Miscellanees.net - blog prolixe pub, marketing & conso, high tech, innovations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Amazon Studios

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 9 septembre 2018

Netflix décroche son Lion d'or (à défaut d'une Palme)

festival-cannes-2017.jpg

Un film Netflix lion d'Or de Venise. Et futur Oscar?

La consécration pour Netflix. Avec un sacré goût de revanche après le précédent du festival de Cannes. Samedi 8 septembre au soir, la Mostra de Venise, un des plus prestigieux festivals de cinéma, a attribué son Lion d’or à Roma, film du cinéaste mexicain Alfonso Cuarón. Un film très personnel, à mille lieues de Gravity (2013), blockbuster interstellaire qui nous plongeait avec fascination dans l'espace, et carton international (723 millions de dollars de recettes).

Roma, c'est un film très personnel, un des favoris du Festival, dans un noir et blanc osé pour le cinéma d'aujourd'hui, pour lequel le cinéaste s'est inspiré de son enfance, pour raconter l’année 1971, où il a connu la vaste répression du mouvement contestataire des étudiants, et le divorce de ses parents), dans le quartier Borghèse de Roma, au Mexique. La gloire pour le réalisateur.

31XpWCyE6TL._AC_US218_-1.jpg

Mais le vrai vainqueur de la Mostra est sans doute son distributeur, Netflix. Une première. Une révolution. Bonne nouvelle, garantie de renouveau, ou cataclysme annoncé pour le monde du cinéma? Comment définir Netflix aujourd'hui? Cette start-up devenue ogre, mi-GAFA, mi-studio hollywoodien, qui propose sur sa plateforme une sorte de vidéoclub géant en ligne? ce sujet est au cœur de mon livre, justement, ''Netflix & co, Enquête sur une (r)évolution'', qui sort ce 12 septembre (tadaa !). Netflix est à la fois un studio de production, un distributeur de films et séries, un diffuseur, et une plateforme internet de diffusion de contenus vidéos en streaming, sur abonnement, qui compte près de 130 millions d'abonnés dans le monde, dont 3,5 millions en France. Et une capitalisation boursière de 151 milliards de dollars.

La sortie en salles obligatoire, (encore) une exception française

Une première, donc. Jamais cette plateforme américaine de streaming n’avait obtenu la récompense suprême de l’un des principaux festivals de cinéma. Roma avait d'ailleurs déjà fait parler de lui sur un autre festival, à Cannes ce printemps, où il faisait initialement partie de la sélection officielle, au même titre que Norway de Paul Greengrass, Hold the Dark de Jeremy Saulnier, They’ll Love When I’m Dead, un documentaire de Morgan Meville sur le cinéaste Orson Welles, légendaire réalisateur de Citizen Kane, et même The Other Side of the Wind, le dernier long-métrage inachevé de ce même Orson Welles. Or pour les organisateurs du Festival de Cannes, tout film en sélection officielle doit sortir en salles *avant* toute diffusion sur internet.

Un film qui ne sort pas au cinéma est-il encore un film ? Je me posais la question déjà il y a quelques mois. Toute la polémique s'était cristallisée sur cela, la sortie des films en salles, indispensable pour les organisateurs du Festival de Cannes, accessoire pour Netflix. Manifestement, les organisateurs des autres festivals n'ont pas la même vision des choses. Comme je détaille dans mon livre, outre-Atlantique, les organisateurs des Oscars considèrent eux aussi la sortie en salles comme secondaire pour sélectionner un film. Il semblerait bien que la sortie en salles obligatoire pour être en lice à un festival de cinéma ne s'impose désormais plus. Netflix, décidément, dicte ses règles du jeu. Et parvient, progressivement, à ringardiser le festival de Cannes.

A cela s'ajoute une exception française, la désormais fameuse "chronologie des médias", qui implique un délai de trois ans entre la sortie en salles d'un film et sa diffusion sur une plate-forme de vidéo. Ce qui avait donc provoqué l'ire des Netflix à Cannes. On imagine donc le goût pétillant de revanche qu'a eu cette récompense - un Lion à défaut d'une Palme - pour les dirigeants de Netflix, hier soir.

Deux productions Netflix primées

THE BALLAD OF BUSTER SCRUGGS

''The Ballad of Buster Scruggs"

Mieux, le prix du scénario à la Mostra a été attribué au western de Joel et Ethan Coen, The Ballad of Buster Scruggs, le deuxième des trois films Netflix (avec July 22, de Paul Greengrass) en compétition cette année à Venise. Eh oui, les frères Coen, la crème des cinéastes indépendants américains, réputés depuis Barton Fink, The big leboswki et Fargo, étaient une des autres "prises" hollywoodiennes de la firme de Los Gatos,. Au détail près que leur projet initial consistait en une mini-série télé de six épisodes, vaste hommage aux western spaghettis italiens des années 60. Soit six récits d'une heure sur l’Ouest américain, aux personnages divers, entre le cow-boy solitaire, et le chercheur d’or, avec un humour noir féroce propre au duo de cinéastes.

