Miscellanees.net - blog prolixe pub, marketing & conso, high tech, innovations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - photojournalisme

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 8 juillet 2012

Magnum, résistante de 65 ans, Getty à vendre... Quel avenir pour les agences photo ?

Magnum owners

Les 89 photographes en activité et ayants droit, tous patrons de Magnum, à Arles.

Deux actualités qui se télescopent, alors que la ville d'Arles est l'épicentre de la photo mondiale pour quelques semaines, avec les Rencontres photo qui ouvraient lundi dernier. D'un côté, l'agence Magnum Photos qui, à 65 ans, fait de la résistance. De l'autre, la prestigieuse agence Getty Images qui est officiellement à vendre pour 4 milliards de dollars.

Dans la petite ville d'Arles, qui a encore des airs d'antique cité romaine baignée de soleil, l'agence photo Magnum tenait pour la première fois son assemblée générale annuelle, mercredi dernier, qui se greffait ainsi aux premiers jours des Rencontres d'Arles - on peut d'ailleurs y voir la patte de François Hébel (voir son interview), directeur des Rencontres depuis 2001, qui fut lui-même directeur de l'agence Magnum pendant 10 ans, qu'il a contribué à redresser...

La prestigieuse agence Magnum Photos, qui fête ses 65 ans, est ainsi une des dernières survivantes de ces agences porteuses du photojournalisme à l'ancienne, qui montre sa capacité à survivre en dépit de la crise du photojournalisme dans un monde abreuvé d'images. Mieux, depuis sa création en 1947 par Robert Capa et Henri Cartier-Bresson entre autres, basée à Paris, New York, Londres et Tokyo, elle est restée indépendante, et a un statut à part de coopérative détenue par ses 60 photographes. Le photographe touche en moyenne 50% des revenus générés par son travail, l'autre moitié allant à la coopérative. Outre le passage en revue des comptes annuels, l'AG de Magnum a aussi sélectionné les postulants qui pourront l'intégrer (Magnum a des nommés, associés et membres).

kudelka.jpg

Josej Koudelka, lors du festival de musique gypsy.

Cette année, elle a ainsi intégré le photographe français Jérôme Sessini. Qui rejoint des membres aussi prestigieux que Elliott Erwitt, Raymond Depardon (qui a réalisé dernièrement la photo officielle de François Hollande) Martin Parr, et Josef Koudelka, dont le magnifique travail sur les Roumains est exposé pour la première fois cette année.

Mais quel avenir pour une telle agence au XXIe siècle, alors que le métier de photojournaliste même évolue à l'ère du numérique ? Le sujet faisait débat au Festival de Perpignan en septembre dernier, comme je l'évoquais dans cette enquête. "Magnum est tellement anachronique que cela devient sa chance", indiquait à l'AFP Lorenza Bravetta, directrice pour l'Europe continentale chez Magnum Photos. Déjà, sa structure de coopérative permet aux photographes de garder le contrôle sur les droits de leurs photos. Par ailleurs, elle est une des dernières à privilégier le reportage au long court, alors que les agences (surtout filaires) privilégient la photo d'actu immédiate ou la photo d'illustration. Le photographe de Magnum est rarement sur place le jour où survient un événement. Il arrive le lendemain ou quelques mois après pour saisir les incidences sur le pays. Ou bien il anticipe comme le Belge Carl De Keyser qui travaille sur les zones à risque d'inondation en Europe.

Les archives numérisées, trésor de guerre

Mais comme pour beaucoup d'agences, son trésor de guerre du futur repose sur se archives numérisées. Lorsqu'elle a connu des difficultés à la fin des années 90, l'agence a vendu près de 200000 clichés originaux au fonds d'investissement privé de Michael Dell, fondateur du groupe Dell.

Le nerf de la guerre. Autre prestigieuse agence photo sous les feux de l'actualité, Getty Images, de facto valorisée en tant que plus importante banque d'images au monde. Elle ainsi officiellement à vendre depuis quelques jours par son propriétaire, le fonds Hellman & Friedman, pour 4 milliards de dollars, d'après le ''Wall Street Journal''. S'il se concrétise, le montant du rachat serait un un des plus importants de l'année pour une société non cotée. E Plusieurs fonds, dont KKR et TPG, seraient candidats au rachat de Getty Images.

