crise...