Pourtant, à la surprise générale, lors de l'ouverture du festival, le 31 août, leurs auteurs annonçaient que la série était devenue un film à sketchs de deux heures. C'est bien cette version de deux heures que le public - ou plus exactement les seuls abonnés Netflix - pourront découvrir sur la plateforme de streaming d’ici à la fin de l’année, aux Etats-Unis et - probablement - dans la plupart des pays, mais aussi le commun des mortels en salles.

En France, tout dépendra de sa sortie dans les cinémas – ou pas –, puisque si tel était le cas, le film devrait attendre trois ans avant d’être disponible sur Netflix, conformément à l’actuelle chronologie des médias. Quant aux six heures de la série qui ont été produites, le flou demeure sur leur devenir.

Une autre production 100% Netflix en ouverture à Toronto

Autre pied de nez à l'industrie traditionnelle du cinéma, deux jours avant, jeudi 6 septembre, Netflix s’était déjà offert une autre (avant-)première. C’est un de ses films, Outlaw King : Le roi hors-la-loi, de David Mackenzie, qui a fait l'ouverture du Festival international du film de Toronto. Tourné en Ecosse, ce film est consacré au roi écossais du 14e siècle Robert Bruce, et retrace son combat pour reprendre le contrôle de l'Ecosse après avoir été déclaré hors-la-loi par l'Angleterre.

C'était la première fois qu'une production d'une plateforme de streaming faisait l'ouverture d'un des plus grands festivals de cinéma du monde. Petit détail: ce film, projeté en première mondiale à Toronto, ne sortira pas en salle par la suite. Il sera réservé aux abonnés de Netflix, qui pourront le visionner à partir du 9 novembre. Décidément, au fil des Festivals de cinéma, Netflix impose son propre modèle de diffusion: des productions destinées exclusivement à ses abonnés, qui n'ont pas vocation à sortir en salles traditionnelles. D'ailleurs, son patron fondateur Reed Hastings, ne s'en est jamais caché: "Puisque nos abonnés financent nos films, nous voulons qu’ils y aient accès rapidement, et pas trois ans plus tard", déclarait-il encore au festival Séries Mania à Lille, le 3 mai dernier. Et les festivals semblent, les uns après les autres, accepter ce principe. Exceptés les seuls organisateurs du festival de Cannes. Pour l'instant.

"Nous avons choisi le meilleur film que nous pouvions trouver pour être à la hauteur de ce que nous voulons pour la soirée d'ouverture", justifiait à l'AFP Cameron Bailey, directeur du festival de Toronto. Et d'insister: "Des plateformes comme Netflix, Amazon et Hulu soutiennent certains des meilleurs talents de nos jours". Les studios traditionnels de cinéma apprécieront.

Le modèle Netflix appliqué à l'édition: Koskas au Renaudot

livre_autopublie_amazon_renaudot_marco_koskas.jpg

Le dernier Koskas, livre "publié" par Amazon

Netflix est-il en train d'imposer son modèle à l'industrie culturelle ? Il se fait donc producteur de contenus, destinés à être proposés *exclusivement* à ses seuls abonnés, sur sa plateforme de diffusion. Consécration de ce modèle, ces films ("webfilms" aux yeux de certains cinéastes) sont même sélectionnés, voire récompensés, dans des festivals de cinéma ! Un modèle qui semble irriguer bien plus que l'industrie du cinéma. Dont l'édition, l'industrie du livre.

Il y a quelques jours, on apprenait ainsi qu'un livre autopubié sur la plateforme d'Amazon était sélectionné pour le Prix Renaudot, un des prestigieux prix littéraires de la rentrée en France. Bande de Français, le dernier livre de Marco Koskas, auteur franco-israélien de plusieurs ouvrages, a ainsi été sélectionné parmi les 17 romans élus, avec un nom d'éditeur un peu particulier, Galligrassud. "Une contraction de noms de maisons d'édition qui cache un ouvrage autopublié grâce au service... d'Amazon", comme l'a révélé le très bien informé site Actualitte.