Fondée en 1995 à Seattle, initialement banque d'images pour agences publicitaires, Getty s'est diversifiée dans la photo d'actualité et la banque d'images à coups d'acquisitions, devenant premier fournisseur d'images (photos et vidéos) pour les agences publicitaires et groupes média. Pour contrer la concurrence d'Internet, elle acquiert en 2006 le site de vente de photos à bas prix iStockphoto, banque d'images bon marché mais de moins bonne qualité. L'agence a aussi revu ses tarifs à la baisse et proposé des ristournes sur ses photos en offrant par exemple ses photos basse résolution à seulement 49 dollars. De fait, Getty Images ou Corbis sont concurrencées par des platesformes d'images en ligne comme Fotolia ou Shutterstock, qui mettent directement en lien les photographes avec les professionnels et proposent des images à bas prix, contournant ainsi le modèle de Getty Images. Des modèles qui ont le vent en poupe : en mai, Fotolia, créé par des Français et basé à New York, a levé 150 millions de dollars auprès du fonds d'investissement américain KKR.

dimanche 7 décembre 2008

Etat critique : les mots de la guerre, un docu en ligne de Médecins sans frontières

Etat critique

Une initiative louable, à la croisée de la communication et du photojournalisme, de la part de l'ONG Médecins sans frontières, pour tenter d'attirer notre attention sur l'un des trop nombreux conflits dans le monde que l'on ignore depuis notre Aventin... Cela me semblait être la moindre des choses d'en parler ici.

Alors que la République démocratique du Congo est en proie depuis août dernier à une recrudescence de la violence dans la région du Kivu, dans l'est du pays, pour sensibiliser l'opinion publique à cette tragédie qui pousse des centaines de milliers de civils à fuir, MSF a employé les grands moyens : elle a mis en ligne un site spécial', Etat critique, accompagné d'un documentaire, Etat critique : les mots de la guerre dans l'est du Congo. En un peu plus de 11 minutes, il relaie les témoignages de victimes prises au piège dans cette guerre, et informe sur la situation d'urgence dans les centres de santé débordés. Des mots bouleversants notamment illustrés par les images en noir et blanc du photographe Cédric Gerbehaye, de l'agence VU, lauréat du World Photo Press. Etat critique sera mis à jour tout au long de l'année à venir.

lundi 15 septembre 2008

Mediapart + VU = MediaVu

De nouvelles formes de convergences entre le reportage photo et le journalisme d'investigation apparaissent.

Dans la lignée de l'association photojournalisme + reportage qu'avaient entamée des canards comme Paris Match à sa belle époque, Mediapart, le site d'information (et d'investigation) indépendant dirigé par Edwy Plenel, annonce aujourd'hui une association inédite. A partir du 19 septembre, il va s'associer à la prestigieuse agence de photo VU. Créée il y a une vingtaine d'années, cédée en 1997 au groupe Advent, elle se veut une agence de photographes, comme la définit son fondateur Christian Caujolle. Un portfolio de photos de l'agence sera ainsi diffusé chaque jour sur MediaPart et mis en vente auprès de la communauté d'abonnés en ligne de Mediapart. Nom du projet : MediaVu.

L'objectif est bien vu : remettre le photojournalisme au cœur même des métiers de la presse, et redonner ses lettres de noblesse à la photo de presse produite par des agences classiques (et non pas des agences filaires telles que l'AFP ou Reuters). Et l'association entre un site d'info participatif et une agence photo n'en n'est pas moins inédite, et inaugure une nouvelle forme de média en ligne ? A suivre...

mercredi 23 janvier 2008

Docu "AFP, profession photographe"

A voir à partir de la semaine prochaine, France 5 diffuse les mardis 29 janvier et 5 février un documentaire en deux parties, "AFP, profession photographe", consacré aux reporters-photographes de l'Agence France-Presse. Réalisé par Daniel Lainé, Myriam Aklil et Céline Hue, il suit six photographes lors de la couverture de sujets qui ont fait l'actualité en 2007, en France et à l'étranger, et les laissent s'exprimer sur leurs images et l'utilisation qui en est faite. L'AFP diffuse quotidiennement un millier de photos. Les deux parties du documentaire sont diffusées à 21H40.