Un auteur de livres confirmé, 16 livres publiés à son actif, a donc choisi de publier son dernier opus via CreateSpace, le service d'autopublication d'Amazon, en passant outre les maisons d'édition traditionnelles. Ce qui l'a poussé à franchir le Rubicon ? Probablement, entre autres, le pourcentage sur les ventes assez conséquent reversé par Amazon à ses auteurs — plus de 50% du prix de vente du livre, contre 5% à 10% chez les éditeurs "papier" traditionnels (je suis bien placée pour en témoigner ;)

Plus que l'autoédition, ce qui pose question est bien sûr la présence d'un livre publié par Amazon, firme haïe par une partie du monde du livre — les libraires — car elle incarne un risque de monopole. Les organisateurs du Prix Renaudot ne semblent pas se poser la question. Et décidément, l'arrivée de GAFA et consorts, tels Netflix, Amazon, et très bientôt Youtube (Google) et Apple, dans la culture traditionnelle, du cinéma à l'édition, soulève des questions inédites.

samedi 27 janvier 2018

Black Mirror, Electric Dreams, Altered Carbon... Pourquoi l'anticipation cauchemardesque est tendance

Electric-Dreams-e1515772093358-612x330.jpg

Connecté, déconnecté... comment cela nous a pris, le rêve de nous déconnecter; nous qui rêvions à une époque, à la fin des années 90, aux débuts d'un internet libre et ouvert, d'un monde numérique où tout serait accessible, immédiat et partagé ? La dernière bande dessinée d'Enki Bilal, Bug (ed. Casterman) imagine un gigantesque black-out du monde connecté, où il faudrait tout réinventer. Dans un futur pas si éloigné, en 2041, toute la mémoire informatique du monde s'envole soudain, créant un chaos monstre. La Terre est confrontée à la disparition brutale et inexplicable de toutes les sources numériques planétaires, des plus gros serveurs de la toile aux plus petites clés USB. Dans une société où tous vivent à travers leurs écrans, leurs ordinateurs et leurs téléphones, qui sont les témoins de leur passé, et les complices de leur avenir.

Malaise de l'être hyperconnecté

La saison 4 de la série télévisée britannique Black Mirror, disponible sur Netflix, met elle aussi la lumière, dans chaque épisode, sur la violence insidieuse de nos écrans, et l'aliénation technologique. De même, dans sa première série anthologique de science-fiction, son rival Amazon Studios, Philip K Dick’s Electric Dreams, reprend dans 10 épisodes indépendants les prophéties, tantôt paranoïaques, tantôt réalistes, du romancier, à l'origine des cultissimes Blade Runner et Minority Report entre autres. Auparavant, ces derniers mois, il y a eu Westworld (HBO), Humans (adaptation sur AMC de la série suédoise Real Humans, chroniquée ici, diffusée sur Arte), la plus confidentielle Transferts, sur Arte...

Altered-Carbon-7-1.jpg

Et dans quelques jours, le 2 février, Netflix dégainera son nouveau blockbuster SciFi, Altered Carbon, tiré de l’oeuvre de Richard K. Morgan, un technothriller cyberpunk où un ancien soldat, seul survivant d’un groupe de guerriers d'élite vaincus lors d’un soulèvement contre le nouvel ordre mondial, a son esprit "emprisonné dans la glace" pendant des siècles. Jusqu’à ce qu'un homme extrêmement riche et vivant depuis plusieurs siècles lui offre la chance de vivre à nouveau. En échange, Kovacs doit résoudre un meurtre... Celui de Bancroft lui-même.

Décidément, la dystopie, ce registre de science-fiction qui imagine un futur horrifique à partir des travers de notre société, inspire tous azimuts, y compris les nouveaux mastodontes des séries télévisées, qui sont un des meilleures reflets mainstream du monde d'aujourd'hui. Et donc, tous cernent cette évolution un peu folle d'internet en une quinzaine d'années, depuis les utopies libertaires du début des années 2000. Maintenant, dans l'hypermodernité d'aujourd'hui, beaucoup interrogent sur le malaise de l'être connecté, du tout-numérique, puisque sur internet, on n'est plus tout à fait nous-mêmes, la spectacularisation de l'existence, où chaque intervention sur les réseaux tourne à la mise en scène de soi. Avec ce paradoxe, la déconnexion est-elle indispensable pour l'être sociable ?

Hommage à K. Dick chez Amazon

Avec Philip K. Dick’s Electric Dreams, disponible depuis le 14 janvier, Amazon Studios dégaine donc sa première série futuriste d'anthologie, avec des épisodes qui se superposent. L'adaptation de courtes nouvelles de K. Dick, trésors souvent méconnus. Amazon, qui s'est lancé à marche forcée (voir mon enquête ici), en toute discrétion, dans la production de séries et films prestigieux, avec pour coup d'essai en SF l'adaptation d'un autre bijou de Philip K. Dick, Le maître du très haut château, où il imaginait un monde où les nazis auraient remporté la Seconde guerre mondiale aux côtés des japonais.

Ici, avec castings de rêve (Steve Buscemi dans Boardwalk Empire) et réalisateurs-stars (Alan Taylor, Game of Thrones et Terminator Genisys), au fil des épisodes, on voyage dans des mondes désenchantés où l'homme a perdu le combat face aux nouvelles technologies. Dans ces mondes, des extra-terrestres prennent possession des esprits, et l’innovation asservit les consciences et l'autonomie au nom de la sécurité.

L'impossibilité de communiquer, les technologies qui nous enferment, l'humain perfectible en constante opposition à des machines (trop) parfaites.... On retrouve ainsi tous les ingrédients qui étaient déjà chers à K. Dick, et sont étrangement de nouveau d'une cruelle actualité : les pouvoirs télépathiques des mutants (The Hood maker), ou l'impossibilité de communiquer, dans Impossible planet (publié en 1953!), où ce sont deux employés désenchantés du tourisme spatial qui n'osent pas dire la vérité à une riche dame âgée, qui rêve d'un voyage vers une planète disparue, la Terre.

Autre obsession de K. Dick à quoi serions-nous prêts pour avoir la vie que l’on mérite ? Il est mis en scène dans l'épisode The Commuter, fable métaphysique où l'employé d'une gare découvre que des passagers prennent le train pour une ville qui ne devrait pas exister. Quand il enquête, il se retrouve face à face avec une "réalité alternative" qui le force à affronter ses propres difficultés dans sa "vraie" vie, sa relation avec sa femme et son fils.

S'accommoder d'une vérité alternative, cela perce encore plus dans l'épisode Human Is, où une femme souffrant d'un mariage sans amour voit son mari reenir d'une bataille avec des aliens, étrangement gentil. Il est désormais "habité" par un alien: elle le sait, mais préfère s'accommoder de cette nouvelle réalité. Cela nous plonge au cœur du questionnement principal de Philip K. Dick : Qu'est-ce qui nous définit vraiment comme humains ?

Autre sujet récurrent, les dangers de l'hypersécurité. Dans Safe and sound Une jeune fille originaire d'une petite ville et d'une "petite" planète, déjà atteinte de phobie sociale, emménage dans une grande ville futuriste avec sa mère. Exposée pour la première fois à l'intensité de la prévention sur la sécurité et le terrorisme de la société urbaine, ses jours d'école ne tardent pas à s'emplir de peur et de paranoïa...

Miroirs noirs et déformants

Des thèmes qui ne sont guère très éloignés de la saison 4 de Black Mirror, chef-d’œuvre signé Charlie Brooker. Depuis la diffusion de ses premiers épisodes sur Channel 4 en 2013, ce "noir miroir" veut nous avertir sur comment la présence grandissante des écrans change profondément notre rapport à ceux-ci. Ces écrans forment aussi le miroir noir et déformant d’une humanité qui s’y abandonne...

Hypersécurité toujours, dans le très réussi Crocodile, une détective privée membre d'une société d'assurances enquête sur un banal accident de la route à l’aide d’une technologie, sorte de test de vérité high tech, qui lui permet de matérialiser en images vidéos des souvenirs des témoins. En plongeant dans la mauvaise mémoire, elle va réveiller le souvenir d’un crime ancien d'une des témoins, et déclencher une spirale irrépressible de violence. ..

Dans Arkangel (réalisé par Jodie Foster hersefl), les dangers de l'hypertechnologie et de la surveillance liberticide sont aussi invoqués à travers le récit d'une jeune mère qui décide de faire implanter à sa petite fille une puce GPS, encore en phase de prototype, permettant de suivre à distance ses moindres faits et gestes sur une tablette. Mais aussi de voir à travers les yeux de sa fille, et de brouiller les pans du réel qu’elle estime potentiellement choquants…

Sans surprise, la thématique des robots qui se rebelleraient trouvent aussi leur place dans cette saga, avec le très réussi Metalhead, thriller entre Terminator et DuelPhilip K. Dick de Spielberg, où le noir et blanc sert d'écrin à un monde post- apocalyptique, où quelques humains survivent face à des petits robots (qui ressemblent étrangement aux bestioles robotisées de Boston Dynamics...). On y voit la terrible poursuite d'une femme par un robot-chien tueur impitoyable.

Je finis avec le meilleur, la romance 5.0 dans Hang the DJ, qui dénonce un des autres services de l'hypertechnologie à outrance, les sites de rencontre. Et imagine les dérives possibles des AdopteUnMec, Meetic et consorts en applis de rencontres bien intrusives. Ici, une application de rencontre hyper-développée qui permet à ses clients de rencontrer le ou la partenaire idéal(e) grâce à un algorithme complexe (ça ne vous rappelle rien ?). Dans un monde futuriste autoritaire (dictatorial?), soumis à des règles strictes, les utilisateurs sont obligés d'accepter des relations-tests destinées à préciser leur profil. L'appli choisit pour eux leur partenaire idéal. Mais des utilisateurs vont se rebeller...

.