A ne pas louper à mon avis, c'est un des premiers docus du genre, un peu dans la lignée de très bons sujets difusées après la campagne électorale des présidentielles, sur les photojournalistes plus ou moins officles des candidats (comme Elodie Grégoire, qui a longtemps suivi Sarkozy), embedded dans la campagne.

jeudi 29 novembre 2007

Corbis lance une banque de photos gratuites pour les blogs

Les blogueurs à haut potentiel de notoriété ;-) séduisent désormais même les agences photo. Pour preuve, l'agence photo US Corbis (rachetée en 2002 par Bill Gates, qui rêvait d'en faire une agence de photo numérique...) vient de lancer une banque de photos gratuites destinées à illustrer les blogs. Pour rentabiliser ce service, baptisé PicApp (accessible ), les images proposées contiendront des publicités. Ces illustrations pourront soit être en partie recouvertes de pub, soit déclencher l'ouverture d'une pop-up lors du passage de la souris. Une partie des revenus générés par ces publicités seront reversés aux blogueurs. Preuve que Bill Gates a des ambitions en la matière, début novembre, Corbis avait déjà annoncé le rachat de Veer, une start-up canadienne spécialisée dans la diffusion de contenus pour webmasters (images, éléments graphiques, polices, etc.).

mercredi 17 octobre 2007

Alexandra Boulat, photojournaliste

On en a peu parlé, elle s'en est allée très discrètement le 5 octobre. Alexandra Boulat, 45 ans, était une des rares femmes photojournalistes : reporter de guerre, elle a couvert les grands conflits ces dernières années. Passée par les bureaux de Sipa Press, elle était une des cofondatrices de l'agence photo VII, dont je parle , mais aussi pour l'hebdo US Time, qui lui rend hommage sur son site. Voir aussi la double page de Paris Match qui lui rend hommage (page 80, n°3047).

dimanche 9 septembre 2007

Noor, une nouvelle agence photo

C'est au festival Visa pour l'image de Perpignan, l'évènement annuel pour les photojournalistes, qu'a été annoncée la création d'une nouvelle agence photo, Noor ("lumière" en arabe).

L'agence, basée à Amsterdam, est née de neuf pointures du photojournalisme, avec pour initiateur le photographe américain Stanley Greene, qui a couvert tous les grands conflits récents ou actuels (Tchétchénie, Soudan, Bosnie) et lauréat de trois World Press Photo. L'agence Noor (site officiel ) compte aussi l'Italien Francesco Zizola, un autre habitué des prix, l'Anglais Philip Blenkinsop, le Néerlandais Kadir van Lohuizen, l'Espagnol Pep Bonet, le Russe Yuri Kozyrev, le Danois Jan Grarup, la Sud-Africaine Jodi Bieber et l'Américaine Samantha Appleton.

"Selon ses membres, Noor veut reprendre la grande tradition des agences comme Magnum pour que ses photographes puissent aller "jusqu'au bout de leur projets, revenir aux véritables essais photographiques", d'après cette dépêche AFP.

Une bonne surprise ? Le paysage des agences photo est assez bouleversé depuis quelques années, entre le difficile passage au numérique, et la concurrence entre les agences photo traditionnelles (comme Rapho, Magnum, ou Corbis-Sygma, rachetée par Bill Gates, très motivé par le fond d'archives qu'elle détenait), et les agences photo "filaires" telles que Reuters et l'AFP (soit les départements photo des agences de presse). Les premières tentent de faire survivre les reportages photo, quand les secondes travaillent davantage dans une optique de couvrir l'actualité immédiate.

Déjà lors du festival de Perpignan en 2001, des photojournalistes ,dont James Nachtwey (ex-Magnum) et Alexandra Boulat (ex-Sipa), avaient annoncé la création de leur agence, l'agence photo Seven (VII, dont le site est ). J'y avais alors consacré un article pour "Les Echos". Leur business model ? Disséminés dans différentes villes du monde, les photographes numérisent les sélections de leurs photos, pour réduire les frais de gestion et d'archivage. Les clients font leur choix via un moteur de recherche (géré initialement par Metro Imaging. L'agence VII avait réalisé son premier "coup" lors des évènements du 11 septembre, qui avaient fait l'objet d'un numéro spécial de Paris-Match.

Reste à voir si Noor suivra le même modèle économique... et parviendra à le rentabiliser.

dimanche 29 juillet 2007

Lunaticmag, un magazine virtuel publié par un collectif de photograhpes

Le collectif de photographes Lunaphotos vient de sortir la première édition de son magazine virtuel bi-annuel consacré au photojournalisme. Il présente les travaux de photographes du monde entier encore peu ou pas connus. Lunaticmag bénéficie d'un design et d'une navigation très sympas : possibilité d'afficher en plein écran, on peut tourner virtuellement les pages, comme pour un vrai magazine , design sonore très travaillé (avec même le bruissement des page que l'on tourne).. .Seul manque pour l'instant, les contenus écrits...

samedi 16 juin 2007

Un blog collectif tenu par 14 photojournalistes aux US

A voir, ce blog photo US bien légendé, très pro, où les photojournalistes ont eu la bonne idée de mettre en ligne une sélection de photos non utilisées, non parues dans le quotidien américain Detroit News.

Dommage qu'il n'y ait pas (à ma connaissance) d'initiatives similaires de photojournalistes en France. Une recherche Google rapide me permet tt de même d'aboutir par exemple sur ce blog de Lucas Schifres, un photojournaliste que j'ai connu il y a quelques années à Paris, qui fut longtemps correspondant pour l'agence Bloomberg. Maintenant, il est installé en Chine, où il a lancé sa propre agence photo, qui commence à bien décoller. Sinon, il y a de nombreux sites officiels pour les collectifs en vue, comme L'oeil public.

vendredi 25 mai 2007

"Les politiques rajeunissent sur papier glacé" (20 minutes)

Certains critiquent encore les quotidiens gratuits, il n'empêche, je trouve qu'ils s'améliorent, notamment "20 minutes". Allez jeter un oeil à ce billet très drôle, assez incisif, qui ironise sur les clichés "so glamour" et à la Kennedy de la famille recomposée Sarkozy, publiés dans le dernier n° de Paris-Match, qui semblent avoir été un peu retouchés... "Cécilia, 50 ans, a perdu ses rides et tous ont les yeux émeraude, comme si un rayon vert les avait éblouis", s'amuse 20 minutes. A l'origine de ces photos... Philippe Warrin, le nouveau protégé de Nicolas et Cécilia Sarkozy, comme j'en parlais . Je vous recommande d'ailleurs de consulter son book en ligne, qui est assez... vulgaire édifiant. On est loin du photojournalisme...

Au passage, parmi les nombreux commentaires sur la photo officielle du président Nicolas Sarkozy, une rumeur circule avec insistance sur un forum de discussion de journalistes, selon laquelle la photo officielle (prise avec un appareil numérique, forcément), aurait été retouchée.

lundi 21 mai 2007

Philippe Warrin, photographe people de Sipa, pressenti pour la photo officielle de Sarkozy

20070522sarkophotoofficielle.jpg

Pour la traditionnelle photo officielle du nouveau président de la République, qui sera présente dans toutes les mairies et écoles, Nicolas Sarkozy aurait fait appel au photographe Philippe Warrin, de l'agence photo Sipa, connu pour ses photos people. Dernièrement, il avait notamment réalisé des photos prises le soir du second tour au QG de campagne de Nicolas Sarkozy et au Fouquet's et publiées dans Paris-Match. Cela constitue peut-être un premier pas pour qu'il devienne un des photographes plus ou moins attitrés pour suivre le nouveau président, un peu comme Elodie Grégoire l'était ces dernières années.

En tous cas, la démarche de la part de Nicolas Sarkozy est significative, car le choix - rendu public - du photographe chargé de la photo officielle est un révélateur de l'image que tout président veut donner de soi. People pour Sarkozy donc, alors que Jacques Chirac avait fait appel à Bettina Rheims, photographe à la carrière prolixe, publiée dans Vogue entre autres, dont pour ses portraits de femmes célèbres.

La dépêche AFP

Mise à jour le 22 mai : photo officielle bien réalisée par Philippe Warrin donc. A l'instant dans "En aparté" sur Canal +, la journaliste de Capa Vanessa Schneider affirme que les photographes qui suivaient Sarkozy depuis longtemps, comme Elodie Grégoire, "ont été évincés au profit de Philippe Warrin par Cécilia Sarkozy". Pour preuve peut-être, Philippe Warrin, aussi par le passé photographe de la Star Academy ;-) avait aussi réalisé la photo officielle pour l'affiche de campagne du candidat Nicolas Sarkozy.

Cela semble souligne de façon de plus en plus certaine combien Sarkozy veut donner une image people - opération séduction oblige - à son personnage de président.